Free People's mission

Jesus Christ is the same yesterday, today and forever. Heb.13.8

Language:

Other Countries

Réunion mensuelle de Krefeld, Samedi 31 Mars 2018 / Ewald Frank

Language: french




«L’accomplissement des prophéties bibliques dans notre temps»

Réunion mensuelle de Krefeld
Samedi 31 Mars 2018

[L'assemblée chante «Crois seulement, crois seulement » N.d.l.r]

Amen! Vous pouvez vous asseoir. Moi aussi, je voudrais encore rapidement citer les frères qui, par téléphone, nous saluent tous. [Frère Frank lit les salutations. N.d.l.r].

Frères et sœurs, nous sommes déjà bénis parce que les deux cantiques de la chorale ont touché le centre, le noyau, ce dont il s’agit toujours dans ce jour dans lequel nous sommes; que ce soit en particulier le vendredi de Pâques ou alors le jour de la résurrection dans le plan du salut de Dieu. Ce sont les choses les plus importantes. «Dieu était en Christ et a réconcilié le monde avec Lui – même». Aujourd’hui nous avons aussi de la visite. J’ai écrit les noms. Le frère Deo… où est le frère Deo? Es – tu ici? Où est le frère Deo? Viens ici et dis quelques mots. Nous avons ensuite le frère André de Montréal qui va transmettre les salutations. Frère Michael est – il ici? Il pourra dire aussi quelques mots. Ensuite le frère Emmanuel. Quelques mots. Que Dieu te bénisse! [Les frères passent à tour de rôle et disent quelques mots. N.d.l.r]. Notre frère du Rwanda, de Kigali. Dieu l’utilise puissamment même en Éthiopie et dans les pays voisins. Que Dieu te bénisse! [Que Dieu te bénisse et soit avec toi. Qu’Il bénisse l’Éthiopie et toute la région. Que Dieu te bénisse]. [Prochainement, tu pourras parler en anglais… Maranatha! Dieu te bénisse et soit avec toi!]. Nous remercions Dieu. Que Dieu vous bénisse. Et nous remercions notre frère. Que Dieu te bénisse. Dieu utilise notre frère de manière puissante. C’est merveilleux! Mais, en cet endroit, nous ne sommes pas habitués à entrer dans les détails. 

Mais, le voyage en Mars était réellement très puissant. Et dans chaque réunion, je devais prier pour des centaines de personnes jusqu’à ce que mon bras gauche ne pouvait plus se lever. C’était puissant. Les hommes venaient, et venaient du premier jusqu’au dernier, et personne ne voulait repartir sans qu’on ait prié pour lui. C’était vraiment extraordinaire. On peut le dire: Dieu a accordé Sa grâce. Et comme notre frère l’a justement montré, en 1964, ça fait cinquante – quatre ans, il y avait Chennai – qui s’appelait Madras à l’époque – et Mumbai – qui était Bombay – Oui. Mais Dieu, depuis le commencement, a accordé Sa grâce. Et les relations, les contacts avec tous les peuples et les langues. Si je voulais parler de comment est – ce – que tout est arrivé, comment est – ce – que Dieu a conduit et dirigé cela, dans tous les cas, ce voyage était… j’ai décollé douze fois et atterri douze fois. Décollé et atterri. En Inde, le décalage horaire est de quatre heures, à Bangkok, sept heures et à Manilla, sept heures de différence. Et on est sorti un peu du rythme. Ensuite, des nuits sans pouvoir dormir et tout ce qui accompagne le changement de rythme. Mais que le Seigneur notre Dieu soit remercié de tout notre cœur. Le Message est reçu, et tous ceux qui croient la Parole, la reçoivent révélée par le Saint – Esprit, l’Esprit de Dieu. 

À Bangkok, nous avons eu deux choses. La première était bonne et l’autre n’était pas très bien. La bonne chose, c’est qu’après la prédication, la femme du prédicateur s’est levée après que j’ai dit «amen». Elle s’est levée et a dit: «Je me fais baptiser bibliquement, et je le dis à toute l’église, qu’elle se fasse aussi baptiser au nom du Seigneur Jésus – Christ!» Et le frère Lukhram – vous le connaissez, il a déjà été ici – il s’est très réjoui que le Seigneur ait accordé la victoire et ait accordé la grâce. Dans une église charismatique, c’était encore autre chose: toute une heure, seulement de la musique et des danses. Il avait un… sur le podium, il y avait des filles qui dansaient et qui chantaient. C’était presque insupportable. Et ensuite des «Alléluia» et «gloire au Seigneur». Et quand c’était à moi de parler, vous pouvez vous imaginer! Il n’y a pas de compromis chez moi. Ce n’est qu’une occasion qu’on ne pourra plus avoir et qu’il faut saisir. Et la Parole a été prêchée, et le conseil du salut a été apporté au peuple de Dieu. Ensuite, quelque chose s’est passée. Une sœur de la Suisse qui est à Bangkok depuis quarante – cinq ans je crois, selon ses dires, et qui fait partie d’une congrégation religieuse là – bas; dès que j’ai mentionné le nom de frère Branham, elle a commencé à bouger, elle s’est levée, est allée derrière, et a demandé au portier d’écrire un écriteau pour me dire d’arrêter. Alors, il s’est mis au loin et m’a montré l’écriteau. C’était écrit: «Stoppez la prédication». Et moi j’ai continué malgré tout à prêcher et à dire ce que j’avais à dire de la part du Seigneur. Et là aussi, des hommes sont venus pour qu’on prie pour eux, et ils ont accepté la Parole. Et aussi particulièrement à Manilla, des frères sont venus de partout. Je crois que plus de cinquante prédicateurs étaient dans les réunions et ont écouté l’exposé du conseil du salut de Dieu. Et le Seigneur a accordé Sa bénédiction.

Aujourd’hui, je voudrais vous saluer tous. J’ai l’impression que nous avons encore un frère international que nous avons oublié. Au cas où c’est ainsi, Dieu voulant, demain nous allons appeler encore certains frères. Que tous se sentent bien. Nous sommes rassemblés de toute l’Europe, de la Suède, du Danemark, de la Pologne, de la Tchéquie, de la Slovaquie, de la Hongrie, de la Roumanie, de… oui. Et de toute l’Autriche. Particulièrement, je voudrais vous souhaiter la bienvenue, le fils de frère Müller et sa famille; tous de la Suisse, de la France, de la Belgique, de l’Autriche et de partout. Dieu appelle Son peuple à sortir. 

Et vous savez, nous avons la Lettre Circulaire que nous avons écrite comme édition de jubilée. Bien – aimés frères et sœurs, quand nous pensons à la manière avec laquelle Dieu a conduit et dirigé tout. Dieu voulant, en Juin, je vais écrire encore une lettre circulaire, et montrer les différentes stations pour voir comment est – ce – que Dieu a pris soin de tout. Tous les contacts sur toute la terre, sont accordés par Sa grâce. Et nous avions le grand privilège d’apporter le dernier Message, vraiment, le dernier appel. Après ce Message, il n’y a plus rien qui vient. Et Dieu voulant, demain, nous allons parler de ça rapidement.

Aujourd’hui, en mémoire de ce qui s’est passé pour nous sur la croix à Golgotha, je veux lire plusieurs versets bibliques. Et si ce que le docteur Lak a dit dans son livre «L’histoire de l’église» est vrai, frère Branham l’a plusieurs fois mentionné, alors, notre Seigneur a été immolé le 02 avril, jour de la Pâques. Si c’est la date, cela n’est pas important pour nous. Pour nous, ce qui est important, ce que nous savons que la rédemption a eu lieu et que notre Seigneur, sur la croix à Golgotha, a dit «C’est accompli!» Et Dieu était en Christ et a réconcilié le monde avec Lui – même. Et comme Paul, dans 2 Corinthiens chapitre 5, a écrit: Nous vous exhortons en tant qu’ambassadeurs de Christ: soyez réconciliés avec Dieu. Et là, dans ces deux cantiques de la chorale et ce que nous avons lu particulièrement dans 1 Pierre… dans 1 Pierre chapitre 2 verset 24. Je voudrais le lire encore une fois.

Lui qui a porté lui – même nos péchés en son corps sur le bois, afin que morts aux péchés nous vivions pour la justice [afin que nous soyons délivrés du péché, et vivions pour la justice. En allemand. N.d.t]; lui par les meurtrissures duquel vous avez été guéris.

C’est peut – être à une heure d’ici, il y a le frère Herman Henrich, qui me disait qu’il avait lu quelque chose concernant ce que les Juifs pensent d’Ésaïe 53. Imaginez – vous, aucun chapitre dans tout l’Ancien Testament, est tant remis en question et mis de côté, et ils ne disent rien là – dessus. Aucun chapitre n’est si méprisé par les rabbins Juifs qu’Ésaïe 53. Imaginez – vous, même de manière officielle, cela est dit. La question a été posée à plus de trente rabbins sur ce qu’ils pensent d’Ésaïe 53. C’était… je ne veux même pas dire ici ce qu’ils ont répondu. Ils ne le lisent pas et ne le croient pas. Bien – aimés frères et sœurs, quand nous pensons à ce que, justement, le chapitre le plus important qui prédit le plan de rédemption de notre Seigneur! Et ensuite, il a été éclairci par les apôtres et montré dans son accomplissement. Même ici, par Pierre. Bien – aimés frères et sœurs, nous reconnaissons alors ce que Paul a écrit dans Romains 11: «Seulement la partie élue l’a accepté». Tous ceux qui ne l’ont pas cru ont été endurcis. Et c’est exactement ce qui se passe aujourd’hui. Celui qui ne croit pas et qui n’accepte pas est endurci, et il ne peut plus l’accepter. C’est une décision qui est prise, et personne ne peut blasphémer Dieu. Ou alors on croit et on accepte, ou alors, on ne croit pas et on ne l’accepte pas.

Ensuite, Paul écrit que le voile est encore sur eux. Cela fait mal. Cela fait tellement mal à toi et à moi! Quand nous bénissons les Juifs, nous bénissons Israël, nous bénissons Netanyahou, nous bénissons tous, et nous savons que Dieu a un programme, un plan du salut. Et Il exécute ce plan – là avec l'Église du Nouveau Testament, et ce plan tend vers la fin. Et ensuite, Il se révèlera à Son peuple, Israël. Et concernant cela aussi, nous avons entendu et lu dans les nouvelles que les treize églises qui sont dans l’État d’Israël, étaient contre Trump et contre sa déclaration, parce qu’elles sont contre les Juifs. Nous, nous sommes pour le peuple d’Israël, et nous portons une grande douleur, et nous savons que le Seigneur va achever Son œuvre avec tous, de tous les peuples, les langues, et les nations; et aussi avec Israël. Nous ne pouvons pas entrer dans les détails de ces choses. 

Mais, il y a une chose que nous savons: c’est absolument nécessaire de croire de tout son cœur ce que Dieu a fait pour nous. L’incrédulité, comme frère Branham le disait, est le péché original du Jardin d’Éden. Remettre en question ce que Dieu a dit, et en donner sa propre interprétation est très grave! La foi est un don de Dieu. Cela est imputé à justice. Et encore ce verset important. Verset 24 de 1 Pierre 2:

Lui qui a porté lui – même nos péchés en son corps sur le bois, afin que morts aux péchés nous vivions pour la justice; lui par les meurtrissures duquel vous avez été guéris.

Par Son sang, rachetés! Guéris par Ses meurtrissures. Pour cela, je voudrais aller lire dans l’épître aux Romains chapitre 4. Et ici, et en général dans l’épitre aux Romains, Paul a, n’est – ce – pas, d’une manière si puissante, exposé le dessein du salut, l’œuvre de la rédemption accomplie! Romains chapitre 3 d’abord. Nous lisons ici Romains chapitre 3 verset 24:

Et ils sont gratuitement justifiés par sa grâce, par le moyen de la rédemption qui est en Jésus – Christ. C’est lui que Dieu a destiné, par son sang, à être, pour ceux qui croiraient, victime propitiatoire, afin de montrer sa justice…

Bien – aimés frères et sœurs, un témoignage puissant! Tout est fondé sur la foi. Celui qui ne croit pas Dieu le fait menteur. C’est ainsi que c’est écrit dans la première épître de l’apôtre Jean, au chapitre 5. Et nous avons la grâce de croire Dieu de tout notre cœur. Maintenant suit le verset, bien – aimés frères et sœurs, du chapitre 4. Romains chapitre 4, ici, il est écrit à partir du verset 7:

[Bénis] ceux dont les iniquités sont pardonnées, Et dont les péchés sont couverts! Heureux l’homme à qui le Seigneur n’impute pas son péché!

Ici, il n’est pas seulement question d’une béatitude, mais elle est liée à un bonheur. Cette bénédiction est liée à un bonheur, en ce que nous avons été pardonnés, réconciliés, et nous avons reçu la grâce. Cela est devenu notre expérience personnelle du salut avec Dieu. Notre frère Emmanuel a parlé aussi de ceux qui vont dans différentes directions et qui prétendent aussi être dans le Message! Avant toute chose, ils prétendent que même le trône de grâce, depuis l’ouverture des sceaux, est devenu trône de jugement, et que le sang n’est plus sur le trône de la grâce. Et quand ensuite, on ouvre la Bible, et qu’on va dans Apocalypse 7 verset 14 et qu’on lit que même tous ceux qui resteront dans la grande tribulation, laveront leurs vêtements dans le sang de l’Agneau! Comment est – ce – que – je ne voudrais pas utiliser une parole inutile – mais comme c’est fou, insensé de croire une telle chose! Que le sang de l’Agneau n’est plus sur le trône de la grâce et prétendre ensuite «Nous croyons le prophète, nous croyons le Message». Non et encore une fois non. Dieu a envoyé frère Branham pour justement, nous ramener à Dieu, nous ramener à Sa Parole. Et nous sommes reconnaissants de ce que nous pouvons croire comme le disent les Écritures; car le troupeau racheté par le sang verra le Seigneur! Comme déjà dit, même après l’enlèvement, dans le temps de la grande tribulation, les vierges folles qui resteront fidèles, laveront leurs vêtements dans le sang de l’Agneau. 

Bien – aimés frères et sœurs, remercions Dieu le Seigneur pour la révélation de Sa Parole et de Sa volonté! Et que vraiment, par la grâce de Dieu, nous pouvons nous y reposer et expérimenter personnellement, savoir que ce que Dieu nous a accordé en Christ est devenu une expérience personnelle que nous faisons avec Dieu. Il ne s’agit pas de parler seulement de conversion, mais d’être converti. Que les expériences du salut deviennent une réalité, une expérience qu’on fait avec Dieu, car il est dit que quand le Saint – Esprit viendra, il convaincra le monde du péché. Mais si nous n’avons pas été convaincus du péché par l’Esprit de Dieu, nous ne pouvons pas demander à Dieu de nous pardonner nos péchés. C’est seulement après que l’Esprit de Dieu nous ait convaincus du péché, que nous sommes nés dans le péché et que nous sommes perdus dès notre naissance et que nous avons besoin du salut de notre âme et de la pleine rédemption par le sang de l’Agneau. Et en rapport avec cela, comme souvent nous avons eu à le dire: «Personne ne peut vivre éternellement si ce n’est qu’il ait reçu de son vivant, la vie éternelle. C’est pour cette raison qu’il est écrit «à tous ceux qui l’ont reçu, Lui notre Sauveur et Rédempteur, à tous ceux qui l’ont reçu, Dieu a donné le pouvoir de devenir enfants de Dieu. C’est – à – dire, à tous ceux qui croient en Son nom. Le nom qui est au – dessus de tout nom. Et là, on doit aussi ici, donner raison à l'Écriture. Dans la langue hébraïque, c’est Yahshuah. Tu l’appelleras «Yahshuah ». Une fois, j’ai vu douze différentes sortes de désignations du nom de notre Seigneur dans les différentes langues. Cela est une douleur pour moi. Je le dis ouvertement, c’est une douleur pour moi. Les traducteurs auraient dû, justement, concernant de tels points importants, ils auraient dû laisser le nom tel qu’il était dans la forme originale. Yahweh, le nom de l’alliance de Dieu le Seigneur écrit quatre mille quatre cents fois dans l’Ancien Testament, et ensuite dans le Nouveau Testament: «Tu l’appelleras Yahshuah: Yahweh – Sauveur». Et si les Juifs avaient reconnu cela, que Yahweh, en tant que Sauveur, en tant que Yahshuah est venu Lui – même personnellement à eux, ils auraient compris ce que signifie Ésaïe 53. Ils allaient lire même Ésaïe 7, Ésaïe 9. Ils allaient même lire tout ce qui est écrit dans Ésaïe et le croire, et remercier de tout leur cœur le Seigneur leur Dieu, car, le même qui était Seigneur dans l’Ancien Testament, est Seigneur dans le Nouveau Testament. Dans l’Ancien Testament, dans un corps spirituel; et dans le Nouveau Testament, dans un corps de chair. Mais le même Seigneur hier, aujourd’hui, et éternellement!

J’ai encore pensé à deux ou trois versets parce qu’aujourd’hui, nous avons le souper du Seigneur. Nous n’allons pas seulement fêter, mais nous allons le prendre en tant que souper en mémoire de ce que notre Seigneur, comme Lui – même l’a dit: «Faites cela en mémoire de moi». Il nous a ordonné de le faire en mémoire de ce qui s’est passé pour nous. Bien – aimés frères et sœurs, ce qui est écrit dans l’Ancien Testament… j’ai ici deux ou trois versets que j’ai notés. Le premier est dans Genèse chapitre 14. Ici, le Seigneur a visité Abraham après la victoire des rois, et a tenu le souper avec lui après que la victoire a été manifestée, le Seigneur, en tant que Melchisédek, Roi de Salem, est venu et a fêté le souper avec Abraham. Bien – aimés frères et sœurs, dans le Nouveau Testament, dans Hébreux chapitre 7, tout de suite au premier verset déjà, il nous est montré qui était Melchisédek, le Roi de Salem. Et dans l’Ancien Testament, il n’avait pas de père, pas de mère. Et dans le Nouveau Testament, Il est devenu notre Seigneur et Rédempteur! C’est ainsi que nous aussi, nous pouvons prendre part au souper, en tant qu’un souper de victoire, de fête! Car notre Seigneur a payé le prix à Golgotha! Il est ressuscité, Il a vaincu la mort et l’enfer. Et déjà dans l’Ancien Testament, il est écrit qu’Il attend que tous ses adversaires soient placés sous Son marchepied.

Bien – aimés frères et sœurs, dans ce contexte, justement, ce qui doit être dit à tous ceux qui prétendent croire au message… je ne sais pas si je peux lire tous ces versets bibliques. Mais repartez à Exode chapitre 3… je vais seulement mentionner rapidement quelques points qui m’ont personnellement inondé le cœur. Moïse avait un mandat divin. Et qu’est – ce – qui a été dit comme première chose? Laisse sortir Mon peuple. Ça, c’était le message! Mais qu’est – ce – qui a suivi le message? Qu’est – ce – qui a suivi le message? La réalité divine: l’Agneau fut immolé. Exode chapitre 12. Qu’est – ce – que c’était? Laisse sortir Mon peuple, laisse sortir Mon premier – né, Mon fils. Dix fois: laisse sortir, laisse sortir. Pour que mon peuple Me serve. Mais avant que le peuple puisse servir l'Éternel, ça ne suffisait pas seulement d’apporter le message: «laisse sortir Mon peuple», mais, comme c’est écrit ici dans Exode chapitre 12, ici, nous avons la preuve de ce qui était en fait le message, et ce qui appartenait au message, et ce qui s’était passé et ce que le message a produit. Exode chapitre 12, nous lisons à partir du verset 6:

Vous le garderez jusqu’au quatorzième jour de ce mois; et toute l’assemblée d’Israël l’immolera entre les deux soirs.

Ici, il s’agit de la Pâque. Pour la première fois, les agneaux de Pâque, dans toutes les familles, ont été immolés. C’est – à – dire, tous ceux qui avaient entendu le message: «Vous Mon peuple, sortez du milieu d’eux» Mais ensuite, le point culminant du message était que l’agneau fut immolé, et que le sang, le sang en tant que signe fut appliqué sur les linteaux des portes à droite, à gauche et en haut. Et le Seigneur pouvait dire: «Quand je verrai le sang, je passerai en vous épargnant». Et maintenant, maintenant, regardez la même chose: plus de cinquante pour cent de ceux qui prétendent croire au message, sont convaincus que le sang n’est plus sur le trône de la grâce! Et ici, nous avons justement la relation entre le message et ce qui appartenait au message, c’est – à – dire que l’agneau était immolé! Qu’est – ce – que Jean le Baptiste avait dit? «Voici l’Agneau de Dieu qui ôte le péché du monde» Que veulent les frères, les faux frères avec leurs enseignements? Qu’est – ce qu’ils ont comme objectif, quand ils disent que le temps de la grâce est terminé et que le trône de la grâce est devenu trône de jugement? Non. Le Message nous conduit à ce que nous puissions justement voir l’Agneau immolé et le sang qui a coulé pour nous. C’est justement par cela que la rédemption qui a été prêchée dans tout le message a été accomplie, c’est – à – dire par le sang des agneaux qui fut versé! Est – ce – que vous croyez tous cela? [L'assemblée dit "amen" N.d.l.r]. C’est la même chose encore aujourd’hui.

Nous croyons de tout notre cœur que Dieu a envoyé frère Branham pour, justement, nous ramener à la Parole, nous ramener aux promesses de Dieu dans Sa Parole. Et nous sommes reconnaissants à Dieu notre Seigneur de tout notre cœur pour cela. Mais toutes les interprétations, tous les faux enseignements, sont pour moi… je ne peux pas les supporter. Elles sont une abomination pour moi. Chaque faux enseignement est une abomination. Tout ce qui est cru ayant pour titre «Message» et tout ce qui est pratiqué et cru est grave! Mais encore plus, frères et sœurs, nous devrions remercier Dieu de tout notre cœur de ce que nous avons trouvé grâce devant Lui. Le Message ne méprise pas le sang. Mais au contraire, tous ceux qui vraiment, maintenant, croient le Message de Dieu, vont laver déjà maintenant leurs vêtements dans le sang de l’Agneau, et ils vont personnellement expérimenter leur Rédempteur et leur Sauveur; et ils pourront dire avec Paul: «Béni est l’homme dont les péchés sont pardonnés, dont les fautes sont couvertes». Dire sincèrement que le frère Herman Henrich m’a dit tout à l’heure au bureau qu’Ésaïe 53 est le chapitre qui est remis en question par les rabbins jusqu’aujourd’hui. Vous savez ce que cela signifie pour moi? C’est comme un couteau dans le cœur. Et encore tous ceux qui ont mal compris le Message et ainsi, conduisent le peuple de Dieu dans l’erreur. Ça, on le remarque quand on est en voyage. Combien de copies [du Message] ont été inventées. Nous le disons dans toute humilité: nous avons reçu la grâce de Dieu de demeurer dans la Parole, dans la grâce, dans le sang; et de reconnaître que c’est dans notre temps que le Message a retenti aussi: «Laisse sortir Mon peuple, laisse sortir Mon premier – né». Et ensuite l’ordre est donné d’immoler l’Agneau dans chaque famille, et ensuite, le sang, le sang en tant que protection de ceux qui sont sortis, et qui ont cru au message. Pour moi, c’était simplement si puissant! Et cela le restera, que le Seigneur nous ait accordé la grâce, grâce sur grâce. 

Dans le Nouveau Testament, avant le souper du Seigneur, seulement ces versets connus pour que vous puissiez savoir que c’était la Pâque. C’était pendant le repas de la Pâque que notre Seigneur a pris le pain et l’a rompu en rendant d’abord grâce, et ils l’ont mangé. Le verset le plus connu est dans l'Évangile de Matthieu. C’est là qu’il nous est exposé ce qui s’était passé autrefois, et aussi ce qui se passe avec nous aujourd'hui. Nous pouvons tous relire cette parole. Matthieu. Ici il est écrit, oui. Qu’est – ce qu’on peut lire ici? Vous connaissez tous la Parole du Seigneur. Lisons Matthieu 26 à partir du verset 26. Il est écrit:

Pendant qu’ils mangeaient, Jésus prit du pain; et, après avoir rendu grâces, il le rompit, et le donna aux disciples, en disant: Prenez, mangez, ceci est mon corps.

Verset 27:

Il prit ensuite une coupe; et, après avoir rendu grâces, il la leur donna, en disant: Buvez – en tous; car ceci est mon sang, le sang de l’alliance, qui est répandu pour plusieurs, pour la rémission des péchés.

Disons avec toute la clarté, frères et sœurs. Le pardon n’est pas dans le souper. Le pardon a lieu par le sang de l’Agneau. Et notre Seigneur et Rédempteur, avec Son propre sang, est entré dans le sanctuaire céleste, et dans le lieu très saint, Il a apporté sur l’arche de l’alliance, sur le trône Son sang; pour que toutes les choses par lesquelles nous avons été condamnés, jugés et livrés à la mort, par le sang, le jugement a été ôté, et la condamnation a été placée sur Lui pour que nous ayons la paix. Et c’est par Ses meurtrissures que nous avons été guéris. Pour nous, le souper est saint, il est précieux. Il nous rappelle ce qui s’était passé pour nous sur la croix à Golgotha. Et pour que tous puissent savoir que cela s’était passé pendant le repas de Pâque, lisons dans Luc chapitre 22. Luc chapitre 22. Lisons ici à partir du verset 15. Luc chapitre 22 à partir du verset 15:

Il leur dit: J’ai désiré vivement manger cette Pâque avec vous, avant de souffrir; car, je vous le dis, je ne la mangerai plus, jusqu’à ce qu’elle soit accomplie dans le royaume de Dieu. Et, ayant pris une coupe…

Pendant le repas de la Pâque, Il prit une coupe. Est – ce – que vous remarquez le passage de l’Ancien au Nouveau Testament et à la nouvelle alliance ici? Est – ce – que vous voyez le passage? C’est pour cette raison que Paul pouvait dire que Christ notre Pâque a été immolé. Ici il continue au verset 17:

Et, ayant pris une coupe et rendu grâces, il dit: Prenez cette coupe, et distribuez – la entre vous; car, je vous le dis, je ne boirai plus désormais du fruit de la vigne, jusqu’à ce que le royaume de Dieu soit venu.

Bien – aimés frères et sœurs, résumons de quoi il s’agit maintenant. Le dernier Message de l’appel à sortir, de la préparation, ne peut jamais passer en dehors du sang. Le sang en fait partie, il va avec le Message. Il fait partie du Message. Et nous sommes reconnaissants à Dieu notre Seigneur et Rédempteur. Le Message ne peut jamais mépriser le sang. Le jour du repas de Pâque, c’est là qu’Il a remercié pour le pain et qu’Il l’a rompu et l’a distribué. Il a béni la coupe et a dit: «Buvez – en tous». 

Aujourd’hui, nous sommes ici en tant que troupeau racheté par le sang. En tant que des personnes qui ont trouvé grâce devant Dieu, qui ont confessé sincèrement: «Je suis un pêcheur, je suis perdu. Et j’invoque le nom du Seigneur et Lui demande: Sauve – moi, pardonne – moi, fais – moi grâce». Laissez – moi dire ceci ouvertement: au souper du Seigneur doivent seulement prendre part ceux qui ont accepté le sang de l’Agneau pour eux, et qui ont accepté l’œuvre de la grâce, du pardon, de la réconciliation et de la rédemption accomplie pour eux. Et tel que déjà du temps de Moïse il a été dit: «Laisse sortir Mon peuple, laisse sortir Mon fils premier – né», c’est ainsi encore maintenant: Mon peuple, Mon Église, Mon troupeau racheté par le sang. Les rachetés qui ont accepté ce qui a eu lieu pour eux sur la croix à Golgotha. Et je demande à tous au nom de Jésus – Christ notre Seigneur, aussi à tous ceux qui sont là pour la première fois: examinez – vous vous – mêmes devant la face de Dieu, tel que Paul l’écrit à 1 Corinthiens chapitre 11: «Que chacun s’examine lui – même, et qu’ensuite, il mange du pain et boive de la coupe». 

Et nous pouvons encore lire un verset biblique. 1 Corinthiens chapitre 10. Je pense, bien – aimés frères et sœurs, que vous avez compris ce que cela signifie pour moi aujourd’hui. Pas seulement parler du Message et du messager sans parler de ce qui s’est passé pour nous à Golgotha. Non. Le Message nous conduit justement à voir, à reconnaître notre Seigneur et Rédempteur. Et que, justement, c’est le jour du repas de la Pâque qu’Il a pris le pain, l’a rompu et a rendu grâces, et qu’Il a introduit le souper. Il a mis fin à l’ancienne alliance et Il a établi la nouvelle alliance dans Son sang. Tel que Paul pouvait le dire: «Bénis sont tous ceux dont les péchés sont pardonnés». Aujourd’hui, nous allons encore prier ensemble. Que tous ceux qui sont ici aujourd’hui et qui sont connectés dans le monde entier. Pas seulement être en train de parler du Message, mais, reconnaître que la rédemption par le sang de l’Agneau, est la chose principale du Message. Et tous ceux qui avaient entendu le message de Moïse et qui étaient sortis d’Égypte, avaient immolé l’agneau et fêté le souper, et avaient appliqué le sang comme cela était ordonné. Et notre Seigneur avait dit: «Quand Moi, je verrai le sang, je passerai en vous épargnant». Et ce soir, le Seigneur veut te voir, me voir sous le sang, en tant que rachetés et délivrés de tous les liens. Délivré du monde, de tout ce qui pourrait affliger. De tout ce qui rend esclave: la cigarette… de tout, tout, et tout. Te délivrer entièrement, car il est écrit; celui que le Fils libère, il est réellement libre! Et ce jour, ce soir doit servir à cela. Que tous fassent un commencement biblique et authentique avec le Seigneur et Rédempteur. Et tel que dans le terrestre, la naissance est le commencement de notre vie sur terre, c’est ainsi qu’aussi spirituellement, la nouvelle naissance est le commencement de notre vie spirituelle avec Dieu. 

Laissez – moi encore ici, ce soir le dire encore une fois: Tel que dans le terrestre, un engendrement a lieu, et que ce qui a été engendré se manifeste par la naissance et est une création qui a été engendrée, ce qui est engendré devient une création quand cela naît. Il en est ainsi aussi avec nous: Celui qui est engendré de Dieu et par Dieu, naît ensuite de nouveau et devient une nouvelle création en Jésus – Christ notre Seigneur! Et qu’aujourd’hui, cela ait lieu par la puissance du sang en vertu de la puissance de la Parole et de l’Esprit de Dieu. Tous ceux, jeunes et âgés, grands et petits; qu’aujourd’hui, cela devienne une réalité en tous.

Encore le verset biblique de 1 Corinthiens chapitre 10, les versets 16 et 17:

La coupe de bénédiction que nous bénissons, n’est – elle pas la communion au sang de Christ? Le pain que nous rompons, n’est – il pas la communion au corps de Christ? Puisqu’il y a un seul pain, nous qui sommes plusieurs, nous formons un seul corps; car nous participons tous à un même pain.

Amen! Maintenant, nous nous levons. Et, en premier, nous allons prier ensemble. Et pendant que nous prions, les frères vont préparer le souper. Nous allons voir si on peut avoir un microphone ici. Chantons ensemble «Tel que je suis sans rien à moi». [L'assemblée chante '' Tel que je suis sans rien à moi ". N.d.l.r]

Pendant que nos frères remercient le Seigneur, sûrement que plusieurs viendront devant. Avez – vous déjà appelé les frères? S'il vous plaît, tous les frères qui distribueront le pain et la coupe, venez maintenant devant. Nous nous recueillons, et nous fermons les yeux. Ouvrons nos cœurs. Bien – aimés frères et sœurs, cela met un tel désir malgré mes faiblesses corporelles et les fatigues avec la concentration. J’ai dans le cœur qu’aujourd’hui, tous, tous trouvent grâce devant Dieu. Tous, sans exception. Tous viennent au Seigneur, que tous disent «Pardonne – moi, fais – moi grâce». Dire: «Ô Seigneur, j’ai pêché. Je suis séparé de Toi. Je veux expérimenter le pardon, la réconciliation et recevoir vraiment la vie éternelle». Aujourd’hui, le Seigneur nous a parlé par Sa Parole, et nous a montré de nouveau comme c’est aussi important de croire Ésaïe 53, de croire que cela s’est accompli pour toi, pour moi et pour nous; et de l’accepter en tant que réalité personnelle. Et aussi vrai que l’Agneau de Dieu a versé le sang de la nouvelle alliance, c’est aussi certain que nos fautes ont été pardonnées; et nous pouvons être reconnaissants pour l’œuvre accomplie de la rédemption, et ainsi, prendre part consciemment au souper. Que tous puissent remercier le Seigneur pour la rédemption, pour la grâce, pour tout ce qu’Il nous a accordé. Et que tous puissent s’examiner eux – mêmes, et que tous ceux qui ont accepté la grâce de Dieu, puissent prendre part au pain et à la coupe. Qui veut d’abord qu’on pense à lui dans la prière devant le trône de Dieu? Avons – nous quelques – uns qui veulent qu’on pense à eux dans la prière dans la foi? 

Prions. Bien – aimé Seigneur, Tu es notre Rédempteur. En Toi, nous avons la rédemption par Ton sang. Et tous ceux qui ont levé leurs mains, ô, qu’ils puissent maintenant, dans la foi, accepter ce que Tu nous as accordé, accepter la rédemption. Aussi certain qu’il est écrit dans Luc chapitre 24 verset 47, qu’au nom de Jésus – Christ, nous devons à toutes les nations, prêcher le pardon des péchés, c’est ainsi que nous le faisons ce soir en cet endroit. Nous prêchons à toutes les nations que leurs péchés sont pardonnés aussi certain que le sang de l’Agneau de Dieu a coulé sur la croix à Golgotha. Avez – vous accepté cela? [L'assemblée dit "amen" N.d.l.r] Dites «amen, amen, et encore une fois amen!» [L'assemblée dit "amen" N.d.l.r]. Alléluia! Oui. Rendons grâce pour le pain. [Un ancien prie. N.d.l.r].

Remerciez le Seigneur, remerciez le Seigneur. Cherchez le contact avec Le Seigneur. Cherchez Sa présence dans la prière. Remercions avec assurance, pas dans la tristesse. Mais, nous venons au Seigneur dans la tristesse, mais, après le pardon, nous sommes heureux, nous sommes joyeux dans le Seigneur. C’est pour cette raison que Paul a pu dire: «Bienheureux, bénis sont ceux dont les péchés sont pardonnés». Acceptez le don de Dieu du pardon, de la réconciliation, du salut aujourd’hui de tout votre cœur! Acceptez le don gratuit et remerciez le Seigneur et prenez part au souper comme confirmation que vous avez accepté ce qui s’est passé pour vous sur la croix à Golgotha! Que tout le peuple dise «Amen!» [L'assemblée dit "amen" N.d.l.r] et «Alléluia!» [L'assemblée dit " Alléluia " Et la chorale chante le cantique «Jésus quitta le trône de la grâce!» en allemand. N.d.l.r]

Seigneur Dieu Tout – puissant! Ensemble, nous Te remercions encore une fois pour la pleine rédemption, le plein salut: Tu l’as accompli! Et nous Te remercions de ce qu’en tant que Ta propriété, en tant que Ton peuple qui T’appartient, nous serons près de Toi dans la gloire dans toute l’éternité. Je Te remercie de ce que Tu T’en es allé et que Tu nous as préparé une place. Tu reviendras pour nous prendre auprès de Toi. Nous Te remercions de tout notre cœur aussi pour le jour d’aujourd’hui, pour cette réunion, pour Ta sainte et précieuse Parole, et pour tous les frères et toutes les sœurs qui ont accepté ce que Tu nous as accordé. Ensemble, nous louons la puissance de Ton sang, de Ta Parole, et de Ton Esprit! Et nous Te demandons: «Sois avec nous» dans le saint nom de Jésus – Christ! Amen!