Mission Populaire Libre

Jésus-Christ est le même hier, aujourd'hui et éternellement" (Hèbreux 13:8)

Langue:

Krefeld, Samedi 4. Février 2017 / Ewald Frank

Langue: français

Other languages




«L’accomplissement des prophéties Bibliques dans notre temps».

Réunion Mensuelle de Krefeld, Samedi 4. Février 2017

Vous pouvez vous asseoir. Frère Thomas, Pourras-tu encore nous chanter quelques chœurs avec nous pour que notre foi soit fortifiée et que nous entrions dans la bonne disposition avec la grâce de Dieu. Oui. Simplement quelques chœurs.

Nous commençons avec le chœur numéro 8, «crois seulement, crois seulement). (L’assemblée chante le chœur. NDLR). Nous donnons l’honneur à Jésus. (L’assemblée chante le chœur «nous donnons l’honneur à Jésus». NDLR). «Je L’aime, je L’aime». (Je L’aime, je L’aime. NDLR). 

Nous disons de tout notre cœur «amen» à cela. Soyez les bienvenus, particulièrement tous ceux qui sont là aujourd’hui pour la première fois. Nous avons aussi de la visite de l’Inde, de l’Afrique, de la visite de différents pays. Que Dieu le Seigneur puisse faire grâce pour que tous, dans toutes les langues, écoutent la parole de Dieu. Maintenant, elle est traduite simultanément en quinze différentes langues, et nous espérons que vous appartenez à ceux qui écoutent ce qui est traduit. 

Que Dieu puisse aussi bénir tous nos traducteurs de la plénitude de Sa grâce. Qu’il soit avec eux et qu’Il leur accorde spontanément le mot correct. Vous savez, en traduisant, en général on a assez de temps pour trouver le mot adéquat quand on traduit par écrit, mais quand c’est simultané, on n’a pas le temps de réfléchir, le mot doit venir spontanément. C’est ainsi que nous sommes reconnaissants de tout notre cœur pour tous nos frères qui eux-mêmes, sont fondés dans la parole, et qui de tout leur cœur, suivent. Que le Seigneur puisse les bénir tous. 

Nous souhaitons aussi de la même manière, la bienvenue à tous ceux qui sont en ligne; qu’ils puissent aussi être bénis; ils écoutent et la plupart peuvent aussi voir en ligne ce qui est fait et dit ici. 

Je dois encore rapidement remettre les salutations. (Frère Frank lit les salutations. NDLR). 

Mes bien-aimés, nous le devons à nos frères et sœurs de remettre leurs salutations. Je lis leurs mails, mais ils veulent que les salutations soient transmises, et ça, nous le faisons de tout notre cœur.

Encore une fois, les frères qui sont dans le ministère qui sont ici... où est le frère de l’Inde, le frère qui est venu de New Delhi, le frère qui était dans le bureau tout à l’heure, où es-tu? Où es-tu? Où est le frère de l’Inde, de New Delhi? Oui! Il est sur le balcon, que Dieu te bénisse. Nous avons le frère Foresteri aujourd’hui ici, et beaucoup de frères dans le ministère. Et mon traducteur est aussi ici, celui qui me traduit toujours en français, le frère Taty. Que Dieu puisse bénir tous de la plénitude de Sa grâce.

Aujourd’hui, je suis revenu fatigué. Nous avons entrepris plusieurs centaines de kilomètres. Nous étions invités à une conférence, et là-bas, je devais rendre témoignage de mon appel divin. Il y avait treize différentes dénominations orthodoxes et… qu’est-ce qu’il y a en Égypte encore? Oui? Oui… enfin… il y avait plusieurs religions présentes, et la plupart ont eu quelques mots à dire. Je n’ai pas eu beaucoup de temps; après une introduction, j’ai commencé à prêcher, et ce n’était plus bien pour eux. Alors, le responsable est venu, et je devais déjà arrêter. Mais je vais vous dire sincèrement frères et sœurs, et aussi à tous ceux qui sont là pour la première fois, et ceux qui sont là de nouveau: nous ne jugeons pas, mais nous portons une telle grande douleur en nous quand on entend ce qui est dit dans les religions et dans la politique ici et là, c’est vraiment incroyable. On peut se tenir la tête entre les mains et partir. Quelle grâce Dieu nous a faite de reconnaitre le jour et l’heure, et d’avoir part à ce que Dieu fait maintenant. J’espère, frères et sœurs, que ce que Dieu a fait en nous inonde de nouveau notre cœur, et ce que cela signifie d’avoir trouvé grâce devant Dieu. Il est écrit dans l’Évangile de Jean chapitre un verset 16:

Et nous avons tous reçu de sa plénitude, et grâce pour grâce;

Toujours nouvelle, toujours nouvelle. Et encore au verset 17:

…car la loi a été donnée par Moïse, la grâce et la vérité sont venues par Jésus-Christ.

Maintenant, c’est le temps du salut, maintenant c’est le temps de la grâce, le jour favorable. Comme nous avons souvent dit et insisté: celui qui vit aujourd’hui et qui ne prends pas part et qui méprise ce que Dieu fait maintenant, il méprise Dieu Lui-même. Je le répète encore une fois: Nous ne jugeons pas, mais les gens ont tous parlé sans Dieu, en dehors de Dieu et de Sa parole; de manière pieuse, et ils pensent même… il y en a un qui disait: cela n’a pas bien réussi à Jésus-Christ, alors, Il s’est tourné vers Marie et cela a réussi avec Marie. Non! Je vous le dis encore une fois, je vous le dis: Dieu, dans le jour du salut nous a secouru. Le dernier voulait donner quel parti devrait être voté en Allemagne, il voulait donner son avis et conseiller les gens. 

Bien-aimés frères et sœurs, que le Seigneur nous donne toujours de reconnaitre le temps dans lequel nous vivons. Et je voudrais encore dire dès le commencement de cette réunion déjà: aujourd’hui, nous allons prier pour tous ceux qui sont dans des détresses, ceux qui sont dans des problèmes. Nous allons oindre d’huile et prier, nous allons imposer les mains. Personne ne doit repartir d’ici avec son fardeau aujourd’hui. Vous savez, frère Branham n’a pas seulement prêché, mais il lui a été directement ordonné lors de son appel «il te sera donné un don de guérison divine, et tu prêcheras la parole aux nations». Et Dieu dans notre temps, de manière extraordinaire a utilisé frère Branham et l’a béni. J’ai plusieurs fois rendu témoignage de mon expérience. Mais, maintenant puisqu’il s’agit de la prière pour les malades, après que nous avons terminé l’entretien avec frère Branham autrefois et que nous étions sur le parking, il était en train de monter dans sa voiture, j’ai eu encore une question qui brûlait dans mon cœur, et j’ai demandé: «frère Branham, est-ce-que Dieu exaucera aussi ma prière pour les malades?», et il s’est tourné vers moi et il a dit: «frère Frank, chacun qui est appelé par le Seigneur à prêcher l’Évangile, est aussi appelé par le Seigneur à prier pour les malades». Cela va ensemble: Le salut de l’âme et la guérison du corps vont ensemble. Nous ne faisons pas confiance en un homme, nous faisons confiance à Dieu; mais c’est Dieu qui utilise des hommes pour prêcher Sa parole; mais c’est Lui qui la confirme.

Nous voulons considérer plusieurs écritures. Comme déjà dit, je suis un peu sous le choc de ce que nous avons vécu dans cette conférence avec quatre frères; mais plein de reconnaissance malgré tout devant mon Dieu pour la grâce qu’Il nous a accordée. Il y a des versets bibliques, le frère Borg a lu dans Jérémie chapitre 9, déjà dans l’Ancien Testament, Dieu a dit: «celui à qui je fais grâce, je lui fais grâce». Déjà dans l’Ancien Testament, Moïse a prié et a dit «Seigneur, si j’ai vraiment trouvé grâce devant Toi, fais-moi connaitre Tes voies». La grâce n’est pas un nouveau sujet, c’est un vieux sujet. La grâce d’avoir trouvé grâce devant Dieu, veut-dire reconnaitre les voies de Dieu et ensuite, y marcher. C’était Jérémie chapitre 9 qui a été lu comme introduction. Lisons encore une fois Jérémie 9 verset 23 je crois n’est-ce pas? Jérémie chapitre 9? C’était le chapitre 9? Oui. C’est merveilleux. Au verset 23:

Ainsi parle l'Éternel…

C’est ainsi dit l’éternel. Et ce qu’Il dit c’est ainsi tel qu’Il l’a dit. C’est Lui qui parle:

Que le sage ne se glorifie pas de sa sagesse, Que le fort ne se glorifie pas de sa force… Mais que celui qui veut se glorifier se glorifie d'avoir de l'intelligence et de me connaître.

Ça, c’est la crainte de Dieu. Pas de l’imagination, pas de l’orgueil, pas que quelqu’un pense être quelque chose de spécial. Mais tout ce que nous sommes, nous le sommes par la grâce de Dieu. Et ici au verset 24:

Mais que celui qui veut se glorifier se glorifie d'avoir de l'intelligence et de me connaître, de savoir que je suis l'Éternel, qui exerce la bonté, le droit et la justice sur la terre; Car c'est à cela que je prends plaisir, dit l'Éternel.

Énoch avait le bon plaisir de Dieu, nous avons besoin du bon plaisir de Dieu. Que Dieu prenne bon plaisir en nous, en notre marche, en notre vie. Nous avons besoin de Sa bonté, de Sa miséricorde. Et ça, c’est le temps favorable dans lequel nous visons justement, c’est le jour du salut. Et celui qui trouve dans ce temps de la grâce, la grâce devant Dieu, il consacrera sa vie au Seigneur.

Et j’aimerais aussi dire ceci à tous: pas seulement dans l’enseignement, mais il y a ces trois domaines qui appartiennent à la prédication: l’évangélisation, le message du salut, la prédication qui a comme centre qu’il n’y a de salut en aucun autre en dehors de Jésus-Christ Lui seul, car c’est ainsi que c’est écrit: «Dieu était en Christ et a réconcilié le monde avec Lui-même». Celui qui se détourne, qui dévie, il méprise Dieu, il se détourne de Dieu et s’éloigne de la grâce et du salut. «Celui qui invoque le nom du Seigneur sera sauvé», c’est ainsi que c’est écrit. Et nous avons la grâce et nous pourrons toujours encore expérimenter le salut de notre âme, la délivrance de notre esprit et la guérison de notre corps par la grâce de Dieu. Nous pouvons le prêcher et l’expérimenter. 

Pensez à ces paroles: 

Celui qui veut se glorifier se glorifie d'avoir de l'intelligence et de me connaître, de savoir que je suis l'Éternel.

Encore le verset de l’Évangile de Jean (Jean 1 verset 17. NDLR)

Car la loi a été donnée par Moïse, la grâce et la vérité sont venues par Jésus-Christ.

Bien-aimés frères et sœurs, ici, il s’agit seulement d’une chose, c’est-à-dire: que la sainte parole de Dieu doit être prêchée telle qu’elle est écrite noir sur blanc dans la Bible. Ça, je l’ai dit il n’y a pas longtemps lors de cette conférence-là: Celui qui, dans son entièreté veut comprendre l’ordre de mission et l’exécuter, il doit, à partir de Matthieu 28 là où il s’agit du Nom, aller à Marc 16, là où il s’agit de la foi: «Celui qui croira et qui sera baptisé». Matthieu 28: Nom; Marc 16: foi et baptême. Ensuite, il doit aller avec cet ordre de mission dans Luc 24 verset 47 où il est écrit que «la repentance et le pardon des péchés seraient prêchés en son nom à toutes les nations». Et ensuite, après ces trois versets, aller dans Jean 20: 23: «Ceux à qui vous pardonnerez les péchés, ils leur seront pardonnés». Pas comme ça, que quelqu’un vienne avec de l’eau soit disant bénite ou un peu d’encens et puis… non. Nous prêchons d’abord le pardon. Et à celui qui croit au pardon, nous pourrons alors dire au Nom du Seigneur: «tes péchés sont pardonnés, en raison de la foi en Jésus-Christ que tu as reçue par l’écoute de la parole et en l’œuvre de la rédemption accomplie sur la croix à Golgotha».

Et ça aussi, je l’ai dit dans cette conférence: en ce qui concerne l’exécution du baptême d’eau, on doit aller d’Actes des Apôtres chapitre 2 à Actes des Apôtres chapitre 8. Et de Actes des Apôtres chapitre 8, on doit aller au chapitre 19, pour savoir comment est-ce-que les apôtres ont exécuté l’ordre de mission. On ne peut pas simplement comme ça avoir des fantaisies et interpréter. Non. On doit retourner, et on retourne à la parole de Dieu, à l’enseignement des apôtres et des prophètes car, c’est sur cela que l’Église primitive a été fondée. Et c’est comme ça que c’est écrit dans Actes des Apôtres chapitre 2 verset 42: «Ils persévéraient (ils demeuraient) dans l'enseignement des apôtres». Et nous, nous pouvons aujourd’hui dire que nous sommes revenus dans l’enseignement des apôtres.

Bien-aimés frères et sœurs, combien de fois le frère Branham a-t-il dit que «le message de l’heure s’intitule: revenir à la parole, revenir à Dieu, revenir à la parole originale, revenir à l’enseignement des apôtres, revenir au commencement de l’Église?». Ça, c’est le message divin pour notre temps.

Il faut que cela soit dit encore une fois: des enseignements étrangers, des choses étrangères qui sont enseignées, c’est de l’idolâtrie. Il ne s’agit pour eux que d’une seule doctrine. Quand ils ont une doctrine qui n’est pas biblique -par exemple sur les sept tonnerres- c’est un culte, une idolâtrie en fait. C’est devenu une idolâtrie, c’est leur sujet principal. Et tout ce qu’ils disent tourne toujours autour de ce sujet-là, il s’agit pour eux toujours des sept tonnerres. Ils peuvent alors tout de suite faire un veau d’or et danser autour de lui. Non. Nous prêchons la parole de Dieu dans l’équilibre, sans spécialité. Nous ne donnons aucune interprétation, et nous laissons tout à Dieu, et c’est Lui qui fera les choses bien.

Et aussi durant toutes ces années, depuis 1962, beaucoup d’années sont passées, et en aucun temps, nous n’avons eu une interprétation particulière, une doctrine particulière. Mais nous avons, dans l’équilibre, dans la sobriété, prêché toutes les écritures. 

Le temps est arrivé où tous, nous devons faire personnellement avec le Seigneur nos expériences du salut. C’est simplement important que l’Esprit de Dieu se déverse maintenant sur nous et que nous soyons tous vivifiés. Dans ces jours-là, je parlais je crois que c’était avec le frère Myskys, et il disait: «frère Frank, nous avons la promesse comme c’était avec Job, il a reçu une double portion. Pas seulement le rétablissement de tout ce qu’’il avait perdu auparavant, mais, une double portion de tout ce qu’il avait perdu». Et c’est ainsi que c’est écrit aussi dans l’Ancien Testament, dans Job chapitre 42, et aussi dans le Nouveau Testament, dans Jacques chapitre 5, en relation justement, avec la pluie de l’avant et de l’arrière-saison. Dieu a pris des exemples de l’Ancien Testament pour, dans le Nouveau Testament, nous aider à croire pour que nous sachions que le même Dieu de l’Ancien Testament, est encore le Dieu du Nouveau Testament. Je le dis de nouveau et je me réjouis en fait de ce que réellement, dans le Nouveau Testament, nous avons huit cent quarante-cinq citations de l’Ancien Testament. Huit cent quarante-cinq. C’est simplement merveilleux. L’harmonie entre l’Ancien et le Nouveau Testament! Huit cent quarante-cinq citations de l’Ancien Testament.

Et tous, vous savez ce qu’est un testament. Dans un testament, la dernière volonté est exprimée. Celui qui a déjà eu une fois un testament entre les mains – j’ai déjà eu un testament entre les mains – alors, sur le dernier couvert de la page, il y a une bande noire-rouge d’en haut à droite en bas à gauche. Et à gauche, il y a un sceau à la dernière page, il y a le sceau. Et je devais penser à Apocalypse chapitre 5: le livre scellé des sept sceaux. Le contenu divin n’a pas besoin d’être changé, ça exprime la dernière volonté de Dieu. Rien n’a le droit d’être ajouté, rien n’a le droit d’être retranché. Et c’est ainsi que notre Seigneur l’a aussi dit dans Apocalypse chapitre 22, dans les derniers versets: «celui qui ajoute ou qui retranche». Qu’est-ce-qui va arriver alors à tous ceux qui ajoutent des choses aux écritures? Ils se retranchent eux-mêmes de l’arbre de vie par des interprétations et des choses qu’ils ajoutent qui ne sont pas écrites. Un testament, je le répète encore, est définitif, il est absolu; il y a le sceau et c’est fini. Rien n’a le droit d’être changé.

Et nous sommes reconnaissants pour l’Ancien et le Nouveau Testament. Pour l’harmonie. Le même Saint-Esprit, le même Esprit de Dieu qui, par les prophètes, a prédit ce qui allait arriver, était aussi le même Esprit de Dieu qui, de Matthieu chapitre 1 verset 1, a de nouveau redonné et nous a montré dans son accomplissement que tout ce qui avait été écrit dans l’Ancien Testament, avait trouvé son accomplissement. Et c’est ainsi aussi avec nous dans ce temps: nous repartons aussi à l’Ancien Testament, nous repartons à Malachie, aux deux derniers versets du prophète Malachie, les deux derniers versets de l’Ancien Testament:

Voici, je vous enverrai Élie, le prophète, Avant que le jour de l'Éternel arrive, Ce jour grand et redoutable…

Ensuite, notre Seigneur Lui-même a répété cette promesse-là de l’Ancien Testament, dans le Nouveau Testament en la confirmant. Vous savez ce que cela signifie pour moi. Est-ce-que vous savez ce que cela signifie pour moi que le Seigneur ait répétée cette promesse-là? Que notre Seigneur, notre Seigneur et Rédempteur, dans le Nouveau Testament, Dans Matthieu 17 verset 11, dans Marc 9 verset 12: Il l’a répété et a confirmé la promesse de l’Ancien Testament: Élie vient premièrement et rétablira toute chose dans l’état primitif. Dites cela à l’un de ces représentants d’Églises orthodoxes et de ces religions, ils vont secouer la tête et partir. Ce qui est précieux pour nous tous, c’est-à-dire l’accomplissement des promesses de Dieu dans notre temps, et ça, nous allons toujours de nouveau le dire en insistant: les enfants de la promesse croient la parole de la promesse, et reçoivent alors l’Esprit promis, et sont conduits par le Saint-Esprit dans toute la vérité. Alors s’accomplira que l’Esprit de Dieu, pas du prédicateur, pas d’un frère, pas d’un prophète; mais l’Esprit de Dieu nous conduit dans toute la vérité. La parole, la vérité est prêchée, mais il faut qu’elle nous soit révélée par Dieu personnellement. 

Qu’est-ce qu’il en était au temps de notre Seigneur? C’est écrit dans Luc 7 verset 30: Les scribes et pharisiens ont rejeté le conseil divin dans leur temps parce qu’ils ne se sont pas fait baptiser du baptême d’eau. Oui. Est-ce-que vous pouvez comprendre pourquoi cela? Parce que Jean-Baptiste était le prophète promis de Dieu dans leur époque, pas seulement dans Ésaïe 40 verset 3: «une voix crie dans le désert: Préparez le chemin de l'Éternel, aplanissez une route pour notre Dieu»; mais aussi la promesse de Malachie chapitre 3 verset 1 où le Seigneur Lui-même a dit: «Je vous envoie Mon messager devant moi». Le Seigneur ne l’a-t-il pas dit Lui-même dans Malachie? Et le Seigneur est Lui-même venu. C’est ainsi que c’est écrit dans Luc chapitre 2 au verset 11: «Car aujourd’hui dans la ville de David, un Sauveur vous est né, qui est le Christ, le Seigneur». Pas une deuxième personne, mais Le Seigneur Lui-même vous est né, «…la parole est devenue chair, et elle a habité parmi nous». Et tous ceux qui autrefois avaient reconnu le ministère de Jean-Baptiste, allèrent au Jourdain pour se faire baptiser. Ils ne sont pas restés à Samarie ou quelque part, mais ils sont allés là où la parole de l’heure était prêchée.

Bien-aimés frères et sœurs, pourquoi est-ce-que nous venons de différents peuples et langues? Pourquoi est-ce-que des frères entreprennent plus de mille huit cent kilomètres pour venir ici un weekend? Pourquoi est-ce-que nous sommes ici? Pour écouter la parole de l’heure, pour nous préparer pour le retour de Christ. Nous sommes mis à part, séparés de tous les autres. Ça, on peut dans ces jours comme aujourd’hui, mieux voir et ressentir d’être séparés, d’être mis à part. Nous n’avons aucune place nulle part; mais, par la grâce de Dieu… Celui qui qui entend Sa voix… et ça, c’est toujours de nouveau, particulièrement dans Hébreux… laissez-moi lire ce verset d’Hébreux… ensuite… dans Corinthiens d’abord. C’est merveilleux et encore une fois merveilleux, parce que Dieu nous a accordé la grâce. Ici dans Hébreux… Hébreux verset… Non. 2 Corinthiens chapitre 6, un chapitre connu de nous tous. 2 Corinthiens chapitre 6 verset 2:

Car il dit (car il est écrit, en allemand. NDLR) bien-sûr qu’il est écrit, pas seulement il est dit, mais il est écrit – Ésaïe 49 verset 8 -: Au temps favorable je t'ai exaucé, Au jour du salut je t'ai secouru. 

Celui qui veut que sa prière soit exaucée, il doit venir à Dieu dans la foi. Il doit venir dans la foi à Dieu, et ensuite s’accomplira: 

Au temps favorable je t'ai exaucé, Au jour du salut je t'ai secouru. Voici maintenant le temps favorable, voici maintenant le jour du salut.

Est-ce-que nous ne pouvons pas dire amen à cela, à une telle parole biblique? (L’assemblée dit «amen». NDLR). Vous voyez, Il dit «maintenant». Pas hier soir, pas avant-hier, pas après demain; mais aujourd’hui, maintenant, dans les moments dans lesquels nous sommes. Maintenant, c’est le temps favorable, voici maintenant c’est le jour encore du salut, car le sang est encore sur le trône de la grâce.

Alors que pour la première fois j’avais entendu un frère tonnerriste prétendre que le sang n’est plus sur le trône de la grâce, j’étais ébranlé. Le sang demeure sur le trône de la grâce, et même encore pendant le temps de la grande tribulation, car le grand troupeau qui passera par la grande tribulation après l’enlèvement, lavera ses vêtements dans le sang de l’Agneau. De tout notre cœur, nous sommes reconnaissants pour tous les versets bibliques, pour la clarté de la parole de Dieu. Et nous allons réellement, seulement d’une écriture à une autre. On ne fait rien d’autre. Qu’est-ce-que toi tu peux faire d’autre? Qu’est-ce-que moi je peux faire d’autre? Si le sang de la réconciliation, de la rédemption, n’était plus sur le trône de la grâce, alors cela veut dire que le temps de la grâce serait passé! Non! C’est encore le temps de la grâce, et le sang de l’Agneau est encore sur le trône de la grâce, et on peut encore venir au temps favorable pour être secouru et expérimenter son pardon des péchés. C’est encore possible. Crois de tout ton cœur et toi-même, invoque le Nom du Seigneur et dis: «Bien-aimé Seigneur, Tu as donné Ta vie et Tu l’as fait pour moi. Sauve-moi, fais-moi grâce, sauve mon âme». Et c’est ainsi que chacun de nous expérimentera encore aujourd’hui la grâce de Dieu.

Encore ce verset merveilleux dans Hébreux. Je vous dis, l’apôtre Paul est - tel qu’on le reconnait à la fin de l’épître aux Hébreux que c’est lui qui en est l’écrivain - un homme envoyé de Dieu et qui a reçu la grâce de Dieu. Il a ordonné toutes les choses de manière biblique à leurs places. Et ici dans Hébreux chapitre 3, ici, il est écrit au verset 12:

Prenez garde, frères, que quelqu'un de vous n'ait un cœur mauvais et incrédule, au point de se détourner du Dieu vivant.

Ça aussi, nous avons déjà eu à en parler. Celui qui ne croit pas Dieu Le rend menteur. Qui es-tu, qui suis-je pour ne pas croire Dieu? Nous pouvons croire Dieu car Dieu est digne qu’on croie ce qu’Il dit et ce qu’Il fait. Toutes les promesses de Dieu sont oui et amen. Et ici, l’incrédulité est mise en relation avec la chute. Nous vivons dans le temps de la grande apostasie, de la grande chute. Et c’est pour cette raison que nous estimons si grand le fait que Dieu nous ait ramené à la parole originale, à la foi originale. Nous estimons grandement cela, comme Jude l’a écrit de «combattre pour la foi qui a été transmise au saints une fois pour toute». Et le Seigneur Lui-même a dit: «Je me sanctifie Moi-même pour vous pour que vous soyez sanctifiés dans la vérité». Et la parole de Dieu est la vérité, et c’est dans la parole de Dieu que nous sommes sanctifiés par la grâce de Dieu. L’un va avec l’autre. Ça va ensemble. On ne peut pas séparer ces choses. Ici il est écrit:

Prenez garde, frères, que quelqu'un de vous n'ait un cœur mauvais.

Il dit «prenez garde, ne prenez pas ça à la légère. Ne pensez pas que cela ne pourra pas vous arriver». Tel qu’il est écrit ici, chacun de nous, nous devons tous prendre garde. À nous aussi qui sommes ici et sur toute la terre, vous qui écoutez, qu’en aucun de nous, nous qui croyons les promesses de Dieu pour ce temps et qui écoutons, recevons et croyons le message de l’heure; c’est de nous qu’il s’agit. Que parmi nous, il n’y ait aucun cœur incrédule et mauvais qui soit trouvé au point même de se détourner de Dieu. Que nous puissions de tout notre cœur croire Dieu, et de tout notre cœur remercier Dieu pour la grâce qu’Il nous a révélée.

Et ça continue encore ici dans Hébreux chapitre 3, si nous allons au verset 15:

Pendant qu'il est écrit (de nouveau une parole de l’Ancien Testament, le Psaume 95): Aujourd'hui, si vous entendez sa voix, N'endurcissez pas vos cœurs, comme lors de la révolte.

C’est merveilleux. Dans les temps de tribulation aussi, dans le temps d’épreuves par lesquelles nous passons, dans le temps des problèmes; et en ce moment, il y a beaucoup de croyants qui passent par les épreuves les plus difficiles telles qu’on en a jamais entendu. Mais, restez attachés à ce que Dieu nous a donné en Jésus-Christ. Et ici il est écrit:

Aujourd'hui, si vous entendez sa voix…

On peut le dire: dans notre aujourd’hui, nous avons entendu Sa voix. Pas toutes les différentes voix qui ne sont pas vraies, mais la voix qui est vraie, la voix de notre Seigneur et Rédempteur.

N'endurcissez pas vos cœurs, comme lors de la révolte.

Mais que cette parole soit accomplie en nous, et que Dieu ait trouvé Son bon plaisir dans le temps de la grâce, et qu’Il nous ait secourus et exaucés, nous qui écoutons Sa voix dans ce temps, que cela soit manifesté que Dieu nous a secourus, nous qui avons reconnu ce qui sert à notre paix et à notre salut. Et alors, en nous s’accomplit: «la grâce est venue par Jésus-Christ, et nous avons reçu grâce pour grâce». Ensuite s’accomplira: «celui à qui je fais grâce, je lui fais grâce». Pas seulement pour un court laps de temps, mais l’élection de Dieu part avant la fondation du monde, car c’est là-bas que Dieu déjà, a pu à l’avance savoir qui croirait, qui accepterait et qui ne le ferait pas. Et Il a pu, avant la fondation du monde, inscrire les noms de ceux qui croiraient dans le Livre de l’Agneau immolé.

Et encore les deux derniers versets d’Hébreux chapitre 3. Les versets 18 et 19:

Et à qui jura-t-il qu'ils n'entreraient pas dans son repos, sinon à ceux qui avaient désobéi?

Nous avons eu à parler aussi de ça: «L’obéissance est mieux que chaque sacrifice». On peut faire beaucoup de sacrifices et apporter beaucoup de sacrifices, ça ne servira à rien. L’obéissance, l’obéissance est mieux que le sacrifice. Et ensuite, au verset suivant, au verset 19:

Aussi voyons-nous qu'ils ne purent y entrer à cause de leur incrédulité.

Les deux étaient présents: «l’incrédulité et la désobéissance». Et on ne peut pas assez lire les deux versets d’Ézéchiel chapitre 20 parce qu’ils nous brisent le cœur. Dieu le Seigneur avait d’abord donné une promesse et avait même juré de les faire entrer dans le pays. Et ensuite, à cause de leur incrédulité, Il n’a pas pu les faire entrer. Si toi et moi sommes dans la désobéissance et l’incrédulité, Dieu ne peut pas continuer à nous accompagner, Dieu ne peut pas nous accompagner et marcher avec nous. Dieu marche avec nous si nous, nous marchons avec Lui et en accord avec Sa parole.

Et ici, ce verset du prophète Ézéchiel chapitre 20. Nous allons tous les recevoir dans notre cœur. Ici, à partir du verset 5:

Tu leur diras: Ainsi parle le Seigneur, l'Éternel: Le jour où j'ai choisi Israël, j'ai levé ma main vers la postérité de la maison de Jacob, et je me suis fait connaître à eux dans le pays d'Égypte; j'ai levé ma main vers eux, en disant: Je suis l'Éternel, votre Dieu. 

Et nous pouvons continuer à lire. Et si nous lisons jusqu’au verset 8, il est écrit:

Et ils se révoltèrent contre moi, et ils ne voulurent pas m'écouter. Aucun ne rejeta les abominations qui attiraient ses regards, et ils n'abandonnèrent point les idoles de l'Égypte. J'eus la pensée de répandre ma fureur sur eux, d'épuiser contre eux ma colère, au milieu du pays d'Égypte. 

Dieu avait frayé le chemin, Dieu avait divisé la mer et avait fait tout ce qui pouvait être fait. Et quand ensuite nous lisons à cela le verset 15, peut-être le verset 13 d’abord:

Et la maison d'Israël se révolta contre moi dans le désert. Ils ne suivirent point mes lois, et ils rejetèrent mes ordonnances, que l'homme doit mettre en pratique, afin de vivre par elles, et ils profanèrent à l'excès mes sabbats. 

Ensuite le verset 15 suit:

Dans le désert, je levai ma main vers eux, pour ne pas les conduire dans le pays que je leur avais destiné, pays où coulent le lait et le miel, le plus beau de tous les pays, et cela parce qu'ils rejetèrent mes ordonnances et ne suivirent point mes lois, et parce qu'ils profanèrent mes sabbats, car leur cœur ne s'éloigna pas de leurs idoles.

Bien-aimés frères et sœurs, ça aussi, je dois le dire ainsi, nous l’avons déjà dit aussi plusieurs fois: Dieu est Dieu. Même si en tant que créateur, en tant que Juge, en tant Rédempteur, en tant que quoi que ce serait qu’Il se soit manifesté, que ce soit en tant que Père au ciel, sur terre dans le Fils, dans l’Église par le Saint-Esprit, Il demeure Le Seul et le même Dieu d’éternité en éternité. Mais, dites-le à toutes ces Églises, alors vous devez faire attention à ce qui va vous arriver. Tous rejettent cet enseignement du Dieu seul et unique, ils ont tous des différentes directions, mais leur point de rencontre est la Trinité. Malgré qu’ils vont dans des directions différentes, leur point de rencontre est la Trinité. Et ça, nous l’avons dit: cela est la limite au blasphème. C’est un blasphème de croire que Dieu dans l’éternité, a engendré le Fils et l’a fait naître. Un homme qui est normal dans sa tête, qu’il puisse se représenter une telle chose. Ça, c’est un blasphème. La Trinité est un blasphème au plus haut niveau. Dieu est le Dieu tout-puissant d’éternité en éternité; et Le Fils est né ici sur terre à Bethlehem, pas dans l’éternité. C’était dans le dessein du salut de Dieu, pour qu’Il puisse Lui-même venir vers nous et que la parole devienne chair, et que le Seigneur puisse payer le prix pour nous, pour notre rédemption. Et Il ne pouvait le faire qu’en venant Lui-même à nous dans ce monde, en naissant, «étant trouvé comme un homme, semblable à un homme», né d’une femme pour pouvoir verser Son saint sang. Et c’est ce qu’Il a fait pour notre salut et notre pardon, tel qu’Il l’a dit dans Matthieu 26 à partir du verset 26 jusqu’au verset 28: 

Ceci est mon sang, le sang de l'alliance, qui est répandu pour plusieurs, pour la rémission des péchés.

Frères et sœurs, résumons: Dieu, dans le jour du salut, dans le temps favorable, nous a secouru; Il nous a exaucé, Il nous a secouru. Nous avons entendu Sa voix, en nous, il n’y a pas de résistance, de rébellion. Nous acceptons ce que Dieu dit entièrement dans la foi, et le Seigneur accorde la grâce que cela nous soit ensuite personnellement révélé. Chaque parole que nous croyons nous sera ensuite révélée. L’Église est fondée sur la révélation: «ce ne sont pas la chair et le sang qui t’ont révélé cela, mais c’est mon Père qui est dans les cieux». Et si nous allons à Apocalypse chapitre 1, il est parlé de la révélation de Jésus-Christ. Être introduit, être conduit dans le dessein du salut de notre Dieu. 

Que tous ceux qui sont là pour la première fois, et ceux qui s’ajoutent de nouveau, puissent être saisis par la grâce de Dieu pour savoir qu’il n’y a pas de salut dans un autre nom; et qu’aucun autre nom n’a été donné aux hommes pour qu’ils puissent être sauvés en dehors du nom de notre Sauveur. Il est écrit: «tu l’appelleras Jésus, car c’est Lui qui sauvera Son peuple de ses péchés». C’est ainsi que c’est écrit, et c’est ainsi que nous le croyons. Nous sommes reconnaissants à Dieu.

En résumé, je voudrais dire la chose suivante: Dieu est fidèle. Nous n’avons pas «suivi des fables habilement conçues», et nous ne sommes pas non plus allés dans différentes directions de foi, des directions des religions, des dénominations. Le Seigneur ne nous a pas dit: «je vous donnerai beaucoup d’églises», mais Il a dit «je bâtirai Mon Église». Il n’a pas dit «je bâtirai mes églises», mais il a dit: «je bâtirai Mon Église». L’église de… il y a combien de noms d’églises! Non. Orthodoxes… Non. Il a dit: «Je bâtirai Mon Église. Je la rachèterai, je payerai le prix pour elle, elle est Mon appartenance. J’ai donné Mon sang pour elle, j’ai donné Ma vie pour elle». Et ensuite «tu M’appartiens, tu es à Moi. Je t’ai racheté, Je t’ai appelé de ton nom, tu M’appartiens». (Ésaïe 41 verset 10).

Que les jeunes et les vieux puissent accepter la grâce de Dieu et croire en Jésus-Christ; et de tout leur cœur Lui faire confiance. Que cela soit encore mentionné: tous ceux qui n’ont pas encore eux-mêmes invoqué personnellement le nom du Seigneur, et n’ont pas encore expérimenté le pardon des péchés, s'il vous plaît, aujourd’hui, quand nous allons prier ensemble, ouvre ta bouche dans la prière. Toi-même, invoque le nom du Seigneur Jésus. Invoque-le. S’il te plait, demande-Lui de te parler. Et je peux vous assurer que tous ceux qui croient le message de l’Évangile, reçoivent le pardon de leurs péchés par la foi en Jésus-Christ notre Seigneur et Rédempteur, qui, sur la croix à Golgotha mourut pour nous. Nous sommes le peuple de la nouvelle alliance.

Répétons encore une fois comme nous l’avons lu dans Jérémie chapitre 9: «que celui qui veut se glorifier se glorifie d'avoir de l'intelligence et de me connaître, de savoir que je suis l'Éternel», qu’il se glorifie de la grâce de Dieu qui nous a été manifestée.

Bien-aimés frères et sœurs, apprenez à estimer et soyez reconnaissants pour tout ce que Dieu nous a révélé. Soyez reconnaissants de nouveau tous les jours pour ce que Dieu, par Sa grâce nous a accordé. On peut vraiment dire que tout le conseil du salut de notre Dieu a été prêché dans notre temps, jusque même à l’ouverture des sept sceaux. Et à ce sujet aussi, avant-hier, j’ai encore lu les premiers seize chapitres de l’Apocalypse. Oh mes bien-aimés! Le cœur s’élargit et déborde. Tout est clair. On peut tout ordonner bibliquement. C’est merveilleux! «L’Esprit de Dieu nous conduit dans toute la vérité». Et il n’y a pas une seule question qui reste. Tout ce qui est écrit nous a aussi été révélé par le Saint-Esprit. Que Dieu, dans tous les peuples, dans toutes les langues, dans toutes les villes puisse bénir.

Et quand je pense que nous avons joint cent soixante-douze pays! Plus de mille six cents connexions dans le monde entier de cent soixante-douze pays. Bien-aimés frères et sœurs, ça aussi, c’est Dieu qui a conduit et dirigé les choses ainsi, de ce que les langues soient représentées et à notre disposition ici, et que la connexion soit possible. Pas seulement dans tous les peuples, les langues et les nations, mais, on peut prêcher aussi même les mystères que Dieu a révélés. Durant tous les voyages missionnaires, je dois montrer l’introduction dans le dessein du salut de notre Dieu avec l’humanité. Mais ici, on peut s’approfondir dans la parole de Dieu, et le monde entier peut l’entendre en direct et voir. Ça, c’est une grâce inexprimable de notre Dieu.

On peut encore une fois dire en insistant: «dans le jour du salut, le Seigneur nous a secouru, et au temps favorable, Il s’est révélé à nous, Il nous a exaucés». Qu’Il nous accorde la foi, l’obéissance pour que Son bon plaisir puisse reposer sur nous. S'il vous plaît, acceptez cela. Par la puissance du sang, nous sommes rachetés; par la parole nous sommes sanctifiés; par le Saint-Esprit, nous sommes scellés pour le jour glorieux de la rédemption de notre corps. Tout ce qui était nécessaire, Dieu l’a fait et il achèvera Son œuvre avec triomphe. Pas seulement avec moi et les frères qui étaient avec moi dans la conférence aujourd’hui, mais avec tous, qu’une grande reconnaissance puisse monter vers Dieu comme jamais auparavant, car c’est à ça que nous reconnaissons que c’est une réalité. «Celui à qui Je fais grâce, je fais grâce».

Et soyez sincères. Nous sommes-nous nous-mêmes glorifiés ou avons-nous glorifié frère Branham ou Paul? Non. Nous nous glorifions dans le Seigneur qui nous a fait grâce et nous a fait savoir ce qui sert à notre paix: la pleine rédemption, le plein pardon, le plein salut que par la grâce, Dieu nous a révélé; et la révélation de Sa sainte et précieuse parole.

Que tous de l’Australie, de la Nouvelle Zélande, en passant par les États-Unis et partout, que tous dans le monde entier soient bénis dans le précieux et saint nom de notre Seigneur Jésus-Christ. Amen!

Levons-nous pour la prière. Chantons le chœur «Tel que je suis sans rien à moi». (L’assemblée chante le chœur «Tel que je suis sans rien à moi». NDLR).

Pendant que nous nous recueillons dans la prière devant le Seigneur, courbons les têtes mais ouvrons les cœurs. Bien-aimés frères et sœurs, que ce jour soit un jour de reconnaissance, de louange. Que de la profondeur de notre cœur, nous puissions remercier notre Dieu et Seigneur de ce qu’Il nous a tous secourus dans le jour du salut, et qu’en nous a trouvé cet accomplissement: «aujourd’hui, si vous entendez Sa voix», et nous avons entendu Sa voix et nous croyons. Et tous ceux qui croient, le Seigneur leur accordera aussi l’obéissance et la foi pour que nous puissions croire et obéir, joindre les deux ensemble. Et ainsi, plaire au Seigneur notre Dieu et vivre pour Son honneur. 

Et aussi toutes les requêtes qui sont parmi nous, et aussi celles dans toute l’Europe et dans le monde entier, nous allons les apporter à notre Seigneur et Rédempteur. Après la réunion, nous allons aussi prier devant. Que tous ceux qui, dans la foi, peuvent recevoir cela, qu’ils puissent le recevoir. Recevez le pardon, la délivrance, la guérison. Tout est accompli et est une réalité déjà achevée. Et déjà huit cents ans avant Golgotha, le prophète Ésaïe avait dit à la forme passée «par ses meurtrissures, vous êtes guéris». De la même manière au passé: la condamnation a été placée sur Lui pour que nous ayons la paix, et par ses meurtrissures, nous avons été guéris. Bien-aimés frères et sœurs, la rédemption est une réalité ici sur cette terre. Acceptez cela. Personne n’a besoin de se perdre. Chacun peut croire aujourd’hui et expérimenter le pardon, la délivrance et la guérison; l’expérimenter personnellement.

Qui veut lever la main pour que nous sachions pour qui nous devons prier! Oui, partout, il y a des requêtes. Oh oui.

Prions.

Dieu tout-puissant, je mets mes deux mains sur Ta sainte et précieuse parole. Je Te remercie du plus profond de mon cœur de ce que, dans le temps de la nouvelle alliance, nous avons le temps de vivre. Tu as promis dans l’ancienne alliance «je vous donnerai un cœur nouveau, un nouvel esprit, une nouvelle vie», et c’est ce que Tu as fait. Et nous Te remercions de tout notre cœur pour cela. Tu as écrit Ta parole dans nos cœurs, nous croyons chaque parole. Ô Bien-aimé Seigneur, que tous ceux qui sont ici puissent expérimenter et recevoir personnellement le pardon de leurs péchés, et qu’ils puissent expérimenter la délivrance du pouvoir de Satan. Tu es le Vainqueur de Golgotha, et nous Te remercions de ce que Tu es ressuscité, Tu as vaincu la mort, Tu as ôté la puissance de la mort, Tu as vaincu Satan et Tu as dit «tout pouvoir m’a été donné sur la terre comme au ciel». Encore ce soir parmi nous, Tu délivres de l’emprise du diable, et Tu confirmes Ta parole. Nous Te remercions de tout notre cœur pour cela. 

Et tous ceux qui sont fatigués et chargés, nous Te les apportons tous. Tu as dit: «venez à moi vous tous qui êtes fatigués et chargés, je vous donnerai du rafraichissement et du repos pour vos âmes». Bien-aimé Seigneur, je Te remercie de ce que Tu nous as exaucés ce soir, je Te remercie pour Ta grâce et Ta fidélité, je Te remercie pour le sang versé sur la croix à Golgotha, de ce que ce sang est encore sur le propitiatoire, sur le trône de la grâce.

À Toi l’Agneau de Dieu soit la gloire alléluia! Dites tous alléluia! (L’assemblée dit «alléluia» NDLR). Louez le Seigneur! Louez le Seigneur, Louez Son saint nom! Remerciez le Seigneur, remerciez-Le tous! Élevez Son saint nom! Louez le Seigneur. Alléluia! Alléluia! Alléluia! Gloire à Dieu! Alléluia! Louez le Seigneur! Alléluia!


Cette brochure est la retranscription de la Réunion Mensuelle de Krefeld
du Samedi 04 Février 2017 tenue par le frère Ewald Frank.