Wolna Misja Ludowa

Jezus Chrystus wczoraj, dzisiaj, ten sam i na wieki.Heb.13.8

Język:

Réunion mensuelle de Krefeld, Samedi 03 Avril 2010 / Ewald Frank

Język: francuski

Download Audio MP3 - Krefeld - April 03, 2010 19:30




«L’accomplissement des prophéties bibliques dans notre temps»

Réunion mensuelle de Krefeld

Samedi 03 Avril 2010

[L'assemblée chante «Tu es digne, Tu es digne » N.d.l.r]. Nous disons tous «Amen». [L'assemblée dit "amen" N.d.l.r]. Vous pouvez vous asseoir. Nous avons vraiment le grand privilège d’être rassemblés au nom du Seigneur, d’écouter Sa sainte Parole, de la croire, de la recevoir révélée, et de la mettre en pratique. On nous a déjà souhaité à tous la bienvenue. Nous avons aujourd’hui de la visite de la Finlande, des républiques de la Tchéquie, de la Pologne, de la Slovaquie, de la Roumanie, de la Grèce, de l’Autriche, de la Suisse, de l’Italie, de la France, de la Belgique de l’Angleterre, du Chili. Et maintenant, ceux que j’ai oublié peuvent me le faire savoir… de l’Inde? Oui, bien – sûr! Lève – toi s'il te plaît, frère Masha. C’est notre bien – aimé frère de l’Inde, Jamel Masha. Que Dieu te bénisse! Tourne – toi pour que tous puissent te voir. Que Dieu te bénisse! C’est notre bien – aimé frère du Nord de l’Inde, une région bien connue appelée Pendjab, c’est en province. Ensuite, nous avons beaucoup de salutations. [Frère Frank lit les salutations. N.d.l.r].

Nous saluons aussi tous nos bien – aimés frères et toutes nos bien – aimées sœurs. Je viens encore de voir un email de Nairobi, de Cuba... On nous salue fraternellement de partout! Nous avons des frères et des sœurs dans le Seigneur avec lesquels nous sommes liés. Nous avons ensuite aujourd’hui le grand privilège… je suis heureux de ce que le frère Didier soit aussi parmi nous. Frère Didier, voudrais – tu te lever s'il te plaît. Où est le frère Didier? Oui. J’étais avec frère Didier à Port – au – Prince, et… oui la Capitale de Haïti, Port – au – Prince. Et, tel que nous l’avons décrit sur ce feuillet avec des photos et un petit exposé – prenez ce petit feuillet avec vous, je vais vous dire pourquoi… parce que nous y avons annoncé à l’avance les réunions qui auront lieu à Berlin le dimanche de pentecôte, si Dieu le veut; quand nous serons revenus d’Israël. Nous voulons, une fois par an, être à Berlin, et ainsi aussi, soutenir tous nos frères et sœurs du Nord et de l’Est de l’Europe et du Centre de l’Europe. Et nous invitons de tout notre cœur tous à ces réunions qui sont annoncées à la fin. Et sur ce feuillet, nous y avons mis deux photos que nous avons ramenées des dernières réunions d’Haïti. Et s'il vous plaît, écoutez bien: La ville et le pays sont touchés; plus de deux cent mille morts (je ne connais pas le nombre exact) mais, sur le chemin de l’aéroport à la maison du frère, on voyait à droite et à gauche quelques maisons écroulées, bien – sûr construites en matériaux moins solides. Mais, quand nous sommes arrivés à la maison de Dieu, il n’y avait même pas une fissure! Mais à gauche et à droite, c’étaient cendres et ruines! Mais le bâtiment qui abriterait la réunion, le bâtiment du Seigneur est resté debout, sans ruines, sans fissures! N’est – ce – pas frère Didier, c’est la vérité? [Frère Didier dit «amen». N.d.l.r] Amen! Amen! Vous avez entendu son «amen»? C’est la vérité, c’est vrai! Et vous auriez dû voir la salle. J’y avais prêché deux fois auparavant, et maintenant, c’est la troisième fois. 

C’est merveilleux qu’on puisse voir cela ici, tel que nous l’avons écrit ici, je l’ai devant moi en français. Exode chapitre 12 verset 13, tel qu’il est écrit. Haïti a le plus de croyants dans les Caraïbes, qui croient et qui ont reçu la Parole de l’heure. C’est à peu près plus de six mille personnes qui sont baptisées au nom du Seigneur Jésus – Christ. Il y a vingt différentes églises éparpillées partout sur le pays! Ensuite nous avons trois cent familles qui sont concernées, et ces trois cent familles – là, nous les avons aidées avec quinze mille euros. Dieu voulant, si c’est nécessaire, nous continuerons à les aider, dans la région de Caraïbes. Et ce sont nos frères, justement, parlant français, qui apportent la Parole là – bas et qui La dispensent dans ce temps sérieux de la fin. Alors nous remercions le Seigneur de tout notre cœur, Lui qui a aussi étendu Sa main sur le tremblement de terre. Je le répète encore une fois: Quand on est témoin oculaire de ce que, tel qu’il est écrit dans Exode 12 verset 13: «il n'y aura point de plaie qui vous détruise, quand je frapperai», et, on peut voir cela de nos yeux, que nos frères ont vraiment été gardés malgré tout. Frère Didier, lève – toi encore pour que tous puissent te voir et savoir que nous étions là – bas nous deux et que nous avions vu ça de nos propres yeux. Tu as sûrement ramené plus de salutations que moi de tous les frères et sœurs de Haïti.

En allant avec frère Didier, avant d’arriver à Haïti, nous avons eu deux réunions en Martinique. C’était la première petite île avec près de quatre cent mille habitants; et nous avons saisi l’occasion de prêcher la Parole de Dieu pendant une heure à la télévision; et nous avons ensuite continué. Notre frère André, de Montréal, était mon traducteur. Lui aussi vous transmet à tous les salutations. Nous regardons en arrière à des jours merveilleux que le Seigneur nous a accordés. Ensuite, bien – sûr, le voyage a continué par les différentes îles jusqu’à Mayenne, et ensuite, Lima au Pérou. Là – bas aussi, nous avons eu des jours bénis avec une réunion de deux heures complètes à la télévision, en sorte que nous avons pu dispenser la Parole du Seigneur; et nous sommes simplement très reconnaissants pour tout ce que Dieu fait dans le présent, pour toutes les portes ouvertes et pour tous les cœurs ouverts qui reçoivent la Parole.

En relation avec le tremblement de terre, je voudrais encore insister et dire que nos frères n’ont pas été détruits. Ils ont été gardés malgré tout! Que ce soit les maisons ou les rues ici et là qui ont, bien – sûr, des fissures, il y a des dégâts énormes bien – sûr, dans la ville, je crois que c’était aussi à Conceptionne, et là – aussi, partout, il y a des dégâts énormes. Mais, tant que nous pouvions – n’est – ce – pas frère Graph, frère Myskys – tant que nous pouvions recevoir des nouvelles de nos frères, rien ne s’est passé, et aussi au Chili. J’espère que… pas trop de gens l’ont appris. Nous avons de la visite de l’Amérique du Sud, et nous voudrions vous souhaiter particulièrement la bienvenue. Nous ne citons aucun nom et nous ne demandons pas non plus de vous lever. Sentez – vous simplement bien parmi nous.

La Parole de Luc 21, je voudrais, en relation avec cela, la lire encore. Luc chapitre 21 à partir du verset 11:

Il y aura de grands tremblements de terre, et, en divers lieux, des pestes et des famines; il y aura des phénomènes terribles, et de grands signes dans le ciel.

Pas seulement des tremblements de terre, mais «de grands tremblements de terre». Et les sondeurs attendent le tremblement de terre qui aura lieu sur la Côte Ouest des États – Unis. Frère Branham avait dit avec toute clarté, que la Côte Ouest des États – Unis se détachera complètement et sera engloutie dans la mer, et cela, avant le retour du Christ. Nous, nous n’attendons pas cette catastrophe! Qu’on l’attende ou pas… nous, nous n’attendons pas un tremblement de terre, ou des famines, ou des guerres. Tout cela se passe tel que cela a été annoncé à l’avance dans la prophétie biblique. 

Bon, aujourd’hui, c’est un jour particulier pour moi. Je voudrais simplement prendre votre temps pour regarder en arrière avec vous, durant ces quarante – huit années passées. Mais, avant que je le fasse, je voudrais demander à nos deux sœurs, qu’elles puissent nous chanter à tous ce cantique. Ce texte m’a été dédié une fois en rapport avec le chemin difficile que des hommes de Dieu ont parfois à entreprendre. Est – ce – que les deux sœurs sont là? Qu’elles puissent chanter maintenant ce texte. J’espère que cela va réussir, nous n’avons pas de notes là – dessus. Je voudrai le dire rapidement: Que tous les frères dans le ministère se sentent bien comme à la maison: frère Müller, frère Graph, frère Mashi, tous les frères dans le ministère, frère Didier… sentez – vous bien. Ne vous sentez pas ignorés. Sentez – vous bien tous. Le frère…. Où est le frère John et tous les frères? Sentez – vous bien parmi nous et que Dieu nous bénisse tous ensemble. [Les deux sœurs chantent le cantique. N.d.l.r].

Merci, merci beaucoup! Il y a réellement des jours dans notre vie, qui ont une signification qui va au – delà des jours ordinaires. Il y a des jours dans les nations, des jours dans le monde, qui ont une signification particulière. Et quand nous regardons dans l’histoire du salut, il y a eu aussi des jours particuliers, des jours durant lesquels quelque chose se passait qui est allé au – delà des limites du temps, et qui avait un objectif précis lié à l’éternité. Nous pensons à l’appel d’Abraham, nous pensons à ce que Moïse avait expérimenté avec Dieu, nous pensons à tous les prophètes qui connaissaient Dieu particulièrement et personnellement, et qui avaient reçu de Lui un ordre et qui l’ont exécuté. Nous pensons particulièrement à ce que Dieu a fait dans notre temps. 

J’ai quelques notes ici: le 11 Juin 1933, un jour particulier dans l’histoire du salut. Alors que frère Branham était chassé de l’église Baptiste, et avait commencé son premier service d’évangélisation libre, des centaines de personnes étaient baptisés dans le fleuve Ohio. Et là, pendant le baptême, quelque chose d’extraordinaire, d’inhabituel s’était passé. La plupart le savent, et ceux qui ne le savent pas, devraient l’écouter aujourd’hui: Alors qu’il était en train de baptiser la dix – septième personne, la lumière surnaturelle vint. Et frère Branham disait toujours de nouveau que c’était la même lumière, la même Colonne de feu dans laquelle le Seigneur était apparu à Moïse autrefois; la même Colonne de feu qui conduisait le peuple d’Israël; c’est la même qui est descendue dans notre génération. Et, c’est de cette lumière que le Seigneur a dit: «Tel que Jean – Baptiste a été envoyé comme précurseur de la première venue de Christ, c’est ainsi que tu seras envoyé avec un Message qui sera précurseur du retour de Christ». Et personnellement, en Avril 1966, dans le Branham Tabernacle à Jeffersonville Indiana USA, à peu près entre dix et douze personnes se rencontraient, des frères et des sœurs qui étaient présents en 1933 quand cette lumière surnaturelle était descendue et qu’une voix avait retentie. Billy Paul, le fils de frère Branham, avait demandé: «Est – ce qu’il y a des témoins présents? Qu’ils puissent se lever» alors, ils se sont levés. C’est ainsi que j’ai pu savoir qui ils étaient et aller vers eux.

Je pense ensuite à un autre jour particulier, le 07 mai 1946, quand l’Ange de l'Éternel, à 23 heures, le soir, vint à frère Branham. La pièce dans laquelle il était a été illuminée, et de cette lumière, l’Ange est apparu. Frère Branham était effrayé et s’était levé. Et il lui avait été dit: «Ne crains pas. Je suis envoyé à toi de la présence de Dieu pour te donner le mandat ». C’est ainsi que l’Ange avait révélé à frère Branham dans tous les détails ce qui allait se passer dans son ministère. C’est ainsi qu’il lui a dit: «Tel qu’à Moïse, deux signes ont été donnés, c’est ainsi que deux signes te seront donnés… Il te sera donné un don de guérison divine. Tu prieras même pour des rois, et Dieu le Seigneur sera avec toi». Et pas longtemps après cet évènement, frère Branham avait reçu l’appel du roi George de Londres, lui demandant d’aller prier pour lui. C’est ainsi qu’en allant en Finlande, il avait fait une escale à Londres pour prier pour le roi George. Tout ce que Dieu avait dit, même les deux signes, s’étaient accomplis. Et, pas seulement de milliers, mais des centaines de milliers sont témoins de cela. Les meilleurs témoins étaient les frères et sœurs docteur Lindsey, une allemande appelée… et le frère, le docteur Lindsey, c’est l’homme qui avait écrit ce livre: «William Branham, un homme envoyé de Dieu»; et ce livre a été réellement traduit dans plusieurs langues. C’est ainsi que le ministère de frère Branham a été connu. 

Revenons encore à ces deux autres grands évènements, c’est – à – dire ce qui s’était passé le 20 Janvier à Houston Texas, dans l’année 1950. Huit mille personnes étaient rassemblées. Il y avait eu une grande discussion avant que frère Branham ne monte sur la plateforme. Et cela s’était passé: Frère Branham avait dit: «Je n’ai pas besoin de rendre témoignage de moi. Le Seigneur qui m’a envoyé, Lui – même rendra témoignage pour moi». Nous connaissons tous ce témoignage; tous, nous connaissons que docteur George Lacy, le 29 Janvier avait confirmé qu’il n’y avait pas de falsification sur la photo prise, mais que, la lumière surnaturelle était réellement sur la tête de frère Branham sinon, elle n’aurait pu être frappée par l’objectif de l’appareil. Oui. Dieu Lui – même a rendu témoignage que le mandat que frère Branham avait reçu n’était pas fait des paroles qu’un homme aurait inventées, mais, qu’il avait reçu un appel authentique Divin, surnaturel, un mandat, un ordre en relation directe avec l’histoire du salut dans notre temps.

Nous avons ensuite le 28 Février 1963, alors que, tel que frère Branham, le 28 Décembre 1962 avait déjà vu ce qui allait se passer le 28 Février 1963; il avait vu sept anges lui apparaitre sur le mont Sunset. Et alors, les photos ont été prises lorsque ce nuage était apparu. C’était exposé dans le «Science Magazine» et aussi par le docteur James Mc Donald qui avait écrit tout l’exposé de ce qui s’était passé là – bas. Et tout était décrit, même à combien de kilomètres de la terre était ce nuage; tout était décrit en détails. Et frère Branham vint ensuite avec le témoignage disant qu’il lui avait été dit: «Retourne à Jeffersonville car le temps d’ouvrir les sept sceaux est arrivé». C’était un jour particulier. 

Ensuite ont suivi les jours particuliers du 17 au 24 mars 1963. Et là, frère Branham disait que du 17 au 24 mars, chaque après – midi à 14 heures, cette lumière surnaturelle venait dans la chambre dans laquelle il était, et le sceau sur lequel il devait parler le même soir lui était révélé, à 14 heures. Je mentionne ces choses pour la raison suivante: cela nous différencie de tous ceux qui, dans le christianisme, sont dans différentes directions de foi; c’est – à – dire que nous avons la grâce de croire ce que Dieu a arrêté pour cette époque, et nous avons la grâce d’avoir part à ça.

Maintenant cette partie courte qui m’a été accordée par Dieu: le 11 Juin 1958, alors que frère Branham, après notre entretien, me disait: «Frère Frank, tu repartiras en Allemagne avec ce Message». En 1958, j’avais déjà déménagé au Canada. Nous sommes de ces treize millions qui avaient été chassés de l’Est (de l’Europe), ceux qui avaient quitté pour toujours leurs maisons. Le Canada était donc ma nouvelle demeure. Et ma première fille, Hospita (incertitude sur l’orthographe du nom. N.d.l.r), naquit en 1959 au Canada. J’avais la meilleure voiture qu’on puisse conduire à l’époque, une belle Ford avec un toit blanc. J’avais une maison au Canada. Les choses allaient bien pour moi, comme un prince. Et ensuite vint ce 11 Juin 1958. Et frère Branham disait: «Tu repartiras en Allemagne avec ce Message!» Ça, c’était le plus grand sacrifice que, dans le domaine naturel, j’ai fait dans ma vie. Mais Dieu a voulu les choses ainsi. Là – bas, jamais je n’aurai pu exécuter le mandat. Je devais revenir en Allemagne pour, ici, exécuter le mandat, l’ordre que le Seigneur m’avait donné. 

Et ensuite, bien – sûr, suivit le 02 Avril 1962. Je pense devoir dire que c’est le jour le plus merveilleux pour moi, et qui est le plus lié à l’histoire du salut, l’expérience que le Seigneur m’a accordée! Et cela a le droit d’être encore dit ici une fois, pour ceux qui ne connaissent pas l’histoire de notre pays. Mais, en 1961, c’était une année particulière. Il y avait la crise de Cuba, la crise de Berlin. En août 1961, il y avait des chars de différents pays: de la Russie... qui étaient face à face; et le président Kennedy disait: «Je vais faire de Berlin un exemple». Et nous remercions simplement Dieu de ce que rien ne s’était passé. Mais tous, nous ne savions rien de ce qui aurait pu se passer. Et ensuite, justement, suivit le 02 Avril; quand il a été dit: «Emmagasinez de la nourriture et des vivres car il y aura une grande famine qui viendra». Devrais – je encore le dire? Nous avions emmagasiné des aliments naturels: des pommes de terre, de la farine, tout ce dont on a besoin pour vivre. Et rien n’était arrivé: pas de catastrophe, pas de famine! Et j’avais dit au Seigneur: «Je ne peux plus vivre, je ne peux plus prêcher. Ce n’est pas possible. Tu as parlé d’une manière audible disant qu’une famine viendrait, et elle n’est pas venue!» Et ensuite vint un frère de Hilton, tous connaissent bien cette ville, c’était un homme d’affaire du nom d’Edmund Bashkir… et il m’a apporté je ne sais combien de centaines de légumes. Et à l’époque, ça coûtait moins cher là – bas. Et quand il était reparti, j’ai alors pensé: Ce frère est venu, il m’a donné de l’argent dans la monnaie de son pays». Je suis donc allé au bureau de voyage pour demander si ce montant suffirait pour entreprendre un vol pour les États – Unis. C’est ainsi que j’ai entrepris ce voyage, en décembre 1962, pour voir frère Branham. Et il m’avait dit: «Tu as mal compris ce que le Seigneur t’avait dit. Tu pensais qu’il y aurait une famine naturelle et vous vous êtes emmagasinés des vivres naturels. Mais Dieu enverra une faim pour écouter Sa Parole! Et la nourriture que tu dois emmagasiner, c’est la Parole promise pour ce temps!» Et il a donné quelques explications rapidement, et à la fin il a dit: «Attends avec la distribution de la nourriture jusqu’à ce que tu en reçoives le reste». Je dis ces choses très rapidement, et j’espère que cela ne vous ennuie pas. Pour moi, de tels jours, de telles expériences sont d’une très grande signification! Ce sont des pierres précieuses sur le chemin avec le Seigneur.

Ensuite suivit Décembre 1965. En Décembre 1965, le 31 Décembre… ça je peux le dire ici: c’était à l’époque où entre 23 et 24 heures, le 24 Décembre 1965, j’avais vu frère Branham, habillé comme moi en costume, monté sur une nuée. Et je lui avais dit dans cette vision: «Frère Branham, tu n’es pas le Fils de l’homme. Pourquoi est – ce – que je te vois monté sur cette nuée?» Je ne savais pas que c’était exactement au moment où il était en train de passer du temps à la gloire! Et ensuite, bien – sûr, vint le 10 Avril 1966, l’ensevelissement de l’homme de Dieu. Je l’ai déjà dit plusieurs fois, cela a sa place ici. Je n’ai jamais tant pleuré de ma vie qu’en ce jour – là: le 11 Avril 1966. Je ne pouvais pas comprendre que Dieu reprenne un tel homme de Dieu avec un tel ministère! Et j’ai demandé au Seigneur dans la prière: «Comment est – ce – que l'Église – Épouse pourra être perfectionnée et achevée sans ce ministère? Seigneur dis – moi, comment?» Vous ne pouvez pas vous imaginer tout ce qui se passait en moi, c’était tout un monde qui s’était écroulé. Et ensuite vint le soir, le soir du 11 Avril 1966: «Maintenant ton temps est arrivé pour distribuer la nourriture et d’aller de ville en ville pour prêcher la Parole». Vous savez que j’avais beaucoup de chance dans la vie. Pendant plusieurs années depuis mon retour jusqu’en 1966, je travaillais pour l’État allemand. J’avais une bonne position en tant qu’agent de l’État à l’OTAN. Je connaissais tous ces généraux, ces hommes politiques, ces militaires… et vous savez ce qui s’était passé après ce soir du 11 Avril 1966? J’ai démissionné. La première chose que j’ai faite en revenant de l’ensevelissement de frère Branham, était de démissionner; et j’ai commencé à porter le Message. Ça, c’était aussi fait dans la foi. Je n’avais même pas parlé avec quelqu'un ou avec Dieu. Je l’avais fait parce que je devais le faire. Je n’avais pas consulté la chair et le sang. Et si aujourd’hui je regarde en arrière, durant toutes ces années dans lesquelles Dieu a conduit, comment est – ce qu’Il a ouvert les portes! On pourrait en parler pendant des heures.

J’ai mentionné tout cela pour vous dire que pour moi, le 02 Avril 1962 n’est pas seulement une expérience privée avec Dieu, mais, c’est la continuité de ce que Dieu nous a accordé par le ministère de frère Branham! Je n’ai pas d’enseignement propre, je n’ai pas de message propre; et frère Branham nous a ramenés à la Parole, à Jésus – Christ, au plein Évangile, à tous les enseignements bibliques. Et ça, c’est le rétablissement auquel nous croyons que Dieu Lui – même exécute avant que le retour de Jésus – Christ n’ait lieu.

Bon, mes bien – aimés, seulement quelques versets bibliques en rapport avec ce jour, ou alors au jour d’hier aussi, le vendredi de pâques. Nous vivons dans un pays dans lequel le vendredi de pâque est un jour férié depuis la réformation. On a compris ce qui s’est passé sur la croix à Golgotha. Et pourquoi est – ce – que cela était nécessaire de la part de Dieu? Et tous, nous le rappelons, tel que nous l’avons aussi chanté dans les cantiques concernant ce qui s’est passé sur la croix à Golgotha, je voudrais aussi, puisque nous aurons la sainte cène ce soir, le souper et le lavage des pieds, je voudrais lire quelques versets bibliques en commençant avec l’épître aux Colossiens, le premier chapitre. Colossiens chapitre 1 verset 19 jusqu’au verset 22:

Car Dieu a voulu faire habiter toute plénitude en lui; (Car c’était le dessein de Dieu de faire habiter toute plénitude en lui, en allemand. N.d.t)

Paul écrit dans Actes des Apôtres qu’il a prêché tout le dessein de Dieu…

Il a voulu par lui tout réconcilier avec lui – même, tant ce qui est sur la terre que ce qui est dans les cieux, en faisant la paix par lui, par le sang de sa croix. Et vous, qui étiez autrefois étrangers et ennemis par vos pensées et par vos mauvaises œuvres, il vous a maintenant réconciliés par sa mort dans le corps de sa chair,

«Dieu était en Christ réconciliant le monde avec Lui – même». Versets 21 et 22:

Et vous, qui étiez autrefois étrangers et ennemis par vos pensées et par vos mauvaises œuvres, il vous a maintenant réconciliés par sa mort dans le corps de sa chair, pour vous faire paraître devant lui saints, sans défaut et sans reproche.

Une rédemption parfaite et entière nous a été accordée par Dieu en Christ Jésus notre Seigneur! Lisons encore une fois avec joie le verset 22:

Il vous a maintenant réconciliés par sa mort dans le corps de sa chair, Pour vous faire paraître devant lui saints, sans défaut et sans reproche,

Cela n’a pas eu lieu par toi, mais par Lui. C’est par Son sang, par Son sang. Un pardon parfait, entier. Et si nos péchés étaient noirs comme le cramoisi, ils sont devenus blancs comme la neige. Dans Actes des Apôtres chapitre 2, nous avons ce que Pierre disait. Actes des Apôtres chapitre 2 verset 23:

Cet homme, livré selon le dessein arrêté et selon la prescience de Dieu, vous l'avez crucifié, vous l'avez fait mourir par la main des impies.

Cela s’est passé à cause de toi, cela s’est passé pour toi, pour moi; sans considérer qui avait à exécuter l’œuvre, cela devait s’accomplir. Au verset 24:

Dieu l'a ressuscité, en le délivrant des liens de la mort, parce qu'il n'était pas possible qu'il soit retenu par elle.

Loué et exalté soit notre Seigneur! Il n’est pas seulement mort, Il est allé dans les endroits inférieurs de la terre, en enfer, Il a rendu libre les captifs, Il a vaincu la mort, l’enfer, Satan; et Il est ressuscité et Il a dit: «Je vis, et vous devez vivre aussi». Le Seigneur, en tant que Le Ressuscité, est apparu après Sa résurrection à Ses disciples, et Il est resté quarante jours avec eux, Il a parlé avec eux des choses qui concernent le royaume de Dieu. Et comme nous le savons, il est écrit dans Ésaïe 53: «Par Ses meurtrissures nous avons reçu la paix et la guérison». Dans Romains chapitre 4, nous pourrions aller de chapitre en chapitre et de verset en verset, c’est ainsi que les paroles de notre Seigneur sont précieuses, et touchent le noyau des choses qui concernent le dessein et l’histoire du salut. Romains chapitre 4, lisons ici le verset 25:

Qui a été livré pour nos offenses, et est ressuscité pour notre justification.

Cela s’est accompli! Cela est accompli comme cela est écrit dans Jean 19. Une pleine rédemption, un plein rachat! Acceptez s'il vous plaît, ce que Dieu, en Christ notre Seigneur, par Sa grâce, nous a accordé. Dans 1 Corinthiens chapitre 15, l’apôtre décrit au versets 3 et 4… 1 Corinthiens chapitre 15 verset 1:

Je vous ai enseigné avant tout, comme je l'avais aussi reçu, que Christ est mort pour nos péchés, selon les Écritures; il a été enseveli, et il est ressuscité le troisième jour, selon les Écritures;

Tout s’est accompli «selon les Écritures» selon ce qui avait été annoncé à l’avance. Éphésiens au premier chapitre, nous avons ce que Paul ici témoigne. Éphésiens chapitre 1 verset 7:

En lui nous avons la rédemption par son sang, le pardon des péchés, selon la richesse de sa grâce, que Dieu a répandue abondamment sur nous par toute espèce de sagesse et d’intelligence;

Verset 9:

Il nous a fait connaître le mystère de sa volonté, selon le bienveillant dessein qu'il avait formé en lui – même.

Et le dessein qu’Il a formé en Lui – même, avant même la fondation du monde, Il l’exécute. Et dans ce temps, nous pouvons l’expérimenter par Sa grâce. Lisons encore quelques versets et passons après à la sainte cène. Galates chapitre 2, une écriture que nous avons souvent lue et nous y avons souvent pensée. Qu’elle puisse s’accomplir en nous! Galates chapitre 2 verset 19:

Car c'est par la loi que je suis mort à la loi, afin de vivre pour Dieu. J'ai été crucifié avec Christ; et si je vis…

Bien – aimés frères et sœurs, ça aussi, nous pouvons l’accepter dans la foi. Ce n’est plus notre moi, plus nos pensées, plus ce que nous voulons, mais les pensées de Dieu. Et ce que Dieu veut, c’est ça qui doit être mis en pratique dans nos vies. Et ensuite au verset 20:

J'ai été crucifié avec Christ; et si je vis, ce n'est plus moi qui vis…

Est – ce – que nous pouvons tous le dire? «Ce n’est plus moi qui vis» alors, qui vit? Si ce ne n’est plus toi qui vis, qui vit alors? Lisons encore.

… et si je vis, ce n'est plus moi qui vis, c'est Christ qui vit en moi.

Il vit Sa vie par nous. Et les pensées de Dieu, les attributs, la nature de Dieu sont manifestés par nous. Ne nous décourageons pas. Nous avons la confiance que Dieu fait toutes choses parfaites. Et si ce n’est pas le cas dans ta vie, ce soir, ça peut devenir le cas. Dieu peut faire de grandes choses en nous tous par la puissance de Son sang, de Sa Parole et de Son Esprit. Lisons dans la foi encore une fois tous de tout notre cœur:

… si je vis, ce n'est plus moi qui vis, c'est Christ qui vit en moi; si je vis maintenant dans la chair, je vis dans la foi au Fils de Dieu, qui m'a aimé et qui s'est livré lui – même pour moi.

«…qui m’a aimé et qui s’est livré Lui – même pour moi» pour que je puisse me donner entièrement à Lui, qu’Il puisse vivre Sa vie par nous. Verset 21:

Je ne rejette pas la grâce de Dieu; car si la justice s'obtient par la loi, Christ est donc mort en vain.

Il y a beaucoup de versets bibliques que nous pourrions lire, qui font mention de ce qui s’est passé pour nous sur la croix à Golgotha. Un don, un cadeau du Dieu Tout – puissant, mais, il faut que ce don – là soit reçu, qu’il soit accepté. Il faut qu’il soit personnellement expérimenté. 

Pour tous ceux qui sont nouveaux, qui n’ont pas encore ainsi, de manière personnelle, expérimenté la grâce de Dieu, je voudrais lire dans Ésaïe le premier chapitre du verset 18 au verset 20. Ésaïe chapitre 1 verset 18 au verset 20:

Venez et plaidons! dit l'Éternel. Si vos péchés sont comme le cramoisi, ils deviendront blancs comme la neige; Amen! [L'assemblée dit "amen" N.d.l.r]. S'ils sont rouges comme la pourpre, ils deviendront comme la laine.

C’est une promesse que Dieu a donnée dans l’Ancien Testament, mais qui s’est accomplie par ce qui s’est passé sur la croix à Golgotha. Et le verset 19, qui exige de nous de l’obéissance:

Si vous avez de la bonne volonté et si vous êtes dociles, dociles, obéissants, Vous mangerez les meilleures productions du pays;

Ensuite suit la rébellion et la résistance de ceux qui ne croient pas. Verset 20:

Mais si vous résistez et si vous êtes rebelles, Vous serez dévorés par le glaive, Car la bouche de l'Éternel a parlé.

Est – ce – que nous devrions encore lire la prière de repentance de David, l’homme de Dieu? Psaumes 51. Ici, l’homme de Dieu, à partir du verset 7, a fait la confession suivante:

Voici, je suis né dans l'iniquité, et ma mère m'a conçu dans le péché. Mais tu veux que la vérité soit au fond du cœur: Fais donc pénétrer la sagesse au – dedans de moi!

Ensuite suit la prière intime, profonde:

Purifie – moi avec l'hysope – l’hysope était plongé dans le sang pour l’asperger sur l’autel – et je serai pur; lave – moi, et je serai plus blanc que la neige.

Cela est devenu possible par Golgotha! Comme si nous n’avions jamais pêché, c’est ainsi que Dieu nous a présenté devant Sa face. Verset 10:

Annonce – moi l'allégresse et la joie, et les os que tu as brisés se réjouiront. Détourne ton regard de mes péchés, efface toutes mes iniquités.

Une prière d’un homme qui a reconnu ses péchés, qui se repent, vient au Seigneur et l’invoque. Maintenant le verset 12:

O Dieu! crée en moi un cœur pur,

Ça, tu ne le peux pas, et moi non plus. C’est Dieu qui doit créer en nous un cœur pur! «Bénis ceux qui ont le cœur pur, car ils verront Dieu! » Dieu l’a créé par Golgotha, ce cœur pur! Par le sang de l’Agneau s’est accompli que Dieu a créé en nous un cœur nouveau, un cœur pur, par Sa grâce. La deuxième partie du verset 12:

Renouvelle en moi un esprit bien disposé.

Ensuite:

Ne me rejette pas loin de ta face, ne me retire pas ton Esprit saint. Rends – moi la joie de ton salut, et qu'un esprit de bonne volonté me soutienne!

Ensuite suit un verset qui a une signification très profonde:

[Alors] J'enseignerai tes voies à ceux qui les transgressent, et les pécheurs reviendront à toi.

Si David avait vécu dans notre temps, aujourd’hui, sûrement qu’on lui aurait dit: «Tu n’as plus le droit de prêcher. Tu n’as plus le droit de chanter des Psaumes». Mais il dit ici: «J'enseignerai tes voies à ceux qui ont fait ce que j’ai fait, ceux qui ont commis les mêmes transgressions, je leur enseignerai Tes voies». Imaginez – vous un tel verset! Personne n’est venu dire: «David, Tu n’as plus le droit d’enseigner les voies de l'Éternel à qui que ce soit. Tu n’as plus le droit de prêcher et de chanter des cantiques». Non. Alors il dit:

J'enseignerai tes voies à ceux qui les transgressent, et les pécheurs reviendront à toi.

Lui, il s’était converti, il était revenu à l'Éternel, il s’était repenti; et maintenant, il voulait que tous ceux qui avaient commis les mêmes choses reviennent à l'Éternel et que les voies de l'Éternel leur soient enseignés. 

Allons dans Jean 13 pour voir la Parole concernant le souper du Seigneur. Aujourd’hui, je voudrais lire particulièrement le «Notre Père», de l'Évangile de Matthieu. Matthieu chapitre 6 à partir du verset 9, et dire la chose suivante juste pour votre orientation: Il est écrit au verset 6… lisons aussi le verset 6 pour que tous puissent savoir que cette prière doit être faite dans notre chambre, pas comme une pratique religieuse, un sacrément ou une récitation comme c’est fait partout dans les églises. Ici dans Matthieu 6 verset 6:

Mais quand tu pries, entre dans ta chambre, ferme ta porte, et prie ton Père qui est là dans le lieu secret; et ton Père, qui voit dans le secret, te le rendra (te le rendra en public. En allemand. N.d.t).

Nous devrions nous lever à partir du verset 9, et lire ensemble, et recevoir de tout notre cœur. Matthieu 6 verset 9:

Voici donc comment vous devez prier: Notre Père qui es aux cieux! Que ton nom soit sanctifié; que ton règne vienne; que ta volonté soit faite sur la terre comme au ciel. 

Est – ce – que cela est ta prière? Est – ce vraiment ta prière à Ton Père céleste? «Que Ton règne vienne et que Ta volonté soit faite sur la terre comme au ciel?» [L'assemblée dit "amen" N.d.l.r].

Donne – nous aujourd'hui notre pain quotidien; pardonne – nous nos offenses, comme nous aussi nous pardonnons à ceux qui nous ont offensés; ne nous induis pas en tentation, mais délivre – nous du malin... (Verset 14) Si vous pardonnez aux hommes leurs offenses, votre Père céleste vous pardonnera aussi; mais si vous ne pardonnez pas aux hommes, votre Père ne vous pardonnera pas non plus vos offenses.

Vous pouvez vous asseoir. Ici, nous avons la pensée principale: Si nous prenons la sainte cène, le souper du Seigneur, nous pensons à ce qui s’est passé sur la croix à Golgotha; même là, notre Seigneur a dit: «Père, pardonne – les. Ils ne savent pas ce qu’ils font». Le pardon est la chose la plus importante dans la vie d’un croyant. Ne rien attribuer à qui que ce soit. Le meilleur, c’est de ne rien imputer à qui que ce soit, même si cela s’est passé; simplement pardonner tel que Dieu, en Christ, nous a pardonné. Simplement ne plus rien imputer et ne plus se rappeler de quoi que ce soit, et ne plus penser à quoi que ce soit! Il y avait une…

Je voudrais encore, concernant le lavage des pieds, dire quelque chose. Allons dans l'Évangile de Jean au verset 13, particulièrement parce que, dans beaucoup d’églises, le lavage des pieds est fait avant le souper du Seigneur. Cela n’est pas biblique. Ce qui est biblique, est que le lavage des pieds soit fait après le souper. Dans Jean 13, vous pouvez lire à partir du verset 1, mais moi je lis à partir du verset 4:

…se leva de table, ôta ses vêtements, et prit un linge, dont il se ceignit. Ensuite il versa de l'eau dans un bassin, et il se mit à laver les pieds des disciples, et à les essuyer avec le linge dont il était ceint.

Nous connaissons tous tout le texte tel qu’il est écrit ici. Et ensuite à partir du verset 14, lisons… Jean 13 verset 14:

Si donc je vous ai lavé les pieds, moi, le Seigneur et le Maître, vous devez aussi vous laver les pieds les uns aux autres; car je vous ai donné un exemple, afin que vous fassiez comme je vous ai fait. En vérité, en vérité, je vous le dis, le serviteur n'est pas plus grand que son seigneur, ni l'apôtre plus grand que celui qui l'a envoyé. Si vous savez ces choses, vous êtes heureux, pourvu que vous les pratiquiez.

On n’a pas besoin d’interpréter ou d’expliquer quelque chose ici, le Seigneur l’a dit. Il a institué ce souper, c’était le souper de la pâque; et c’est pendant ce souper qu’Il avait pris du pain, rendu grâce et qu’il l’avait distribué. On peut le lire dans les trois autres Évangiles. Et ensuite, Il s’est levé, a ôté Ses vêtements, et a pris un linge dont Il se ceignit, ensuite Il versa de l’eau dans un bassin et se mit à laver les pieds à Ses disciples. Nous n’avons plus rien d’autre à faire que de le faire avec joie. Avec joie, ensemble, fêter le souper et de nous laver les pieds les uns les autres. 

Mais en rapport avec cela, j’ai une demande: Que personne n’impose les mains à qui que ce soit – je crois que ça se faisait – Imposer les mains, c’est seulement pour la guérison des malades, ça il écrit: «ils imposeront les mains aux malades». S'il vous plaît n’imposez pas les mains à un frère ou à une sœur comme si vous voudriez particulièrement bénir la personne. Non. Priez pour la personne… bon si vous le faites comme ça avec gentillesse, vous courbez la tête devant la personne, ou alors vous mettez la main sur son épaule… Ça suffit de prier pour la personne et de dire: «Sois avec mon frère ou ma sœur». La prière de tout notre cœur exprime notre liaison dans l’amour les uns pour les autres. Pas imposer les mains ou bénir la personne qui nous lave les pieds. Non. Simplement nous laver les pieds et prier les uns pour les autres pour que Dieu puisse conduire nos pas, et que notre marche ait toujours lieu dans Sa volonté, dans Sa Parole. Quoi que vous voudriez dire dans votre prière pour la personne, vous pouvez le faire pendant que vous lui lavez les pieds, ou pendant qu’on vous lave les pieds. C’est ainsi que le Seigneur reçoit tout ce qui Lui revienne de plein droit. C’est important que tout ce que nous fassions, nous puissions le faire selon les Écritures. Simplement nous laver les pieds, il n’y aura plus le temps de s’imposer les mains. Mais faire simplement, avec reconnaissance, faire l’un pour l’autre ce que le Seigneur a fait pour nous. 

Et aussi la Parole de 1 Corinthiens chapitre 10. Nous voulons la lire aujourd’hui. Pas le chapitre 11, nous l’avons souvent lu. Nous allons de nouveau le lire... mais aujourd’hui, lisons 1 Corinthiens chapitre 10 à partir du verset 16:

La coupe de bénédiction que nous bénissons, n'est – elle pas la communion au sang de Christ? Le pain que nous rompons, n'est – il pas la communion au corps de Christ?

Oui. C’est la communion au corps de Christ, la communion au sang de Christ. Verset 17:

Puisqu'il y a un seul pain, nous qui sommes plusieurs, nous formons un seul corps; car nous participons tous à un même pain.

Hier soir, nous avons eu à toucher ce sujet. Lévitique chapitre 23, Lévitique chapitre 25, comment est – ce – que les différentes offrandes étaient apportées. Nous avons parlé de ce grand jour de réconciliation dans Lévitiques 25 verset 10. Pour le peuple d’Israël, le jour de la réconciliation était le jour le plus important de toute l’année. C’est au jour de la réconciliation que les trompettes retentissaient, et que l’année de grâce, l’année de Jubilée était ainsi proclamée dans tout le pays. Tous pouvaient être libres et revenir dans leur propriété. Et dans Luc chapitre 4, notre Seigneur a lu dans le livre du prophète Ésaïe et ensuite… je vais peut – être lire cette Écriture pour que tous puissent savoir ce qui est écrit. Évangile de Luc chapitre 4, lisons ici à partir du verset 17:

Et on lui remit le livre du prophète Esaïe. L'ayant déroulé, il trouva l'endroit où il était écrit (Ésaïe 61): L'Esprit du Seigneur est sur moi, parce qu'il m'a oint pour annoncer une bonne nouvelle aux pauvres; Il m'a envoyé pour guérir ceux qui ont le cœur brisé, pour proclamer aux captifs la délivrance, et aux aveugles le recouvrement de la vue, pour renvoyer libres les opprimés, pour publier une année de grâce du Seigneur.

Et ensuite au verset 21:

Alors il commença à leur dire: Aujourd'hui cette parole de l'Écriture, que vous venez d'entendre, est accomplie.

Nous aussi, nous prêchons le même Évangile à tous ceux qui sont liés, à tous les opprimés, nous les renvoyons libres. À tous ceux qui sont prisonniers, nous proclamons leur délivrance. Et personne n’a besoin de rester captif du péché, lié par des liens. Non. Le plein Évangile de Jésus – Christ notre Seigneur, aujourd’hui encore, a la même puissance de Dieu qu’Il avait il y a deux mille années d’ici. Et c’est par la grâce de Dieu que nous voulons l’expérimenter aujourd'hui ensemble, expérimenter que la Parole de Dieu a la même puissance, et que l'Évangile de Jésus – Christ notre Seigneur, en nous, a pu produire toutes les choses pour lesquelles il était envoyé. La Parole de la croix, de Celui qui est mort et ressuscité, nous pouvons, aujourd’hui, proclamer la victoire de Dieu sur le péché, sur la maladie, sur la mort, sur tout, par Jésus – Christ notre Seigneur. 

Pensez à ces Paroles de 1 Corinthiens chapitre 10: 

La coupe de bénédiction que nous bénissons, n'est – elle pas la communion au sang de Christ? Le pain que nous rompons, n'est – il pas la communion au corps de Christ?

Nous formons un seul corps, et Christ est la tête du corps de l'Église. Que Sa Parole, que le plein Évangile, le plein salut, la parfaite rédemption nous soit accordée aujourd’hui! Et que tous nos amis, tous nos frères et nos sœurs qui écoutent; particulièrement nos amis d’Edmonton au Canada, et aussi en Colombie Britannique, partout où ils sont liés à nous dans le monde, que Dieu le Seigneur, par Sa grâce, bénisse dans cet endroit, et partout où ils sont réunis, et aussi en ligne. Lui, le Dieu Tout – puissant, nous a accordé une rédemption entière, une justification entière, une pleine justification, un plein pardon, un plein salut. Ainsi, s’il y a quelque chose qui serait là, nous voulons nous pardonner les uns les autres. Et pas seulement nous pardonner, mais nous pardonner tel que nous avons été pardonnés en Christ, pour que nous puissions fêter le souper de manière digne.

À l'Éternel notre Dieu soit honneur et louange dans toute l’éternité! Alléluia! Amen! Levons – nous. Aujourd’hui nous demandons, pendant que le pain est en train d’être rompu, nous voulons que la chorale chante un cantique, et que tous, nous puissions persévérer dans la prière. [La chorale chante un cantique. N.d.l.r]. Chantez encore avec toute l’église le refrain. [L’assemblée chante le refrain. N.d.l.r] Amen! Nous demandons maintenant au frère Didier de prier avec nous, ensuite nous allons arrêter la retransmission internet et souhaiter à tous les riches bénédictions du Seigneur.