Ujumbe ya watu wa uhuru

Yesu Kristo ni sawa sawa Jana, leo na hata milele. Ebr.13.8

Lugha:

Krefeld, Dimanche 5. Février 2017 / Ewald Frank

Lugha: Mfaransa

Ma lugha ingine




«L’accomplissement des prophéties Bibliques dans notre temps».

Réunion Mensuelle de Krefeld, Dimanche 5. Février 2017

(L’assemblée chante le chœur «nous donnons l’honneur à Jésus» puis frère Frank consacre un enfant. NDLR).

Qui avons-nous ici? (Nathan). Nathan. Seigneur Dieu Tout-puissant, nous vivons encore dans les jours de la Bible, et des parents peuvent encore t’apporter leurs enfants. Tu les prends encore entre les mains et les bénis. Bien-aimé Seigneur, bénis les parents, bénis toute la famille. Nathan, sois consacré à Dieu pour ce temps et pour l’éternité, et que toute la famille soit bénie au Nom de Jésus-Christ notre Seigneur. Amen! Que Dieu vous bénisse.

Il y a encore quelqu’un. (L’enfant est consacré au Seigneur. NDLR).

Amen! (L’assemblée chante le chœur «nous donnons l’honneur à Jésus». NDLR) Tu es Digne. (L’assemblée chante le chœur «Tu es Digne». NDLR).

Amen! Vous pouvez vous asseoir. Encore ce matin, nous saluons tous ceux qui sont venus, et ceux qui ne pouvaient pas venir et qui sont connectés, dans tous les peuples, les langues et les nations. Et particulièrement tous ceux qui sont venus d’au-delà des mers, que ce soit du Canada, des États-Unis, que ce soit de l’Afrique et de partout. Que Dieu le Seigneur bénisse le jour d’aujourd’hui pour que le fruit pour l’éternité soit manifesté. Que ce ne soit pas seulement que nous ayons écouté la parole de Dieu, mais que dans la foi, nous l’ayons reçue, et que dans l’obéissance, nous suivons le Seigneur.

Nous avons des salutations. (Frère Frank lit les salutations. NDLR).

Nous sommes réellement en relation avec tous ceux qui sont en relation avec Dieu, et qui reçoivent la parole dans ce temps. Nous sommes profondément liés à eux. Nous avons encore des frères ici, des frères du Pays-Bas, et aussi le frère qui a traduit la brochure «La Bible, le livre le plus lu» en Hollandais. Nous nous réjouissons de ce qu’aussi, dans ce pays où tout est parti dans une fausse direction, nous sommes reconnaissants de ce que Dieu fait un nouveau commencement, et qu’en Hollandais cette brochure a été traduite. Et le frère Mashi dont le frère habite en Inde et dont le papa est l’un de mes premiers amis en Inde, lui aussi a rendu témoignage en quelques mots qu’en Inde aussi, il y a une orientation à revenir, à sortir de toutes les interprétations et à revenir à la parole de Dieu. Partout, les frères deviennent conscients que seule la parole de Dieu demeure éternellement et qu’aucune interprétation ne pourra se tenir devant Dieu. 

Et je voudrais aussi aujourd’hui remercier de tout mon cœur tous ceux qui traduisent. Particulièrement ceux qui entreprennent un long trajet pour venir, que ce soit en avion ou en voiture, ils viennent pour traduire la parole. Je ressens avec tous ceux… et aussi avec vous tous qui écoutaient les traductions, que ce soit en tchèque, en slovaque, en polonais, en russe et dans toutes les langues.

Et nous sommes reconnaissants de ce que vous chantez aussi avec nous même les chœurs en allemand. En cet endroit - je veux dire sincèrement- je mets de l’importance pour que les chœurs qui sont chantés soient connus par tous les croyants dans le monde entier, des chœurs internationaux. Même s’ils ne peuvent pas chanter en allemand, mais au moins, ils connaissent le cantique dans leur langue parce que c’est un cantique international. La mélodie est connue et est importante. Et pour moi il s’agit de ce que tous, dans tous les peuples et les langues parviennent à l’unité de la foi et de la connaissance du Fils de Dieu; que le corps du Seigneur soit joint ensemble, et que Dieu reçoive ce qui Lui revient de plein droit, et qu’à la fin du temps de la grâce où nous sommes arrivés, nous comprenions que Dieu a ouvert nos yeux. Tous ceux dont les yeux ont été ouverts ont vu l’accomplissement des prophéties devant leurs yeux, et particulièrement aussi en Israël.

Nous le disons toujours à nouveau: «celui à qui Dieu fait grâce, Dieu lui fait grâce, et celui à qui Il fait miséricorde, Il lui fait miséricorde». Disons encore ceci dans tout l’amour: si Dieu ne donne pas de révélation, alors les hommes donnent leur propre interprétation. À la fin de l’année, j’ai reçu un magazine très connu qui est édité en Suisse qui s’appelle «Amis d’Israël». Alors il y a quelqu’un qui écrit dans ce magazine: «L’antéchrist sera un Juif, et pendant sept ans, il va gouverner à Jérusalem». Quand on entend un tel blasphème, que pensez-vous qu’il se passe en moi? Un ami d’Israël, écrire que l’antéchrist sera un Juif et gouvernera sept ans à Jérusalem.

Bien-aimés frères et sœurs, soyez reconnaissants pour la parole sainte et révélée de Dieu. Je ne vais pas entrer dans les détails, mais simplement dire que «celui à qui Dieu fait grâce, Il lui fait grâce», depuis le commencement.

Et encore une autre réalité, ce qu’un culte est fait avec la photo de la colonne de feu sur la tête de frère Branham. Imaginez-vous, il y a des frères qui mettent la photo devant eux et se mettent à genoux, se prosternent devant cette photo. Et il y a un frère qui baptise, et pendant qu’il baptise, un autre frère tend cette photo sur la tête de celui qui doit être baptisé. Quand on voit, c’est de l’idolâtrie. Les gens n’ont pas compris de quoi il s’agit. Et aussi en ce qui concerne cela, on peut toujours de nouveau dire: Seigneur notre Dieu, nous Te remercions de ce que Tu nous as conduits dans toute la vérité, oui, dans Ta parole». Et dans le premier des commandements il est écrit: «Tu ne te feras point d’image taillée, de représentation quelconque des choses qui sont en haut dans les cieux, qui sont en bas sur la terre. Tu ne te prosterneras point devant elles, et tu ne les serviras point». Dieu est Esprit, et pour l’adorer, on doit l’adorer en esprit et dans la vérité. Nous sommes reconnaissants pour la clarté, pour la parole claire et vraie de Dieu.

Aussi certain que nous l’avons entendu dans la parole d’introduction: être né de nouveau, être régénéré par la puissance de la résurrection de Jésus-Christ d’entre les morts; aussi certain que la vie divine est venue en nous, c’est aussi certain qu’il n’y a plus de mélange possible. Ce sont deux semence différentes. Le Seigneur Lui, sème Sa semence, et les enfants du royaume de Dieu, sont la semence qui a produit de Son fruit selon son espèce, et c’est le grain de blé qui sera ensuite récolté. Mais l’adversaire, sème toujours les interprétations, et elles sont très proches du vrai grain. Comme avec Caïn et Abel, chacun bâtit un autel, chacun apporte son sacrifice sur l’autel; les deux prient, les deux parlent de ce même Dieu. Mais l’un parle à Dieu, et l’autre ne fait que parler de Dieu en se détournant en fait de Dieu.

Bien-aimés frères et sœurs, c’est en cela que nous pouvons remercier et encore une fois remercier le Seigneur pour la grâce inexprimable que Dieu nous a faite. Ici dans cette parole, nous avons lu cette expression merveilleuse de la rédemption, et bien sûr, de la nouvelle vie que Dieu, par Sa grâce, a introduite en nous. Et ici, il est même parlé de la puissance de Dieu. Pas de ta puissance ou bien de ma puissance, mais au verset 5 de 1 Pierre 1 verset:

À vous qui, par la puissance de Dieu, êtes gardés par la foi pour le salut prêt à être révélé dans les derniers temps!

Il y a un troupeau qui, jusqu’à la fin, reste gardé dans la parole de Dieu, gardé dans la volonté de Dieu, qui demeure dans la volonté de Dieu, qui demeure dans la volonté de Dieu, qui ne peut pas être séduit, trompé et qui n’abandonne pas le chemin étroit, mais qui reste dans la parole de Dieu, dans la volonté de Dieu jusqu’à la fin.

…gardés par la foi pour le salut prêt à être révélé dans les derniers temps!

Nous avons compris que nous sommes arrivés à la fin des temps, mais nous pouvons toujours dire en insistant: demeurons sobres, restons sobres avec des pensées normales, avec les deux pieds sur terre; mais dans notre cœur, dans la présence de Dieu, liés à Dieu. Tous les jeunes aussi, restez sobres, restez normaux. Allez à vos occupations, au travail pour qu’aucun opprobre ne tombe sur la parole et sur le message de la fin des temps et sur le Seigneur. C’est pour cette raison que nous demandons et nous exhortons tous, dans tous les domaines de la vie, de rester normal et sobre. Que celui qui veut se marier, qu’il se marie; seulement, que cela ait lieu dans la volonté de Dieu. Celui qui veut acheter une maison, il peut encore le faire. Au commencement, il y en a qui ont vendu leurs maisons. Mais nous restons sobres jusqu’au dernier moment.

Nous sommes reconnaissants de ce que nous pouvons savoir qu’ici sur terre, ce n’est pas notre demeure. Comme nous le chantons dans un cantique «Ma demeure est là-bas dans les cieux où on ne connait ni tribulations ni douleurs». Et le Seigneur reviendra, Il est allé nous préparer une demeure, et Il a fait la promesse de revenir pour nous prendre auprès de Lui. Et celui qui persévère jusqu’à la fin, entrera par les portes de perle et sera auprès du Seigneur. Mais cette remarque du verset 12. Il est écrit d’abord au verset 10:

Les prophètes, qui ont prophétisé touchant la grâce qui vous était réservée, ont fait de ce salut l'objet de leurs recherches et de leurs investigations, voulant sonder l'époque et les circonstances marquées par l'Esprit de Christ qui était en eux, et qui attestait d'avance les souffrances de Christ et la gloire dont elles seraient suivies. Il leur fut révélé que ce n'était pas pour eux-mêmes, mais pour vous, qu'ils étaient les dispensateurs de ces choses, que vous ont annoncées maintenant ceux qui vous ont prêché l'Évangile par le Saint-Esprit (par la puissance du Saint-Esprit, en allemand. NDLR) envoyé du ciel, et dans lesquelles les anges désirent plonger leurs regards.

Ici, nous avons un résumé. Les prophètes, inspirés par le Saint-Esprit, ont parlé, ont prophétisé concernant les choses qui viendraient. Par leurs ministères a été dit ce qui allait arriver. Par le ministère des apôtres a été révélé ce que les prophètes avaient prêché, reçu comme révélation. Les deux, que ce soient les prophètes ou les apôtres, les deux étaient sous la conduite et l’inspiration du même Saint-Esprit. Bien-aimés frères et sœurs, nous croyons que Dieu nous fait grâce, oui, nous l’avons entendu. 

Et toujours de nouveau, nous avons parlé en insistant du commencement que chacun de nous doit faire. Nous ne sommes pas des gens qui sont spectateurs et qui ne font que suivre les autres. Nous suivons le Seigneur Jésus-Christ. C’est pour cette raison que dans chaque prédication nous devons mettre l’accent sur l’importance que chacun fasse les expériences du salut avec Dieu.

J’aimerais rapidement lire la parole de Matthieu chapitre 7. Le Seigneur nous a donné l’exemple et nous a exactement dit ce qui est à prêcher. Et ici il est écrit dans Matthieu chapitre 7 à partir du verset 13. On peut aussi lire le verset 12 à cela.

Tout ce que vous voulez que les hommes fassent pour vous, faites-le de même pour eux, car c'est la loi et les prophètes. 

Et maintenant suit ce que je veux bien dire en insistant:

Entrez par la porte étroite. Car large est la porte, spacieux est le chemin qui mènent à la perdition, et il y en a beaucoup qui entrent par là. Mais étroite est la porte, resserré le chemin qui mènent à la vie, et il y en a peu qui les trouvent.

Il faut que cela soit dit en insistant: nous sommes tous nés dans le péché et nous étions perdus et marchions sur le chemin qui mène à la perdition. Et ensuite vint la prédication de l’Évangile, et tous ceux qui entendent l’appel de Dieu et qui répondent à cet appel, passent par la porte étroite; et Jésus notre Seigneur et Rédempteur a dit «je suis le chemin, la vérité et la vie. Nul ne vient au Père que par moi». Car Dieu s’est personnellement révélé en Jésus-Christ notre Seigneur. Tous ceux qui n’ont pas encore abandonné le chemin large qui mène à la perdition, qu’aujourd’hui la décision soit prise. Particulièrement tous les jeunes, qu’ils puissent prendre leur décision et prendre la parole du Seigneur comme une parole qui vous est adressée personnellement, et entrer par la porte étroite. Ça, c’est l’invitation car il est écrit ici:

Mais étroite est la porte, resserré le chemin qui mènent à la vie, et il y en a peu qui les trouvent.

Bien-aimés frères et sœurs, que cela soit encore dit avec reconnaissance et toujours de nouveau que: Dieu nous a appelés à sortir, Il nous a fait grâce.

Et aussi ce que nous avons mentionné ici: toutes les églises, les églises libres ont leurs programmes, elles se garnissent des versets bibliques de la tête aux pieds, mais ne prêtent pas l’oreille à ce que la parole leur dit. Ils donnent aux écritures leur propre interprétation de ce que la parole de Dieu déclare. Et ça, c’est la grande différence: nous, nous nous laissons corriger personnellement par la parole de Dieu, nous la laissons nous parler. Nous prêtons l’oreille à l’appel de grâce. Il dit encore aujourd’hui: «Venez à moi, vous tous qui êtes fatigués et chargés, je vous donnerai du repos pour vos âmes».

Et ensuite aussi les paroles précieuses de 2 Corinthiens chapitre 5, un résumé de l’histoire du salut. Ici, dans 2 Corinthiens chapitre 5 à partir du verset 14 il est écrit:

Car l'amour de Christ nous presse, parce que nous estimons que, si un seul est mort pour tous, tous donc sont morts; et qu'il est mort pour tous.

Pourquoi est-ce-que Paul pouvait dire: «je suis crucifié avec Christ?» Ici, est le mystère bien-aimés frères et sœurs. Aussi certain que le Rédempteur, avant la fondation du monde a été prédestiné à venir à nous et nous a apporté la rédemption, aussi certain, nous déjà, nous étions dans le Rédempteur. Nous avons été rachetés, nous sommes crucifiés avec Lui, et nous sommes ressuscités avec Lui pour marcher désormais en nouveauté de vie. Et la puissance de la résurrection a été manifestée. «Les choses anciennes sont passées et voici toutes choses sont devenues nouvelles». 

Et ces paroles précieuses encore ici, que nous avons souvent lues, les versets 19 et 20:

Car Dieu était en Christ, réconciliant le monde avec lui-même, en n'imputant point aux hommes leurs offenses, et il a mis en nous la parole de la réconciliation. 

Plus de condamnation, mais prêcher la réconciliation. La loi a été introduite pour que nous puissions reconnaitre nos transgressions, mais la grâce a été manifestée qui nous accorde le pardon de toutes nos fautes et nos transgressions.

Ensuite au verset 20:

Nous faisons donc les fonctions d'ambassadeurs (Nous parlons pour Christ en tant que Ses envoyés) pour Christ, comme si Dieu exhortait par nous;

Est-ce-que nous pouvons, en tant que frères qui prêchons la parole, est-ce-que nous pouvons nous attribuer cette parole? 

Nous faisons donc les fonctions d’ambassadeurs pour Christ. (Nous parlons pour Christ en tant que Ses envoyés, en Allemand. NDLR). 

Quand nous regardons dans les Actes des Apôtres, trois fois, il est parlé de l’appel et de l’envoi de l’apôtre Paul: dans Actes des Apôtres chapitre 9, chapitre 22, au chapitre 26. Donc, nous parlons pour Christ en tant que Ses envoyés, comme il a été dit à Paul: «Je t’enverrai aux nations.». Bien-aimés frères et sœurs, le mot envoyé, ambassadeur fait partie d’un appel divin reçu, comme le Seigneur le disait à Ésaïe «Qui enverrai-je? Qui veut être notre messager?» Et ici de nouveau, Paul se présente comme un Ambassadeur (un envoyé) de Christ. Et ensuite cette expression merveilleuse ici:

…comme si Dieu exhortait par nous; nous vous en supplions au nom de Christ: Soyez réconciliés avec Dieu!

Bien-aimés frères et sœurs, nous ne sommes pas ici de nous-mêmes, nous étant mandatés de nous-mêmes non. C’est Dieu qui nous a mandaté pour partager la parole merveilleuse avec tout ce qui fait partie du message divin contenant les promesses et les prophéties du temps de la fin, pour partager cela avec le peuple de Dieu, rendre témoignage de ce que Dieu a fait dans notre temps. Comment est-ce-que c’était avec frère Branham? Il lui a été dit: «Je t’enverrai». Un envoi divin. Recevoir un ordre du Seigneur, envoyé pour l’Église du Dieu vivant. Et tous ceux qui sont de Dieu écoutent les paroles de Dieu. Et comme il est encore écrit dans Jean 13 il est encore écrit: «Si le Seigneur envoie quelqu’un et que nous le recevons, si nous recevons celui que Dieu a envoyé, nous recevons, en fait, le Seigneur qui l’a envoyé». Cela est écrit dans l’Évangile de Jean chapitre 13 au verset 20:

En vérité, en vérité, je vous le dis, celui qui reçoit celui que j'aurai envoyé me reçoit, et celui qui me reçoit, reçoit celui qui m'a envoyé.

Bien-aimés frères et sœurs, de quoi il s’agit dans notre temps? L’appel à sortir, la préparation de l’Épouse de l’Agneau doit avoir lieu dans sa réalité avant le retour du Seigneur. Et nous avons tous compris et avons reçu dans la foi ce qui a été dit à frère Branham le 11 juin 1933 «tel que Jean-Baptiste a été envoyé comme précurseur de la première venue de Christ, c’est ainsi que tu seras envoyé avec un message qui sera précurseur du retour de Christ». Ça, c’est «AINSI DIT LE SEIGNEUR», c’est l’accomplissement des prophéties bibliques dans notre temps. Et c’est pour cette raison que nous remercions Dieu le Seigneur pour le grand privilège qu’Il nous a fait de sortir, de quitter le chemin large qui mène à la perdition, et nous a conduit, en passant par la porte étroite, sur le chemin étroit, et nous a ouvert l’intelligence pour les écritures pour que dans la foi, nous puissions recevoir ces choses, recevoir ce que le Seigneur nous dit par la parole et peut nous révéler par le Saint-Esprit.

Je suis touché. Et comme hier soir nous l’avons dit, et cela a aussi été lu: «que celui qui veut se glorifier, qu’il se glorifie de connaitre le Seigneur». Nous ne nous glorifions pas, nous ne sommes rien, rien du tout. Il est dit que «même si vous avez fait tout ce que je vous ai ordonné, alors dites que vous êtes des serviteurs inutiles». Ça, je peux le dire devant la face de Dieu: après aucune prédication, j’ai eu la poitrine gonflée. Pas une unique fois après plus de neuf mille prédications, je me suis imaginé quoi que ce soit. J’ai toujours été affligé et dit «Seigneur, est-ce-que Tu as trouvé ce qui Te revient de plein droit? Est-ce-que tu as pu parler à Ton peuple? Est-ce-que tout a été prêché comme Toi Tu le veux?» Après chaque prédication, je rentre en jugement avec moi-même, comme aussi avant une réunion. Qui est l’homme qui s’imagine quelque chose ou qui veut se glorifier? Non. Nous nous glorifions de la grâce de notre Dieu qui nous a été accordée.

Mais il faut bien-sûr que cela soit aussi dit: à un appel divin, une grande responsabilité est liée que tous ne comprendront pas, mais sûrement dans la foi, peuvent comprendre. Si Dieu donne une promesse et ensuite accorde un appel pour prêcher Sa parole au peuple de Dieu, alors on se tient directement sous un ordre divin, mandaté par Dieu pour prêcher la vraie parole de Dieu.

Et si ensuite nous considérons encore les autres écritures, rapidement, c’est merveilleux. Particulièrement aussi dans le prophète Jérémie, comme nous l’avons lu hier, et ensuite aussi, la promesse dans l’Ancien Testament répétée dans le Nouveau Testament, que Dieu parle à Son peuple, et tous ceux qui sont de Dieu écoutent Sa voix et reçoivent et acceptent ce que Dieu, dans ce temps a à nous dire. Dans Jérémie 24, Jérémie 24 verset 7 il est écrit:

Je leur donnerai un cœur pour qu'ils connaissent que je suis l'Éternel; ils seront mon peuple, et je serai leur Dieu, s'ils reviennent à moi de tout leur cœur (car ils se convertiront de tout leur cœur, en allemand. NDLR).

Ici est la clé «ils se convertiront de tout leur cœur», ils reviendront à moi de tout leur cœur. Appelés à sortir de toutes les communautés religieuses, revenir à Dieu, revenir à Sa parole. «Ils reviendront à moi de tout leur cœur, dit le Seigneur». Bien-aimés frères et sœurs, que cela soit accompli en toi et en moi. Pas seulement avec un cœur à moitié, mais être revenu de tout son cœur à Dieu, nous convertir de tout notre cœur, une conversion entière de tout notre cœur. Et que nous soyons prêts à dire «que Ta volonté soit faite dans ma vie, je suis prêt à Te servir dans ma vie et à me mettre à Ta disposition et à Te suivre».

Et ensuite, dans Jérémie chapitre 25, nous avons une prophétie qui concernait le peuple d’Israël comme le prophète Daniel l’a particulièrement mentionné dans Daniel chapitre 9. 

Ici dans Jérémie chapitre 25, on peut lire beaucoup. Lisons le verset 11 de Jérémie chapitre 25:

Tout ce pays deviendra une ruine, un désert, et ces nations seront asservies au roi de Babylone pendant soixante-dix ans.

Ça, Dieu devait le fixer ainsi, que Son peuple soit en captivité à Babylone pendant soixante-dix ans. Et si nous lisons dans les Psaumes, particulièrement le Psaume 137, comment les choses ont été pour le peuple de Dieu qui ont dû accrocher leurs harpes aux murs et ne pouvaient plus chanter les cantiques de Sion parce ce qu’ils se trouvaient sur un sol étranger, en captivité. Mais le Seigneur a dit: «je suis venu pour rendre libre les captifs, et délivrer les prisonniers» - Dans Luc chapitre 4, notre Seigneur a cité ce verset d’Ésaïe- Le Seigneur est venu pour nous rendre libre, pour que nous puissions de nouveau, devant Sa face chanter les cantiques de Sion.

Lisons le Psaume 137, quelques versets de ce Psaume.

Sur les bords des fleuves de Babylone, Nous étions assis et nous pleurions…

Parce qu’ils étaient en captivité, ils avaient été désobéissants et ne marchaient pas sur les voies de Dieu. Il est encore dit ici:

…en nous souvenant de Sion.

Oui. Ils se sont souvenus de ce qui était autrefois, et dans quel état ils sont maintenant. Que le Dieu tout-puissant soit remercié. L’appel à sortir de la captivité babylonienne a eu lieu, et ils pouvaient chanter les cantiques de victoire sur le sol de victoire dans le pays de la promesse. Le verset 2 maintenant du Psaume 137:

Aux saules de la contrée Nous avions suspendu nos harpes.

Auparavant ils avaient joué des harpes, mais maintenant, leurs instruments étaient suspendus, et ils n’y touchaient pas. Dans la captivité, pas dans la liberté, des enfants de Dieu dans l’esclavage. Et ensuite au verset 4:

Comment chanterions-nous les cantiques de l'Éternel Sur une terre étrangère? Si je t'oublie, Jérusalem, Que ma droite m'oublie!

Dieu n’oublie pas Jérusalem, cette ville qu’Il a choisie. Mais justement, Jérusalem a été plusieurs fois souvent détruite (dix-neuf fois détruite) comme aucune autre ville sur terre. Pourquoi? Cette ville que Dieu a justement choisie, sur la montagne de Sion à Jérusalem, le Seigneur commencera Son règne, les cent quarante-quatre mille seront, dans Apocalypse, rassemblés sur la montagne de Sion; Dieu manifestera Sa victoire avec l’Église des nations et aussi avec Son peuple d’Israël. Et ensuite au verset 6:

Que ma langue s'attache à mon palais, Si je ne me souviens de toi, Si je ne fais de Jérusalem le principal sujet de ma joie!

Dieu a conduit les choses ainsi, la fin sera glorieusement couronnée. Dans notre temps aussi, bien-aimés frères et sœurs, il y a deux chemins: il y a le chemin large qui conduit à Rome, et il y a le chemin étroit qui nous ramène à Jérusalem, au commencement, à ce qui s’était passé le jour du fondement de l’Église primitive. 

Et il faut que cela soit dit dans l’amour mais avec tout le sérieux: l’apparition de l’église de l’État, n’a pas été l’Église de Christ. Il faut juste le lire. En l’année 312, Constantin s’est déclaré Pontifex Maximus disant: «je suis le chef de l’état et le chef de l’église». En 313, il a interdit aux Juifs de fêter le sabbat, et il a utilisé leurs synagogues pour d’autres objectifs. Et plusieurs communautés chrétiennes qui existaient à l’époque, il les a toutes convoquées, et c’est ainsi que le concile de Nicée a commencé. Et toute une autre confession a été inventée. Ce n’était pas le commencement de l’Église de Jésus-Christ, c’était le commencement de l’église d’état dans le royaume romain d’autrefois. Et quand ensuite on regarde et qu’on considère les deux milles années du règne de l’église catholique, combien de millions des martyrs et des meurtres ont été faits? 

Et après la percée de la réformation, deux cents ans, cent années auparavant, il y a eu des réveils que ce soit Valdès, ou bien… il y a eu des réveils, il y a eu un Wyclif en Angleterre, un Huss à Prague, il y a eu un… il y a eu déjà des hommes de Dieu qui étaient apparus avant Luther, Calvin et Zwingli. Mais ensuite vint la percée. Bien-aimés frères et sœurs, il faut que quelque chose d’important soit dit: après la réformation, Dieu a accordé des réveils l’un après l’autre; et dans chaque réveil il y a eu toujours beaucoup plus de lumière, et les croyants ont toujours été ramenés toujours plus à la parole originale. Après le réveil de Wesley, il s’agissait d’aller plus profondément dans la sanctification; Menno Simons a particulièrement dit aux sœurs comment est-ce qu’elles doivent s’habiller, comment est-ce qu’elles doivent venir à la réunion; pour lui, l’important était l’habillement des sœurs, la décence. Il a même dit que «l’extérieur reflète ce qui est à l’intérieur, dans notre cœur». Dans chaque réveil, l’accent a été mis sur plusieurs choses, jusqu’au réveil pentecôtiste qui, en 1906 a percé, et a atteint le monde entier.

Mais qu’est-ce qui se passe maintenant? Maintenant il faut que, tel que dans tous les réveils auparavant, les luthériens n’étaient pas repartis à l’église catholique, les méthodistes ne sont pas non plus repartis à Luther; les baptistes ne sont pas repartis à Wesley. Tous ne sont pas repartis en arrière, tous, dans chaque nouveau réveil, ont fait un pas de plus vers l’avant, ils ne sont pas repartis en arrière. Qu’est-ce-qui se passe maintenant dans notre temps?  Maintenant tous retournent à Rome et disent: «la réforme est maintenant terminée!». Non. Nous ne retournons pas à Rome, nous repartons à Dieu, repartons à la parole, repartons à Jérusalem. Nous repartons à ce qui a été prêché et expérimenté au commencement. Et c’est ainsi que nous reconnaissons le temps et le message que le Seigneur nous a accordé. C’est comme ça que nous avons vraiment reconnu le message que le Seigneur nous a accordé. 

Bien-aimés frères et sœurs, que ce soit que maintenant nous comprenons toute l’importance du message, je vous dis que quand nous irons dans la gloire, nous aussi, nous allons chanter avec les harpes de Dieu, et nous allons remercier le Seigneur de ce que nous avons, par Sa grâce, entendu Sa voix, et nous ne sommes pas repartis en arrière, mais, en entendant Sa voix, nous avons fait un pas de plus devant, dans le dernier réveil que nous pouvons voir maintenant. Pas charismatique, mais par l’Esprit de Dieu, être conduits dans toute la vérité.

Et aussi cette photo du Brésil, de grandes réunions dans lesquelles plus de mille personnes rassemblées, et le prédicateur a chargé sa fille de douze ans de prier pour les malades. C’est sa fille de douze ans qu’il a appelé pour prier pour les malades, et lui il vient après pour rassembler l’offrande et la dîme etc. Quand on lit ce qui se passe dans ces communautés, et cela dans notre temps, et en plus toujours en se référant au Seigneur. Non. Il est encore écrit «Dieu a établi dans Son Église les uns comme apôtres, les autres comme prophètes, les autres comme pasteurs, docteurs et évangélistes», il est encore écrit que «Dieu enverra un prophète pour ramener nos cœurs à ce que nos pères ont cru et ont enseigné au commencement».

Bien-aimés frères et sœurs, nous pouvons toujours de nouveau le dire en insistant: Dieu nous a accordé cette grâce dans le jour du salut. Maintenant justement, à la fin du temps de la grâce, Il nous a donné la grâce de vivre maintenant et d’accepter, de recevoir et de remercier le Seigneur pour ce qu’Il nous a accordé.

Parlant de jouer à la harpe, cela est témoigné trois fois dans l’Apocalypse: une fois, les vingt-quatre vieillards sont montrés tombant sur leurs faces et remerciant le Seigneur alors que l’Agneau de Dieu prit dans Ses mains le Livre sellé des sept sceaux. Nous lisons cela dans Apocalypse chapitre 5. Tous peuvent le lire. D’abord, ce sont les vingt-quatre vieillards qui tombent sur leurs faces. Bien-aimés frères et sœurs, alors qu’aujourd’hui je lisais cela, je me suis demandé: «quand est-ce-que dans la crainte, nous allons après une prédication, tomber sur notre face, et avec reconnaissance, remercier le Seigneur, tomber devant Lui? Que nous puissions être saisis de Sa crainte». Tu as été pris de la poussière et tu redeviendras poussière. Qu’est-ce-que Dieu a fait de nous? Nous qui sommes poussière, Il a fait de nous des fils et des filles de Dieu. Cela nous humilie, cela nous rend petits dans la présence de Dieu. Qui es-tu, qui suis-je? Qui sommes-nous? Et encore une fois: «celui qui veut se glorifier, qu’il se glorifie dans le Seigneur», et ça, nous pouvons le faire consciemment, être reconnaissants pour ce que le Seigneur a fait pour nous, le remercier pour cela. 

Ici, il est écrit dans Apocalypse 5 verse 9

Et ils chantaient un cantique nouveau, en disant: Tu es digne de prendre le livre, et d'en ouvrir les sceaux; car tu as été immolé (Alléluia! Amen!), et tu as racheté pour Dieu par ton sang des hommes de toute tribu, de toute langue, de tout peuple, et de toute nation;

Alors, bien-aimés frères et sœurs, ici, nous voyons le résultat de l’œuvre accomplie de la rédemption. Alors que le Livre scellé fut mis entre les mains de l’Agneau, les rachetés par le sang de l’Agneau, le troupeau est montré. Et là, il fut chanté et joué avec des harpes, et le but de la rédemption par le sang de l’Agneau a été exprimé dans ce cantique. Pourquoi est-ce-que nous prêchons le centre, le noyau de l’importance de ces choses, c’est-à-dire la rédemption, l’œuvre accomplie à Golgotha, et nous insistons en disant que le salut n’existe en aucun autre en dehors de Jésus-Christ notre Seigneur? Réfléchissez-y un peu, pensez à ceci: il y a deux mille années d’ici, un homme simple, Jean l’apôtre, sur l’île de Patmos… et je me dis en même temps combien de grâce cet homme a eu de Dieu, de voir des visions et de pouvoir écrire ce qu’il voyait! Lié à Dieu, dans la présence de Dieu, il pouvait voir, entendre écrire, voir entendre écrire un évènement l’un après l’autre! Je pleure, je pleure! Qu’est-ce-qui se passe avec nous? Nous lisons dans la parole de Dieu, nous lisons, nous constatons, liés aussi à Dieu dans Sa présence, nous lisons et nous écoutons aussi et nous croyons. Et ce qui est écrit devient pour nous une parole révélée, vivante. Nous sommes ici aussi, comme cela a été dit, de tous les peuples, les langues et les nations. C’était la promesse que Dieu avait donnée à Abraham dans Genèse chapitre 12 «en toi seront bénies toutes les nations de la terre».

Et quand nous pensons à ce que l’Évangile du royaume, avec tout ce qui appartient au royaume de Dieu est prêché aux nations comme témoignage! Nous ne sommes pas dans notre propre œuvre, nous sommes dans le mandat de Dieu, en voyage avec le dernier message de l’appel à sortir, de la préparation de l’Église Épouse, et de sa séparation. 

Et ici au verset 10 d’Apocalypse chapitre 5:

Tu as fait d'eux un royaume et des sacrificateurs pour notre Dieu, et ils régneront sur la terre.

D’abord, l’enlèvement a lieu. Et après le festin des noces, nous revenons avec notre Seigneur et nous régnerons mille ans avec Lui. Bien-aimés frères et sœurs, ça, ce sont des promesses de Dieu qui s’accompliront comme cela est écrit ici dans la parole de Dieu. 

Et ensuite dans Apocalypse chapitre 14, nous avons l’exposé de ce qui s’est passé. Apocalypse 14 verset 2:

Et j'entendis du ciel une voix, comme un bruit de grosses eaux, comme le bruit d'un grand tonnerre; et la voix que j'entendis était comme celle de joueurs de harpes jouant de leurs harpes. Et ils chantaient un cantique nouveau devant le trône – Alléluia -, et devant les quatre êtres vivants et les vieillards. Et personne ne pouvait apprendre le cantique, si ce n'est les cent quarante-quatre mille, qui avaient été rachetés de la terre.

Nous avons déjà dit cela une fois ici il y a des années passées. Imaginez-vous, le troupeau racheté de tous les peuples, les langues et les nations, l’Épouse de l’Agneau, va dans la gloire et chante là-bas dans la gloire et joue à la harpe. Et le retentissement de ce cantique-là, du ciel retentit jusque sur la terre, sur la montagne de Sion, où les cent quarante-quatre mille à ce moment-là seront scellés et rassemblés, et ils peuvent apprendre ce cantique-là, et entonner avec ceux qui sont au ciel, le même cantique. 

Bien-aimés frères et sœurs, à la fin, il y aura une harmonie totale avec tous les rachetés des nations et d’Israël. À la fin, tout sera parfait et nous serons pour toujours avec le Seigneur, que ce soit après l’enlèvement au festin des noces de l’Agneau, ou alors après Son retour pour le règne de mille ans. Et ce verset est aussi connu de nous tous. Je me réjouis bien-aimés frères et sœurs, parce que le peuple d’Israël devait laisser leurs harpes suspendues au mur et dire «comment est-ce-que nous pouvons chanter les cantiques de Sion sur une terre étrangère?». C’était seulement des cris de lamentation pendant la captivité. Mais quand ils sont revenus, c’était des cris de joie, et c’est ainsi que ce sera aussi dans la gloire. 

Apocalypse 15 versets 2 et 3:

Et je vis comme une mer de verre, mêlée de feu, et ceux qui avaient vaincu la bête, et son image, et le nombre de son nom, debout sur la mer de verre, ayant des harpes de Dieu.

Toute à l’heure, ce n’était que des harpes, mais ici, il est dit «harpes de Dieu» dans leurs mains.

Et ils chantent le cantique de Moïse, le serviteur de Dieu, et le cantique de l'agneau, en disant: Tes œuvres sont grandes et admirables, Seigneur Dieu tout-puissant! Tes voies sont justes et véritables, roi des nations!

Résumons de quoi il s’agit maintenant: de reconnaitre le jour et l’heure. Vous savez, nous avons répété cela dans Luc 19, alors que notre Seigneur pleurait amèrement en regardant vers Jérusalem et disait: «Jérusalem, Jérusalem, combien de fois ais-je voulu te rassembler, mais vous ne l’avez pas voulu». Et qu’est-ce-qui a suivi ensuite? En l’année 70 après Christ, ce fut la destruction de Jérusalem, et ils ont été éparpillés dans le monde entier. Comme le Seigneur dans Luc 21 verset 24 l’a prédit: «Jérusalem sera foulée aux pieds par les nations, jusqu’à ce que les temps des nations soient accomplis».

Bien-aimés frères et sœurs, ceci doit aussi être dit: Dieu peut être avec nous seulement si nous marchons sur Ses voies dans la foi et l’obéissance. Dieu ne pouvait pas être avec Israël alors qu’ils étaient idolâtres; ils ont bâti des autels sur la montagne d’Éphraïm et sous les arbres, ils adoraient du bois, ils commettaient de l’idolâtrie. Et Dieu a dû dire qu’Il ne pouvait plus rien faire pour eux, tel que c’est écrit dans Hébreux chapitre 9. Et cela m’avait touché dernièrement à Zurich, et me touche encore, que Dieu ne pouvait plus rien faire pour Son peuple parce qu’il marchait sur ses propres voies, ils avaient dévié. Lisons encore cela et examinons-nous nous-mêmes dans l’amour. Dieu nous parle ici. Examinons-nous bien-aimés frères et sœurs, dans quel état nous sommes devant la face de Dieu. Hébreux chapitre 8 verset 9:

Non comme l’alliance que je traitai avec leurs pères, Le jour où je les saisis par la main Pour les faire sortir du pays d’Égypte; Car ils n’ont pas persévéré dans mon alliance, Et moi aussi je ne me suis pas soucié d’eux, dit le Seigneur.

Je vous dis frères et sœurs que cette parole m’a tellement touché le cœur: «Je ne me suis plus soucié d’eux, dit le Seigneur». Tant qu’ils marchaient dans la foi et l’obéissance sur le chemin de Dieu, la manne tombait du ciel, la colonne de feu était avec eux, l’eau du rocher coulait, la présence de Dieu parmi Son peuple. Et qu’est-ce-qui s’est passé plus tard? Ils ont marché dans leurs propres voies, leurs propres programmes, leurs propres pensées, et ils ont fait de l’idolâtrie; et alors, Dieu le Seigneur devait dire: «et moi aussi, je ne me suis pas soucié d’eux, je ne pouvais plus rien faire pour eux». J’espère que vous comprenez ce qui se passe en moi. Je lie cela à cette demande très importante: Que chacun entre en lui-même et s’examine sincèrement: est-ce-que le Seigneur peut être avec nous dans le chemin dans lequel nous sommes? Quand nous sommes devant des décisions à prendre, nous devons d’abord consulter le Seigneur et demander d’abord: «Seigneur, est-ce-que Tu peux marcher avec moi dans la décision que je prends maintenant? Est-ce-que tu peux m’accompagner? Est-ce-que Toi le Seigneur Tu peux être avec moi pendant que j’ai ces pensées et que je prends cette décision?» Pas dans l’incrédulité et dans l’hésitation, mais dans la sincérité devant la face de Dieu, avec un cœur pur, dire: «Bien-aimé Seigneur, que Ta volonté sois faite dans ma vie, me voici, fais-moi grâce et aide-moi, sois avec moi tous les jours de ma vie, comme Tu l’as promis», et avec chacun individuellement jusqu’à ce que nous passions de la foi à la vue.

Il y a aussi bien-sûr encore cette parole de 2 Samuel chapitre 15: «la désobéissance est aussi coupable que la divination, et la résistance ne l’est pas moins que l’idolâtrie». Que Dieu nous fasse grâce, qu’Il nous accorde un cœur de croyant, un cœur obéissant, un cœur qui croit et qui obéit, et de prendre nos décisions avec le Seigneur, de prendre la décision de marcher avec le Seigneur pour qu’Il puisse marcher avec nous, et de recevoir Sa parole dans la foi. Je le répète encore une fois, avec un cœur sincère: quand nous avons des décisions à prendre, nous devons dire «Bien-aimé Seigneur, est-ce-que Tu pourras être avec moi quand je prends cette décision?», et de tout notre cœur, que nous puissions dire «que Ta volonté soit faite sur la terre comme au ciel».

Bien-aimés frères et sœurs, en résumé, on peut vraiment dire que Dieu nous a fait grâce et qu’Il nous a fait sortir du chemin large qui mène à la perdition. Il nous a ramenés sur le chemin étroit en nous faisant passer par la porte étroite, et nous sommes sur le chemin étroit qui conduit à la vie. Nous avons reçu par Sa grâce la vie éternelle, le pardon de nos péchés, et nous avons dans notre cœur la vie éternelle. Et ça, nous pouvons aussi le dire: seul celui qui a reçu la vie éternelle de son vivant, vivra éternellement; il ira au ciel, il ira aussi dans l’éternité. La vie éternelle commence déjà ici sur terre dans les vrais croyants. C’est ici sur terre qu’on doit recevoir la vie éternelle, car, c’est ainsi que c’est écrit dans 1 Jean chapitre 5 versets 11 et 12: «Celui qui a le Fils a la vie». Et cette certitude de la foi, tu peux l’avoir, je peux l’avoir.

Nous avons accepté Jésus-Christ notre Seigneur. À celui qui l’a reçu, cette parole de l’Évangile de Jean au premier chapitre, les versets 12 et 13 s’accomplissent: «à tous ceux qui l'ont reçue, elle a donné le pouvoir de devenir enfants de Dieu» c’est-à-dire, à ceux qui croient en Son nom.

Et maintenant je voudrais que tous puissent dire amen (l’assemblée dit «amen». NDLR) tous ceux qui croient en Son nom, au nom qui est au-dessus de tout nom, le nom du Seigneur Jésus-Christ. Dites «amen» (l’assemblée dit «amen». NDLR). C’est ainsi que c’est écrit: «tous ceux qui l'ont reçue et qui croient en son nom», reçoivent la vie éternelle. Ne doute jamais de cela, remercie Dieu pour la rédemption, remercie le Seigneur pour la vie éternelle, remercie le Seigneur pour le messager qu’Il a envoyé dans notre temps. 

Et ceci doit encore être dit: moi, je n’aurai pas de message, je serais resté dans l’église libre pentecôtiste. Alors que hier, dans cette belle ville de Kassel où nous étions, j’ai dû penser là-bas, en 1953, je prêchais déjà aussi à… il y avait eu des réunions puissantes, déjà en 1953, l’Esprit de Dieu agissait puissamment. Mais qu’est-ce-qui se passe maintenant aujourd’hui? Dieu a conduit les choses ainsi, de telle manière que j’ai pu, en août 55, entendre frère Branham, et vous savez que j’étais traducteur pour d’autres évangélistes, pour Osborn et d’autres évangélistes. Mais Dieu a ouvert mon intelligence et mon cœur: lors de la première réunion, je savais déjà que cet homme est un homme envoyé de Dieu, et que personne ne peut faire ce qui se passe ici si Dieu n’est pas avec lui. Depuis le commencement déjà, je savais que Dieu était avec lui par ce qui se passait, et la relation était établie par Dieu Lui-même. Et j’ai pu reconnaitre que frère Branham était un homme, un prophète promis dans la Bible qui devait apporter le message divin avant le retour de Christ et qui l’a apporté, et ce message devait être porté dans le monde entier.

Si je peux encore mentionner ceci: si Dieu accorde Sa grâce, le jeudi prochain, l’un des plus longs voyages va commencer. En commençant par Hong Kong, ensuite Manille aux Philippines, ensuite à Séoul en Corée du Sud, ensuite Oulan-Bator en Mongolie. Et en revenant, je vais passer par Pékin pour prêcher la parole, et nous allons prêcher le message du salut et inclure tout ce qu’il contient, et apporter à tous le message de Dieu.

Et que ceci soit aussi dit: même si tous écoutent et que les Brochures et les Lettres Circulaires continuent et que les DVD sont suivis et que tous sont connectés, mais quand soi-même on est dans les lieux, la joie est grande. Et nous sommes reconnaissants à Dieu de ce que je n’ai pas besoin de marcher à part dans les aéroports, mais sinon, je ne fais que monter dans l’avion et descendre. Je vais de pays en pays et de ville en ville. 

Et ça aussi, je l’ai dit ici lors de la première réunion de cette année en janvier, il y a vingt ans de 1993 à 2015, j’avais entrepris six millions huit cent treize kilomètres. Vous savez ce qu’est un million. Un million est un million. Mais Six millions de kilomètres de vol en vingt ans. Les années passées, il n’était pas possible de calculer les trajets par vol. Six millions en vingt ans. Qu’est-ce-qui s’est passé avant? Je ne sais pas combien de millions de kilomètres j’ai entrepris avant 93, car à l’époque, ils ne comptaient pas les vols. Mais le Seigneur a fait grâce, et les derniers seront appelés à sortir, et il y en a qui seront appelés à sortir à la dernière minute comme c’est écrit dans Jude «comme du feu». Vous devriez voir comment les frères me serrent la main et disent «nous te disons merci d’être venu». Et ils disent «frère Frank, où serions-nous si Dieu ne t’avait pas envoyé pour nous apporter le vrai message de la Bible». Il y a des frères dans tous les peuples, les langues et les nations qui sont reconnaissants pour la clarté de la prédication, pour la clarté de la parole et du message que nous portons dans le monde entier.

À Lui le Dieu puissant, le Dieu fidèle, le Dieu d’Abraham, d’Isaac et de Jacob, soit la louange dans toute l’éternité, dans le saint nom de Jésus-Christ. Alléluia! Amen! (L’assemblée dit «amen». NDLR). Levons-nous pour la prière. Aujourd’hui je voudrais demander à plusieurs frères qui sont venus nous visiter, et aussi le frère qui ira au Japon, qu’ils puissent venir. Il y a un frère des Pays-Bas qui est là, qu’il puisse aussi venir, et que le frère de Kinshasa puisse aussi venir. Le frère Arben va traduire. Mais nous voulons d’abord chanter «Tel que je suis sans rien à moi». (L’assemblée chante le chœur «Tel que je suis sans rien à moi». NDLR).

Pendant que nous gardons les têtes courbées et que l’Esprit de Dieu continue à nous parler, que cela ait lieu, que les derniers prennent leur décision pour le Seigneur, abandonnent le chemin large qui mène à la perdition et foulent le chemin étroit en passant par la porte étroite qui mène à la vie. Notre Seigneur et Rédempteur appelle encore aujourd’hui: «Venez à moi vous tous qui êtes fatigués et chargés». Bien-aimés frères et sœurs, aussi toutes les difficultés de caractère familial, nous pouvons apporter tout au Seigneur. Beaucoup passent par des problèmes très difficiles, que ce soit dans le couple, dans la famille, partout, il y a des difficultés. 

Aujourd’hui nous n’allons pas pouvoir prier pour beaucoup comme hier soir, plus de cent personnes sont restées pour la prière, pendant plus d’une heure, nous avons prié. Aujourd’hui, nous allons seulement prier pour quelques personnes qui sont vraiment dans des détresses extrêmes. Et tous ceux qui peuvent croire, qu’ils puissent recevoir la réponse de Dieu, car la parole est prêchée que «Jésus-Christ est le même hier, aujourd’hui est éternellement». Et dans Marc à la fin du chapitre 16, il est écrit «le Seigneur travaillait avec eux et confirmait Sa parole par des signes et des prodiges et des miracles». Le Seigneur travaillait avec eux et confirmait la parole par des signes et des miracles qui accompagnaient la parole. Et c’est ainsi que dans toute la congrégation, le Seigneur confirmait la parole en l’accompagnant avec des miracles et des prodiges. Comme c’était au commencement, c’est comme ça que ça sera à la fin et c’est comme ça que maintenant à la fin ça doit être. Notre Seigneur est l’Alpha et l’Oméga. Il est le même hier, aujourd’hui et éternellement. Il a le dernier mot. Et s’Il dit «sois guéris», et cela Il l’a dit à tous ceux qui vinrent à Lui. Aujourd’hui, on n’a pas besoin de venir devant, aujourd’hui, regardez au Seigneur. Cherchez la communion avec Lui, le contact avec Lui. Faites descendre les harpes suspendues aux murs. Nous ne sommes plus dans la captivité babylonienne, nous ne sommes plus dans la captivité du péché, dans l’esclavage; nous sommes sur le sol victorieux, nous sommes revenus sur le sol des promesses. «Et toutes les promesses de Dieu sont oui et sont amen». Croyez de tout votre cœur cela, et ça deviendra une réalité pour vous parce que Dieu, dans Sa parole l’a dit ainsi.

Chantons maintenant ensemble «Crois seulement, crois seulement». (L’assemblée chante le chœur «Crois seulement, crois seulement». NDLR). 

Seigneur Dieu tout-puissant, je mets mes mains sur Ta sainte parole «le ciel et la terre passeront, mais Ta parole demeure éternellement». Et Tu confirmes Ta parole. Sauve ceux qui sont perdus, libère, délivre tous ceux qui sont sous l’empire de Satan, et couronne nous tous de grâce et de miséricorde. Que tous ceux qui souffrent dans leurs corps et qui sont malades, particulièrement ceux qui ont des douleurs et aussi beaucoup qui ne peuvent pas être ici aujourd’hui, qui sont âgés et ont besoin qu’on s’occupe d’eux. Bien-aimé Seigneur, fais grâce et confirme Ta parole en l’accompagnant par des signes, des prodiges, et des miracles. Que des guérisons, des délivrances aient lieu au nom de Jésus-Christ, par la puissance du sang, de la parole et de l’Esprit de Dieu. Que ceci soit le jour dans lequel nous aussi nous puissions prendre les instruments suspendus aux murs, et que nous puissions arrêter de nous lamenter et de défaillir, et que dans la foi, nous puissions fouler le sol des promesses de Ta parole, venir dans Ta présence et T’expérimenter de nouveau. Descends de manière puissante parmi nous, confirme Ta parole et couronne nous tous de grâce et de miséricorde.

Encore aujourd’hui, nous Te remercions pour chaque écriture que nous avons considérée comme précieuse dans Ta sainte parole. Bien-aimé Seigneur, si déjà autrefois les vingt-quatre vieillards tombèrent sur leurs faces et t’apportèrent la reconnaissance, chantant et jouant des harpes, et ont vu la rédemption dans son achèvement; de tous les peuples, les langues et les nations, les rachetés sont devant Ton trône; que devrions-nous dire ô Seigneur! Tu as envoyé Ton serviteur le prophète, Tu es apparu sur la Nuée surnaturelle lui ordonnant de retourner à Jeffersonville car l’ouverture des sept sceaux devait avoir lieu; Bien-aimé Seigneur, en mars 1963 fut l’accomplissement de ces choses, et aujourd’hui, nous avons toutes ces prédications, nous avons la parole révélée. Et nous avons aussi toutes les prédications sur l’ouverture des sceaux. Et Seigneur, nous pouvons prêcher Ta parole! Ô Seigneur, qui suis-je, qui sommes-nous pour venir dans Ta présence et T’apporter la reconnaissance! Seigneur, Tu as frayé un chemin, Tu as déchiré le voile, Ton sang est encore sur le trône de la grâce, et nous pouvons venir avec assurance. 

Je Te remercie encore de ce que Tu as envoyé Ton serviteur le prophète pour ouvrir le livre scellé et révéler ce que tu avais à nous dire. Je Te remercie Bien-aimé Seigneur. Je sais que dans tous les sept âges de l’Église qui sont représentés dans Apocalypse 2 et 3 avec leurs noms, à la fin le témoignage est écrit: «que celui qui a des oreilles pour entendre, entende ce que l’Esprit dit aux Églises». 

Bien-aimé Seigneur, nous sommes aujourd’hui ici, et tous ceux qui sont connectés, de la Nouvelle Zélande à l’Australie, en passant par les États-Unis et le Canada, par le monde entier, par tous les continents, nous sommes rassemblés devant Ta face, et nous Te remercions de ce que Tu nous as fait grâce et que nous pouvons écouter ce que l’Esprit dit aux Églises par la parole. Dans ce temps, Tu as parlé avec nous et par nous. Et comme nous l’avons lu dans l’épitre de Pierre, les prophètes avaient leurs ministères, leurs devoirs de prédire ce qui allait arriver; les apôtres dans le Nouveau Testament ont révélé que Toi Tu veilles sur toutes Tes promesses pour les accomplir. 

Bien-aimé Seigneur, maintenant nous sommes arrivés à la fin du temps de la grâce, Ta parole révélée est écoutée, crue et révélée dans tous les peuples, les langues et les nations: pour cela, je Te dis merci de tout mon cœur. Ensemble, nous louons la puissance de Ton sang, de Ta parole et de Ton Saint-Esprit. 

À Toi le Dieu tout-puissant soit la louange, l’honneur, la gloire et l’adoration dans toute l’éternité, dans le saint nom de Jésus-Christ! Alléluia! Amen! (L’assemblée dit «amen»).



Cette brochure est la retranscription de la Réunion Mensuelle de Krefeld
du Dimanche 05 Février 2017 tenue par le frère Ewald Frank.