Mission Populaire Libre

Jésus-Christ est le même hier, aujourd'hui et éternellement" (Hèbreux 13:8)

Langue:

Krefeld, Samedi 31 Décembre 2016 / Ewald Frank

Langue: français

Other languages




«L’accomplissement des prophéties Bibliques dans notre temps».

Réunion Mensuelle de Krefeld
Samedi 31 Décembre 2016

(Frère Frank présente les interprètes, l’équipe du centre missionnaire et fait un petit compte rendu des activités du centre au cours de l’année 2016. NDLR).

Nous sommes reconnaissants pour tous les frères et toutes les sœurs qui ont dans le cœur d’aider pour que tout se passe bien pour l’honneur de Dieu tant que cela est possible. Nous voulons que tous se sentent bien, et nous remercions aussi nos deux sœurs qui chantent toujours, nous remercions pour tout, et pour tous ceux qui prennent part au déroulement du culte. Nous sommes aujourd’hui avec notre frère Jean-Claude. Est-il encore là? Est-il parti? Est-ce-que le frère Jean-Claude est ici? Que Dieu te bénisse! Il peut de nouveau parler, et Dieu est capable de le relever complètement. Nous avons prié pour lui et nous l’avons aussi oint d’huile et j’ai dit: «bien-aimé Seigneur, aussi certain que j’impose ma main pour oindre, c’est ainsi que Ta droite est élevée et qu’elle conserve la victoire». Aussi certain, Dieu confirmera Sa parole.

Et pour finir bien-aimés frères et sœurs, merci beaucoup pour le soutien de l’œuvre de Dieu. Je n’ose pas dire ici devant et mentionner tout ce qui est envoyé, et je ne veux même pas mentionner les frais liés à l’envoi. Seulement pour les brochures, cette année, il y a eu sept-mille kilos de brochures, sept-mille kilos de brochures ont été envoyés: des prédications de frère Branham, des Lettres Circulaires, tout ce qui est ici à notre disposition. Je peux aussi dire que depuis le commencement, depuis 1966, nous étions liés les uns aux autres dans l’œuvre de Dieu à tous les frères et sœurs particulièrement de l’Autriche et de la Suisse, seulement à cause de la langue commune à nos pays. Et c’est ainsi que depuis le commencement, ils ont soutenu l’œuvre, et dans le déroulement des années, d’autres pays se sont ajoutés en donnant aussi des contributions à l’œuvre de Dieu pour que cette œuvre missionnaire qui se déroule dans le monde entier soit soutenue, portée, et qu’elle s’effectue. Je veux pour cela dire «merci. Merci pour tout».

Je veux aussi frères et sœurs, dire merci de ce que nous avons cette salle et que nous pouvons nous y rassembler sans être dérangés. Et comme déjà mentionné, que tout le monde, que ce soit de la Nouvelle Zélande ou de l’Australie, où que ce soit sur toute la terre… le frère docteur Mbiye a aussi remis les salutations, c’est dommage que je n’ai pas pu avoir ici devant moi les différents appels téléphoniques car, beaucoup de frères n’ont pas juste envoyé des emails, mais, ils ont appelé et nous ont souhaité les riches bénédictions de Dieu pour la dernière réunion de cette année et aussi pour la nouvelle année. Et nous souhaitons vraiment à tous et de tout notre cœur les riches bénédictions de Dieu.

Comme déjà mentionné, nous avons eu la possibilité pas seulement de prêcher la parole, mais aussi de la propager. Aujourd’hui, j’ai osé la chose suivante… qui des frères peut m’aider s’il vous plaît? Juste pour vous montrer combien des lettres circulaires ont été éditées durant le déroulement des années depuis 1966: 150 Lettres Circulaires. Tout le monde a été informé de ce que Dieu a fait dans notre temps. Nuit et jour, nous avons utilisé le temps pour servir le Seigneur et Son peuple, et nous sommes reconnaissants de ce que Dieu nous accorde toujours la force. Devant moi, en trois langues, la dernière lettre circulaire est déjà éditée: en anglais, en allemand et en français. Nous remercions aussi de ce que tous ceux qui ont pris part à ce travail prennent tout leur temps, et font en sorte… même en Roumain, la lettre est à la disposition du peuple de Dieu. Frères et sœurs, savez-vous ce que cela signifie pour moi? Ça me rappelle un verset biblique de Colossiens. Colossiens chapitre 4. Ici il est écrit ce qui s’était passé autrefois du temps de Paul avec les lettres qui étaient écrites par l’apôtre. Colossiens chapitre 4, ici, c’est le verset… un moment… le verset 12. Colossiens chapitre 4 verset 12, ici, il est écrit que la lettre qui était lue, soit aussi lue à Laodicée. Où est-ce-que c’est écrit? C’est dans quel verset? Colossiens chapitre 4 verset… 14? Non, non. Ou alors le verset 13, oui:

Car je lui rends le témoignage…

Non… Colossiens… S’il vous plait? (Un frère souffle à frère Frank verset 16. NDLR). Colossiens chapitre 4 verset 16:

Lorsque cette lettre aura été lue chez vous, faites en sorte qu’elle soit aussi lue dans l’Église des Laodicéens, et que vous lisiez à votre tour celle qui vous arrivera de Laodicée.

Bien-aimés frères et sœurs, il ne s’agit pas de moi, il ne s’agit pas de frère Branham ni même de Paul: il s’agit de ce que, par la grâce de Dieu, nous avons eu la grâce d’éclaircir par la parole de Dieu chaque sujet biblique par des versets bibliques, pas seulement par des lettres circulaires, mais, tous ceux qui par exemple ont lu le livre «L’Apocalypse» ont reçu toutes les réponses aux questions qui existent aujourd’hui sur le livre d’Apocalypse, sur Apocalypse chapitre 10, Apocalypse 12, Apocalypse 13,14. Dans ce livre, toutes les questions qui ont été posées et qui peuvent être posées ont été répondues. Et, nous sommes reconnaissants à Dieu de tout notre cœur de ce que ces livres sont traduits dans toutes les langues.

Bien-aimés frères et sœurs, je le dis simplement: devant moi, j’ai ici chaque lettre circulaire et chaque livre, j’ai ici le manuscrit et ici la Bible. J’ai écrit ça moi-même de ma propre main avec à ma gauche la Bible, à droite un cahier pour écrire. Tout ce que vous lisez en lettre et en brochure, je l’ai écrit de ma propre main. Je me suis mis à la disposition du Seigneur pour Le servir. Je n’avais pas beaucoup de temps pour autre chose et je ne pouvais faire autre chose que servir Dieu. Et je peux le dire avec une bonne conscience: ce livre (ça va faire vingt ans, je crois que nous l’avons édité en septembre 1994), nous n’avons pas besoin de corriger quelque chose, tout peut rester tel que c’est écrit. Et nous pouvons dire qu’Il nous a encore plus approfondis dans Sa parole.

J’espère que tout le monde comprend que, pas une unique fois nous avons corrigé frère Branham, mais, nous sommes revenus à la Bible, à la parole, car, c’est pour cette raison que frère Branham avait été envoyé, pour nous ramener à la parole de Dieu, au commencement. Et, le rétablissement que Dieu a prévu pour nous est directement en relation avec cela. Que Dieu reçoive ainsi de nous tout ce qui Lui revient de plein droit et que nous puissions aussi recevoir ce qui nous revient de plein droit; et que l’église devienne un seul cœur et une seule âme, et qu’il n’y ait plus de doctrines étrangères à la Bible, qui n’ont pas leurs origines dans la Bible. Aujourd’hui, nous avons déjà entendu combien il existe des différentes doctrines sur les sept tonnerres et tant de choses qui sont propagées. Je voudrais de tout mon cœur dire en premier la chose suivante: dès le commencement, Dieu a séparé la lumière des ténèbres. La lumière et les ténèbres, vérité et tromperies ne peuvent jamais se mélanger, ce n’est pas possible. Ou nous sommes sous l’influence divine et disons et prêchons seulement ce qui est écrit noir sur blanc dans la Bible et est en relation avec tout le témoignage des saintes écritures, ou alors, nous sommes sous une mauvaise influence et interprétons les écritures en tordant le sens. C’est pour cette raison que Paul a parlé de ceux qui ont été trompés et se sont égarés, il dit qu’ils doivent se laisser corriger. Je crois par conviction qu’il y a une différence entre celui qui séduit et ceux qui ont été séduits; celui qui trompe et ceux qui ont été trompés. Et le problème consiste vraiment en ce que les experts en séduction et en tromperie disent toujours: «le prophète a dit, le prophète a dit» et ils remplissent leurs prédications des citations, mais pas une unique fois dans leurs doctrines étrangères, ils peuvent aller d’écriture en écriture. Ils ne peuvent pas ouvrir la Bible et démontrer cela par les prophètes et les apôtres, et démontrer ce que frère Branham a dit. Ils l’ont mal compris, c’est pour cette raison qu’ils ne peuvent pas le trouver dans la Bible.

Et, une chose que je dois dire, c’est de comprendre pourquoi est-ce-que nous devons dire en insistant que dans la parole de Dieu et dans l’église, il n’y a aucune erreur qui puisse exister, ce n’est pas possible. L’église du Dieu vivant est, selon 1 Timothée chapitre 3 verset 15, l’appui de la vérité. L’église de Jésus-Christ est le Corps du Seigneur; et, dans le corps du Seigneur, il n’y a que des membres qui sont nés de nouveau pour une espérance vivante, et par le Saint-Esprit, baptisés dans le corps du Seigneur. Pas d’interprétation, pas tordre le sens des écritures, mais, prêcher la vraie parole de Dieu dans le sens divin.

Et ça aussi, dans ce cas je le dis aussi pour moi-même, je m’excuse si je dois le dire ainsi: Dieu m’a donné la grâce de connaitre personnellement frère Branham depuis 1955; tous, vous savez que je viens de la région de Dantzick en Pologne, J’ai grandi avec trois langues; mais Dieu a conduit les choses ainsi. Même la fuite à l’époque, pendant dix semaines, les russes venaient et nous devions fuir, tous les allemands devaient fuir. Nous appartenions aux treize millions de réfugiés de la deuxième guerre mondiale, avec nos charrettes et nos chevaux sur des lacs gelés. Et ça, je l’ai déjà dit ici, je pourrais même vous le montrer sur une photo et la mettre dans un cadre à l’entrée. Un jour, avec charrettes et chevaux, nous ne nous sommes pas arrêtés en zone dangereuse, mais, nous nous sommes retrouvés à l’ouest, un seul jour en chemin avec nos chevaux, peut-être vingt-quatre ou vingt-cinq kilomètres, aucun homme ne savait que le pays allait être divisé, personne ne savait que l’Allemagne allait être divisée; mais les gens savaient que si la deuxième guerre mondiale terminait, ce serait terrible, nous ne pouvions même pas y penser. Dieu a accordé Sa grâce en ce que nous ne nous sommes pas arrêtés, nous avons continué à voyager pour nous retrouver après la division, à l’ouest. Et là où le parking de l’école s’arrêtait, la forêt commençait. Les russes sont passés avec leurs fusils et leurs armes, ils sont passés pendant trois ans. Je pouvais les voir monter et descendre au bord de la forêt pour surveiller la région, et c’était là la limite de l’Allemagne de l’ouest et le début de l’Allemagne de l’est. Dieu a fait en sorte que nous puissions nous retrouver à l’ouest et Il a pris soin pour cela, et, en décembre nous sommes arrivés.

Aujourd’hui, j’aimerai ne pas prêcher, mais simplement, dire pour l’honneur de Dieu comment est-ce-que le Seigneur a continué à conduire les choses. Depuis 1959 à Noël, à la maison des parents du frère Alfred Borg ici à Krefeld, nous avons écouté une prédication du frère Branham en 1959, en décembre. Nous l’avons traduite. Et, Dieu a accordé Sa grâce dans un petit groupe de personnes avec seulement quelques frères et sœurs qui étaient sortis de l’église pentecôtiste, nous avions commencé avec l’aide de Dieu à traduire les prédications de frère Branham en les écoutant directement. Et, vous savez tous que c’était un 24 décembre que frère Branham a été repris à la maison. Et je le dis avec ma Bible ouverte devant moi: le 24 décembre 1965, à peu près avant vingt-trois heures, peut-être vingt-deux heures cinquante-cinq, j’ai vu frère Branham sur cette nuée surnaturelle penché devant, sur la nuée. Et j’ai dit: «frère Branham, tu n’es pas Le Fils de l’homme, pourquoi est-ce-que je te vois sur cette nuée?» Je n’étais pas informé de l’accident qu’il avait eu le 18 décembre 1965, mais, j’ai vu frère Branham le 24 aller dans la gloire. Il était exactement en haut à droite sur cette nuée surnaturelle. Je suis reconnaissant à Dieu.

Et ensuite suivit le 28 décembre 1965, quelques-uns sont encore ici qui l’avaient expérimenté, il y avait sept prophéties. Nous étions rassemblés et c’était par l’action du Saint-Esprit. Ce n’étaient pas seulement des parler en langues et des interprétations, mais c’était puissant. L’Ange de l’éternel… on a vu comment est-ce-que la porte s’est ouverte seule, et l’Ange de l’Éternel, on l’a vu entrer parmi nous. Et ma mère qui de toute sa vie n’avait pas prié dans une réunion, quand l’Ange de l’Éternel est entré, tenant une coupe dans la main dans laquelle Il remplissait les prières devant chaque personne devant laquelle il allait. Et, la première personne vers laquelle l’Ange est allé était ma mère. Elle n’avait jamais été entendue et vue dans une réunion. Alors, l’Ange de l’Éternel est allé de l’un à l’autre, et, chaque personne vers laquelle il allait lui exposait sa prière et nous étions cent-vingt rassemblés, et la présence de Dieu a été manifestée parmi nous. Sans savoir que frère Branham était rentré à la maison depuis le 24 décembre, Dieu, à la fin de l’année 65, de manière surnaturelle ici à Krefeld nous a visité et a fait en sorte que nous soyons fortifiés.

Et ensuite, il faut bien-sûr que cela soit mentionné aujourd’hui: l’année après le retour à la maison de frère Branham, et aussi en avril 1966, il n’y avait pas encore eu une seule brochure de frère Branham imprimée, il n’y avait aucune prédication sous forme de brochure. Et j’ai invité tous les frères dans le ministère le matin après la réunion à venir dans le bureau pour voir les centaines des prédications de frère Branham qui m’ont été envoyées depuis 1958. Et aussi certain qu’il a été dit à frère Branham de ne pas entreprendre le voyage en Suisse pour une seule réunion, mais de repartir à Jeffersonville et d’emmagasiner la nourriture, c’est ainsi que le même Seigneur, le 02 avril 1962 m’a dit et m’a ordonné: «emmagasine la nourriture». Et c’est ainsi que le 03 décembre 1962, frère Branham a répété chaque parole du mandat que j’ai reçu du Seigneur le 02 avril. Et il m’a dit «frère Frank, tu pensais qu’une famine terrestre viendrait et vous avez emmagasiné des vivres naturels, mais Dieu enverra une faim pour écouter Sa parole. Et la nourriture que tu dois emmagasiner est la parole promise pour ce temps; et, elle est contenue dans les bandes magnétiques». J’ai alors invité tous les frères dans le ministère à voir toutes les bandes magnétiques que j’avais reçue dans le cours des années du vivant de frère Branham et que j’avais emmagasiné. Les trois semaines après qu’une prédication étaient tenue par frère Branham, je la recevais ici à Krefeld. Et c’est ainsi que depuis le commencement déjà, depuis 1958, nous avons été introduits à ce que Dieu a prédestiné pour notre époque. Et nous sommes reconnaissants à Dieu pour la continuité de ce que Dieu a fait.

Et, alors que frère Branham disait «attends pour la distribution de la nourriture jusqu’à ce que tu reçoives le reste», je ne le dis pas seulement, mais c’était ainsi prédestiné par Dieu qui voulait que les choses soient ainsi dans Son royaume.

Et quand nous pensons à cela, frère Branham, après l’ouverture des sceaux en mars 1963, n’avait plus entrepris des voyages dans d’autres pays après l’ouverture des sceaux. Et en 1965, en juillet, alors qu’il voulait aller en Afrique du Sud, un tampon a été mis sur son passeport pour dire qu’il n’a plus le droit de tenir des campagnes d’évangélisation, il n’avait plus que le droit d’aller chasser avec Sidney Jackson. Alors que Sidney Jackson m’avait raconté toute l’histoire, et il m’a même donné la peau de Zèbre que frère Branham, lors de son dernier voyage en Afrique en juillet 1965 avait chassé. La peau m’a été offerte par Jackson en disant «je t’offre cette peau en mémoire du prophète. Dieu t’a appelé pour propager le même message, alors, je t’offre cette peau». Et, cette peau de Zèbre est dans mon salon. C’est ainsi que même naturellement dans les petites choses comme ça, Dieu a établi la relation entre moi et le ministère de frère Branham que Dieu a donné dans notre temps, une relation directe entre ces deux ministères.

C’est ainsi que j’ai eu la grâce d’avoir part vraiment à tout ce que Dieu a promis, et, tous, nous sommes dans une grande attente de ce que Dieu a promis et de ce qu’Il va faire.

Nous avons aussi les différents versets bibliques, laissez-moi vous en lire un, et une seule phrase de ce verset, du Psaume 65, et j’espère que tous les frères et toutes les sœurs qui s’ajoutent de manière nouvelle, essayeront de comprendre tout ce qu’ils écoutent en sachant que nous avons trouvé la liaison à ce que Dieu a fait, et, par la grâce de Dieu, reconnu le message que nous portons dans le monde entier. Seulement une phrase du Psaume 65 qui concerne cette année. Psaume 65 (verset 12. NDLR):

Tu couronnes l’année de tes biens. Tu couronnes l’année de tes biens. Tu couronnes l’année de tes biens.

Pas seulement que toutes les réunions qui ont eu lieu dans les stades, particulièrement en Afrique, Dieu a pris soin pour cela, il n’y a pas eu que des centaines, mais des milliers se sont rassemblés pour écouter la parole du Seigneur. Il y en a qui, parce que frère Branham à Zurich en juin 1955 avait eu une vision, il avait vu l’aigle allemand survoler l’Afrique; il y a des frères qui sont convaincus que cela se passe maintenant et que le message que Dieu a confié à Son serviteur le prophète, ce même message est porté dans le monde entier. Et, bien-aimés frères et sœurs, particulièrement à tous ceux qui s’ajoutent et qui sont nouveaux parmi nous, dites-moi, avons-nous tous compris ce que le Seigneur nous a promis? Avons-nous reçu et accepté ce qu’Il nous a donné dans ce temps et ce qu’Il a déterminé pour ce temps? Pour cela, nous n’avons besoin que d’aller dans l’évangile de Jean et de lire le chapitre 8 ce que le Seigneur a dit autrefois aux hommes: les uns avaient des oreilles mais n’entendaient pas. Ici dans Jean 8 il est écrit… l’évangile de Jean chapitre 8 au verset 43:

Pourquoi ne comprenez-vous pas mon langage? Parce que vous ne pouvez écouter ma parole.

Les scribes et pharisiens n’étaient même pas intéressés à écouter ce que le Seigneur disait. Ils étaient remplis de critiques. Bien-aimés frères et sœurs, vous qui êtes là pour la première fois et vous qui vous ajoutez, pour vous, il y a des choses qui sont nouvelles, les choses qui sont prêchées sont des choses que vous entendez pour la première fois, mais, sondez les écritures pour voir si cela est exact et si cela avait été promis. Sondez les écritures comme cela est écrit dans Actes des Apôtres chapitre 17 verset 11, ceux de Bérée avaient des sentiments plus nobles car ils sondaient quotidiennement les écritures pour voir si tout ce qu’ils entendaient des apôtres était exact. Et c’est ce que nous avons aussi fait. Depuis que j’ai écouté le message et particulièrement en 1963, j’étais tellement enthousiasmé de l’ouverture des sceaux que je me suis assis et que j’ai écrit un livre (vous connaissez le premier livre que j’ai écrit en 1963), étant touché de la divinité, du baptême d’eau, de ce que frère Branham a dû clairement prêcher.

Et ces derniers jours, nous voyons pendant les rencontres religieuses que ce soit l’église catholique, l’église luthérienne ou orthodoxe, on voit ce qui s’est passé en Russie, on voit le pasteur ou le prêtre asperger avec l’eau qu’ils appellent bénite et avec tous ces crucifix ils se bénissent eux-mêmes au nom de la trinité. Qui peut se bénir? Seul Dieu peut bénir. Comment on peut se bénir soi-même? Et quand on leur pose la question «mais, qu’avez-vous fait maintenant?» Ils disent «nous nous sommes bénis au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit». Non, non, non! Ce n’est pas possible. Vous voyez, les scribes ne prêtent pas l’oreille à ce que la parole de Dieu dit, ils ne prêtent pas l’oreille à ce que le Seigneur a dit dans Sa parole; ils restent dans leurs traditions. Et Dieu nous a accordé simplement la grâce de respecter Sa parole et de respecter le ministère de frère Branham.

Imaginez-vous, un homme de Dieu avec qui j’étais au début du mois de décembre 1962, s’il vous plait, le grand homme de Dieu de tous les temps a demandé à un pauvre frère Frank et il m’a dit «s’il te plait, est-ce-que tu pourrais prêcher pour moi à Los-Angeles» imaginez-vous! Il m’a dit «je ne peux pas aller à Los-Angeles parce que je dois faire mes valises et déménager en vertu d’un ordre du Seigneur, je dois aller à Tucson». Moi, je n’avais jamais été à Los-Angeles, imaginez-vous, le grand homme de Dieu de tous les temps! Et le ministère que frère Branham avait reçu de Dieu, même Moïse n’avait pas un tel ministère, même Élie n’avait pas un tel ministère, seul notre Seigneur Lui-même avait ce ministère-là; et, le même ministère, tel que l’Ange de l’Éternel l’a dit à frère Branham, le même ministère qui autrefois, par notre Seigneur Lui-même fut exécuté parmi les Juifs et les Samaritains, le même ministère est maintenant exécuté en tant que dernier signe avant le retour de Christ parmi les nations. Et, la même chose s’est déroulée par le ministère de frère Branham. Et, ce grand homme de Dieu me demande à moi un pauvre frère Frank de parler à Sa place à Los-Angeles pour tenir des réunions pour les hommes d’affaires du Plein Évangile et leur prêcher la parole, et cela a eu lieu à la «Clifton’s Cafétéria», j’ai dû parler à deux cents ou trois cents personnes, il y avait aussi monsieur Otis, le chef de cette société d’ascenseur connue, et il y avait tant des personnes rassemblées en décembre 1962, et j’ai eu aussi la grâce de leur prêcher la parole et d’aller aussi dans différentes églises pour prêcher à la place de frère Branham.

Pourquoi est-ce-que toutes ces choses reviennent-elles dans ma mémoire? Elles étaient une partie de la conduite, des directives de Dieu en relation avec le ministère que Dieu avait donné à frère Branham. Et celui qui connait les différentes citations peut témoigner que frère Branham lui-même avait dit qu’il lui avait été montré en vision «quand la rue dans laquelle tu habites sera élargie» (c’était une rue très étroite), et, il lui a été dit: «quand tu verras la palissade couchée sur ta pelouse et que tu verras des bulldozers monter et descendre pour élargir ta rue, c’est le moment où tu devras descendre pour aller à Tucson». Moi, frère Frank, de mes propres yeux j’ai vu l’accomplissent de cette vision, mes yeux ont vu les bulldozers et j’ai vu la palissade couchée sur sa pelouse.

Je suis aussi un témoin de ce qui s’est passé en février 1963, le 28, alors que les sept tonnerres accompagnés d’une tempête ont produit en retentissant un tremblement de terre qui a ébranlé toute la région. Frère Branham, au moins quatre fois a dit «les bouts des arbres ont été coupés et les pierres des montagnes se sont détachées». Le frère Green nous a conduits dans la région, à l’endroit même en décembre 1968, et il nous a montré l’endroit même, et les pierres et les rochers qui s’étaient détachés des montagnes et les bouts des arbres qui étaient encore coupés. J’ai vu cela de mes propres yeux.

Bien-aimés frères et sœurs, pour cette fois-ci ce soir, peut-être pour toujours, cela suffira, mais je voudrais simplement que vous sachiez que nous ne faisons pas de nous-mêmes quelque chose et que nous ne sommes pas en train de jouer à la religion, mais, c’est par la grâce de Dieu, en accord avec le dessein du salut de notre Dieu que nous avons été placés dans Son ministère, le ministère de Dieu qu’Il nous a accordé et que nous exécutons dans le monde entier.

Et ceci peut être aussi dit en insistant: tous les critiqueurs qui se réfèrent aussi à frère Branham mais qui eux-mêmes n’ont pas reçu un appel au ministère, qu’ont-ils à prouver? Ils ont vécu de la dîme et ont entrepris des voyages au compte du peuple de Dieu. Le frère Myskys peut le dire, dans toutes les églises du monde entier, parmi tous ceux qui se réfèrent à frère Branham, le pasteur prend la dîme. La dîme va là, là et là, elle rentre là et aboutit dans sa poche. Ils sont devenus des millionnaires et multimillionnaires parce qu’ils prennent la dîme. Non! La dîme appartient à la maison de Dieu, pas à la poche du pasteur. Mais, on prend quelques citations de frère Branham au sujet de ce qu’il a fait et on bâtit là-dessus sans même savoir ce que frère Branham a voulu dire. Il a dit après «moi, je reçois seulement cent dollars par semaine». Frère Branham n’a pas vécu de la dîme et elle n’a pas atterrie dans sa poche. Il a voulu dire que tous ceux qui prêchent la parole de Dieu ont le droit d’être soutenus par la dîme pour qu’ils n’aient pas besoin de travailler. Frère Branham a dit juste après: «je reçois cent dollars par semaine». Mais, les frères ont mal compris et se réjouissent et gouvernent comme ça, ils prennent la dîme pour voyager. Non! Que tout cela soit éloigné de nous. Nous ne jugeons personne, mais nous croyons que la parole de Dieu, dans tous les points, dans les plus petits détails est la seule vérité et la seule mesure à suivre. Répétons: la dîme et les offrandes doivent aller dans la maison de Dieu, là où la nourriture a été emmagasinée et distribuée. Les dîmes doivent aller là où la nourriture est distribuée. Nous sommes reconnaissants à notre Dieu de ce que nous avons part à cela. Nous ne pouvons pas tous voyager, mais nous pouvons tous servir le Seigneur là où nous sommes. Même en priant dans notre chambre, nous servons le Seigneur et nous soutenons l’œuvre de Dieu dans nos prières.

Laissez-moi vous dire encore quelque chose concernant aussi cela. Ça existe réellement: le pasteur n’est plus appelé par son nom actuellement. Dans tous les pays, en commençant avec les États-Unis et le Canada, en Angleterre, il est maintenant appelé «pasteur», il n’a plus de nom, maintenant son nom est «pasteur»: Pasteur, pasteur; il n’a plus de nom. On ne dit plus frère, ou bien comme dans l’église primitive directement Paul ou bien Pierre. Mais, que disent les saintes écritures dans Matthieu 23? «Vous ne devez appeler personne directeur, n’appelez personne votre père», n’appelez personne pasteur ou quoi que ce soit, jusqu’aujourd’hui encore. Moi je ne me suis jamais fait appeler pasteur, personne, si non, je lui fermerais la bouche. Ce n’est pas possible! Je suis reconnaissant de tout mon cœur de ce que personne ne m’appelle pasteur. On dit toujours frère Frank ou Frank, tel que le Seigneur l’a dit dans Sa parole. C’était à Pierre, Jacques, Paul. «Qui sont mes frères, qui sont mes sœurs? tous ceux qui écoutent la parole de Dieu et la mettent en pratique. Ceux-là sont mes frères et mes sœurs». Et nous pouvons en tant que nés de nouveau donner toute la gloire seule à notre Dieu. À Lui seul appartient toute la gloire.

Lisons encore ces versets dans le Psaume 118 qui sont devenus une grande bénédiction pour nous. C’est une grâce de faire confiance au Seigneur. Ici, dans le Psaume 118, nous avons ces paroles merveilleuses. Psaumes 118 les versets 15 et 16:

Des cris de triomphe et de salut s’élèvent dans les tentes des justes: La droite de l’Éternel manifeste sa puissance! La droite de l’Éternel est élevée! La droite de l’Éternel manifeste sa puissance!

Il y a des traductions qui disent ici: «la droite de l’Éternel conserve la victoire». Et nous sommes très reconnaissants. Le Vainqueur de Golgotha a aussi ôté le pouvoir au dernier adversaire «ô mort, où est ton aiguillon, enfer où est ta victoire!» Que Dieu soit remercié qui nous a donné la victoire par Jésus-Christ notre Seigneur.

Et aussi, bien-aimés frères et sœurs, à ceux qui passent par des difficultés et par des épreuves, ceux qui ont des problèmes avec eux-mêmes ou avec les autres, bien-aimés frères et sœurs, faites confiance au Seigneur dans n’importe quelle situation dans laquelle vous pourriez vous retrouver, car Il fera les choses bien pour vous aussi, et cela reste valable: «La droite de l’Éternel manifeste sa puissance», la puissance de Dieu. Croyez que ce que vous demandez dans la prière, Il vous exaucera. Et Dieu confirmera Sa parole dans votre vie, «le ciel et la terre passeront, mais la parole de Dieu demeure éternellement». Et encore le verset 16:

La droite de l’Éternel est élevée! La droite de l’Éternel manifeste sa puissance!

Nous voulons croire de tout notre cœur. Et comme il est écrit dans Ésaïe 42 et aussi dans Matthieu chapitre 12… Ésaïe 42 verset 1:

Voici mon serviteur, que je soutiendrai, Mon élu, en qui mon âme prend plaisir. J’ai mis mon esprit sur lui; Il annoncera la justice aux nations.

Bien-aimés frères et sœurs, pour le même objectif, Dieu a déversé Son Esprit sur l’église. Tel que l’Esprit vint sur le Rédempteur, c’est ainsi que le même Esprit vint sur l’église des rachetés le jour de la pentecôte pour que le message du salut de Dieu soit prêché aux nations avec assurance et qu’elles puissent aussi dire «le bras de l’Éternel conserve la victoire, sa droite manifeste Sa puissance». Il conserve la victoire pour toujours, pas seulement pour un moment, mais pour toujours, Il manifeste Sa puissance car Sa droite est élevée.

Si nous allons dans Matthieu chapitre 12, ici l’évangéliste a une fois encore saisi ce sujet et écrit ici dans Matthieu chapitre 12 à partir du verset 15:

Mais Jésus, l’ayant su, s’éloigna de ce lieu. Une grande foule le suivit. Il guérit tous les malades.

Oh bien-aimés frères et sœurs, Il guérit tous les malades. Une grande foule le suivit et Il guérit tous les malades. Tous ceux qui l’ont suivi, qui ont cru sa parole, ils peuvent aussi expérimenter leur guérison et leur salut. Et ensuite, au verset 16:

Et il leur recommanda sévèrement de ne pas le faire connaître.

Et maintenant arrive la citation du prophète Ésaïe:

Afin que s’accomplît ce qui avait été annoncé par Ésaïe, le prophète: Voici mon serviteur que j’ai choisi, Mon bien-aimé en qui mon âme a pris plaisir. Je mettrai mon Esprit sur lui, Et il annoncera la justice aux nations.

Et cela continue encore au verset 19:

Il ne contestera point, il ne criera point, Et personne n’entendra sa voix dans les rues. Il ne brisera point le roseau cassé, Et il n’éteindra point le lumignon qui fume, Jusqu’à ce qu’il ait fait triompher la justice. Et les nations espéreront en son nom.

Je suis très reconnaissant de ce que les païens sont introduits dans le dessein du salut de notre Dieu depuis le commencement, depuis la première promesse que Dieu fit à Abraham dans Genèse chapitre 12 «en toi seront bénies toutes les nations de la terre», et ensuite dans Galates chapitre 3 «en Christ, la bénédiction de Dieu est venue sur tous les peuples et les nations». Bien-aimés frères et sœurs, remercions notre Dieu. Nous croyons qu’Il achèvera visiblement Son œuvre. Tous Ses adversaires seront placés sous Son marchepied, Il enlèvera Son église avec triomphe. Et nous tous qui croyons de tout notre cœur prendrons part à cette œuvre, à ce triomphe, à l’enlèvement, quand la voix de l’archange se fera entendre et que la trompette de Dieu retentira, et que le Seigneur reviendra pour nous prendre auprès de Lui.

Et aussi cette nouvelle doctrine parmi les experts du message enseignant que le Seigneur est en train de descendre par étape depuis 1963 et qu’un jour il reviendra: je ne peux pas supporter cet esprit, c’est une moquerie que les gens font. Et devant la face de Dieu, on doit simplement dire: «qui a le droit de tordre le sens des écritures et de dire des telles choses?» Notre Seigneur a donné l’ordre «retourne à Jeffersonville pour que l’ouverture des sceaux ait lieu». Oh! Comme je suis reconnaissant, comme nous pouvons être reconnaissants bien-aimés frères et sœurs de ce que nous avons la grâce de comprendre tout de la bonne manière, tout ce que frère Branham a prêché et a enseigné, nous avons la grâce de le comprendre au travers des écritures. Il n’y a pas un seul point, une seule citation sur laquelle nous pourrions nous reprocher ou nous heurter.

Et, même si en tant qu’homme frère Branham a pu dire qu’Énoch était le septième après Noé, alors nous savons très bien qu’il voulait dire qu’Énoch était le septième après Adam. On ne va pas quand même prêcher ça, il le répète pendant trois minutes dans la même prédication et il se corrige, il était lui-même un homme et il le répète plusieurs fois dans la même prédication. Nous remercions le Seigneur pour l’envoi de Son serviteur et prophète, pour le ministère prophétique infaillible que Dieu le Seigneur lui a accordé afin d’attirer l’attention de l’humanité sur ce que Dieu a préparé pour nous. Les signes, prodiges et miracles et toutes ces guérisons puissantes ont seulement fait en sorte que les hommes puissent comprendre qu’ici c’est Dieu qui est à l’œuvre et qu’aucun homme ne peut faire ce qui se passe. C’est pour que l’attention des hommes soit attirée sur le message qui ensuite a suivi.

Bien-aimés frères et sœurs, je suis convaincu que tous ceux qui viennent de loin et de près pour écouter la parole de Dieu… Toute à l’heure, je me suis réjouis alors que le frère de Prague venait dans le bureau et m’a souhaité les riches bénédictions de Dieu, il parlait tellement clairement que j’ai pu comprendre chaque parole en polonais. C’est merveilleux. On pense ensuite au temps passé à Prague, dans la même chapelle dans laquelle Jan Hus a prêché, un frère Frank, dans la chapelle de Jan Hus à Prague, j’ai pu y prêcher, le frère Zickfried était le traducteur. On pense à comment est-ce-que Dieu a ouvert toutes les portes depuis le commencement. Et aussi maintenant en Ukraine, dans une église orthodoxe… c’est d’abord le Vatican, un bâtiment avec tant de chose, mais, nous avons pu y prêcher la parole de Dieu. Tel que j’ai entendu, les deux prédicateurs n’avaient pas de problème avec la prédication, seulement avec les choses qui ont été dites au sujet de frère Branham; mais pour ça, Dieu aussi peut tout arranger, Il peut ouvrir l’intelligence pour les écritures et accorder le respect pour Dieu, pour leur montrer que Dieu devait accomplir cette promesse car Il avait promis d’envoyer un prophète.

Résumons: ce jour doit être un jour de reconnaissance, un jour dans lequel nous disons merci à Dieu le Seigneur. S’il vous plait, regardez chacun en arrière, au chemin sur lequel Dieu vous a conduit, pensez au jour où pour la première fois vous avez entendu le message, entendu, cru et pris votre décision, la décision droite et juste. N’est-ce-pas frère Kouptka et tous les frères, le jour où vous avez pris la bonne décision pour Dieu et Sa parole. Qu’a dit le Seigneur autrefois? «Vous lisez et sondez les écritures mais vous ne voulez pas venir à moi», et ça, c’est le grand problème aujourd’hui: combien sondent les saintes écritures mais ils ne veulent pas venir au Seigneur? Ils interprètent et tordent le sens des écritures dans toutes les directions. Alors, remercions en cet endroit, en ce jour notre Dieu.

Aujourd’hui, ce serait mon souhait que dans chaque langue qui est présente aujourd’hui parmi nous, que tous les frères dans le ministère viennent devant pour remercier Dieu le Seigneur dans leur langue pour ce qu’Il a fait en cette année 2016. Bien-aimés frères et sœurs, Dieu a fait de grandes choses et nous pouvons entonner le cantique «Seigneur Tu as fait de grandes choses en nous. Prosternés dans la poussière, nous T’adorons». Bien-aimés frères et sœurs, nous voulons tout remettre, toutes les épreuves et fardeaux qui nous affligent, tous les problèmes; et partout il y a des problèmes: avec les adolescents, avec les adultes, dans le couple, ici et là, dans les familles, partout il y a des problèmes. S’il vous plaît, remettons tous cela au Seigneur, faisons-Lui confiance et disons ces paroles encore une fois: il ne se reposera pas jusqu’à ce qu’Il ait achevé Son œuvre avec triomphe dans ta vie et dans la mienne, la droite de l’Éternel conserve la victoire; dans ta vie et dans ma vie, Il conserve la victoire et Sa puissance sera manifestée car Son bras est élevé aussi dans ta vie, et la fin sera couronnée. C’est pour cette raison qu’il est écrit que celui qui persévèrera jusqu’à la fin sera couronné.

Nous demandons maintenant que nos deux sœurs nous chantent un cantique. S’il y a aussi deux ou trois frères qui peuvent chanter un cantique en russe, aujourd’hui nous ne sommes pas pressés, aujourd’hui, le dernier jour de l’année, nous voulons prendre le temps. Et nous savons que tant que cela est possible, nous avons donné une vue d’ensemble de ce que Dieu a fait dans le déroulement des années et aussi ce qui s’est passé durant cette année. De grandes choses ont été faites par Dieu Lui-même. Maintenant, je voudrais savoir «est-ce-que Dieu a fait aussi de grandes choses en toi et en moi?» (L’assemblée répond «amen». NDLR). Levez les mains. Amen! Dieu a fait de grandes choses, pas seulement cette année, mais dans ta vie, dans ta vie, en toi, Sa grâce a été manifestée, et Sa parole que nous croyons ne revient pas à Lui sans effet. Est-ce-que les deux sœurs sont là? Elles sont là. Oui, alors qu’elles puissent alors chanter et ensuite nous allons nous lever pour la prière.

(Les deux sœurs chantent. NDLR)

Amen! Amen. Levons-nous. Et que les frères viennent devant, que ce soit en russe, en polonais, en slovaque, en portugais, en espagnol, dans votre langue maternelle, venez, ensemble nous voulons remercier le Seigneur et Lui apporter l’honneur. En vérité, le Seigneur a fait de grandes choses en nous, prosternés dans la poussière, nous T’adorons. Seigneur notre Dieu, loué et exalté sois-Tu. Entonnons un chœur et que les frères puissent venir devant sans qu’on les appelle, et que les traducteurs viennent aussi. Qui peut proposer un chœur? (Un frère donne le titre d’un chœur. NDLR). «Tu es dignes». Chantons «Tu es digne».

(L’assemblée chante le chœur «Tu es digne». NDLR)