Slobodná ľudová misia

Ježiš Kristus je ten istý včera, dnes a na veky. Žid.13.8

Jazyk:

Réunion Mensuelle de Krefeld Samedi 01 Octobre 2016 / Ewald Frank




Réunion Mensuelle de Krefeld - Samedi 01 Octobre 2016

Amen !

Vous pouvez vous asseoir. Nous sommes de tout notre cœur, reconnaissants à Dieu le Seigneur, pour la grâce que nous avons d’être rassemblés dans Son saint et précieux Nom, entre beaucoup des peuples et des langues. Et nous espérons que tous, tous ceux qui ne connaissent pas l’allemand, l’anglais ou le français, pourront dans leurs langues et de tout leur cœur chanter tous les cantiques, tous les chœurs. C’est ainsi que les croyants dans le monde entier ont les mêmes cantiques et les mêmes chœurs. Et nous pouvons ainsi tous ensemble, entonner ces cantiques et ces chœurs.

Aujourd’hui, c’est aussi pour moi un jour particulier. Le premier weekend d’octobre en 1966, nous avions eu pour la première fois une réunion internationale. Nous avions invité le frère Green, nous avions eu des réunions à Bruxelles, à Rotterdam, à Krefeld ; et pour moi, quand je regarde à ces cinquante années en arrière, nous pouvons dire que Dieu a fait de grandes choses, de grandes choses dans tous les peuples, les langues et les nations. Aussi ça, je l’ai déjà dit que, Dieu a accordé Sa grâce pour que Sa parole pure et sainte, comme dernier message soit portée dans le monde entier. Et, quand nous voyons qu’aujourd’hui il y a des visites de différents pays, bien-aimés frères et sœurs, la faim spirituelle est là.

Avant de lire ces mails, je voudrais demander à tous ceux qui sont venus du Canada, s'il vous plait, levez-vous. (Le frère Frank présente les frères venant des différents pays. NDLR).

Quelle grâce de vivre dans ce temps et de savoir par la grâce ce que Dieu nous a promis et en quoi est-ce-que notre foi est ancrée et se repose. Alors que nous avions chanté le premier cantique, et que le Nom de notre Seigneur a été glorifié par ce cantique ; tous les cantiques, tous les cantiques, dans toute la chrétienté, ne louent aucun homme. Pas un Paul, pas un Pierre, pas un Jean. Dans tous les cantiques, il n’y a pas un seul qui chante un homme. Tout l’honneur appartient au Dieu Tout-puissant qui, en Jésus-Christ, s’est révélé en nous, en qui le salut de Dieu et la vie éternelle sont contenus. Et aussi, dans le deuxième cantique nous avons chanté concernant le sang : « la vie est dans le sang ». Alors que notre Seigneur et Rédempteur avait versé Son sang, le sang de la nouvelle alliance, c’est ainsi que la vie de Dieu qui était dans le sang a été libérée et que cette même vie de Dieu est revenue sur tous ceux qui ont été rachetés par le sang de l’Agneau. C’est ainsi que nous avons reçu, par la foi en Jésus-Christ, la vie éternelle, par la grâce de Dieu.

Dans notre temps aussi, nous ne chantons pas un prophète, nous ne chantons pas frère Branham non plus. Nous remercions Dieu de ce que, c’est vrai, il y a eu un Paul, un Pierre, et de ce qu’Il a envoyé des prophètes et des apôtres et qu’Il les a utilisés ; mais, l’honneur appartient entièrement, uniquement au Dieu Tout-puissant. 

Et maintenant, très rapidement, les salutations. (Le frère Frank lit les salutations. NDLR).

Bien-aimés frères et sœurs, aujourd’hui est un jour particulier. En premier, je voudrais d’abord demander au frère Taty qui m’a accompagné lors du dernier voyage de venir et de nous adresser quelques paroles. Ensuite, je demanderai au frère Cécile de venir et de nous adresser aussi quelques paroles. Est-ce que le frère Arben est ici ? Je lui demanderai de traduire. Est-ce-que le frère Arben est ici ? Oui il arrive. Viens s'il te plait rapidement. (Le frère Taty fait un rapport du dernier voyage au Burkina-Faso et au Nigeria et d’autres frères donnent des salutations. NDLR).

Le frère vient de le dire. La semaine prochaine, ce sera l’un des plus grands voyages, un voyage qui implique le plus grand nombre des villes. Pendant douze jours, il y aura chaque jour un décollage, un atterrissage et une prédication. Tant que Dieu accorde Sa grâce, nous allons le faire et nous sommes reconnaissants pour toutes les possibilités que nous avons, particulièrement de ce que la parole, partout dans le monde entier, peut être écoutée d’une manière qu’on n’est pas toujours obligé de voyager. Que le Seigneur soit remercié ! Demain, Dieu voulant, nous allons appeler quelques frères qui vont encore dire quelque chose. Aujourd’hui, nous voulons directement nous plonger dans la parole.

Il y a vraiment tant de choses qui se passent maintenant, et aussi en Israël, il y a tant de choses qui se passent. Et, comme le frère Branham l’a dit : « Si vous voulez savoir quelle heure il est, regardez à votre montre ; si vous voulez savoir quel jour de la semaine c’est, regardez au calendrier ; mais, si vous voulez savoir à quel point le temps est avancé, alors regardez à Israël. » Et, il a réellement dit le même jour en 1946, alors qu’il fut décidé par les Nations-Unis à San-Francisco… c’est le jour même que l’Ange de l’Éternel lui est apparu et lui a donné l’ordre de prêcher la parole du Seigneur. Et, il lui a été même dit que « Tel que Moïse a reçu deux signes, c’est ainsi que deux signes te seront aussi donnés ». 

Et, disons les choses rapidement. L’homme qui a été enseveli hier, Shimon Peres, un homme né en Pologne au milieu des années 30, pas loin de Tel-Aviv, qui avait immigré avec ses parents et qui avait combattu aux côtés de Ben Gourion pour qu’ils puissent être libérés de l’occupation britannique et fonder leur propre état ; il était justement présent, alors que Ben Gourion à l’époque en 1948 avait proclamé l’état d’Israël. La seule chose pour laquelle le monde entier l’honore maintenant, c’est pour la solution de deux états, les accords d’Oslo. De 90 pays, il y a eu des hauts diplomates, des grands personnages de différents pays et gouvernements qui lui ont apporté les derniers hommages.

Mais qu’est-ce qui est écrit dans Joël chapitre 3 ? Dieu va régler les comptes de ceux qui ont divisé Son pays. Même les Juifs font des compromis, mais, Dieu ne fait pas des compromis. Dieu va dans Son temps faire toute chose bien. Mais, laissez-moi lire ici ces deux versets, particulièrement celui du prophète Ézéchiel. Ézéchiel chapitre 11 verset 17.

C'est pourquoi tu diras : Ainsi parle le Seigneur, l’Éternel : Je vous rassemblerai du milieu des peuples, Je vous recueillerai des pays où vous êtes dispersés, Et je vous donnerai la terre d'Israël. 

Nous pourrons encore aller dans Ézéchiel 36. Quand cela arrivera, Dieu donnera un nouveau cœur et un nouvel esprit. Ça, jusqu’à maintenant, ça ne s’est pas encore produit avec Israël. Cela aura lieu quand le rassemblement d’Israël dans le pays sera terminé et que l’église des nations aura expérimenté sa perfection ; c’est ainsi que le salut de notre Dieu retournera à Israël où il a pris son départ. Dans Ézéchiel 36, nous lisons seulement le verset 26. Ézéchiel 36 verset 26 :

Je vous donnerai un cœur nouveau, et je mettrai en vous un esprit nouveau ; j'ôterai de votre corps le cœur de pierre, et je vous donnerai un cœur de chair.

Nous n’avons plus besoin de lire quelque chose sur ce sujet. Revenons tout de suite à Matthieu 24. Ici, il y a deux versets qui viennent l’un après l’autre, et qui sont d’une grande importance. Matthieu chapitre 24. Nous avons dans ce verset, il est dit ici qu’ils seront rassemblés. Et directement dans l’autre verset, il est dit que nous devons être attentifs quand cela arrivera. Matthieu 24 verset 32 :

Instruisez-vous par une comparaison tirée du figuier. 

Celui qui veut s’instruire sur cette comparaison avec le figuier, il doit aller dans Osée 9 verset 10 pour savoir de quoi il s’agit dans ce sujet. Lisons encore :

Instruisez-vous par une comparaison tirée du figuier. Dès que ses branches deviennent tendres, et que les feuilles poussent, vous connaissez que l'été est proche.

Et maintenant suit le verset auquel nous voulons faire spécialement attention :

De même, quand vous verrez toutes ces choses

Vous qui voyez l’accomplissement de ce qui se passe ici, vous qui voyez l’accomplissement de ces choses, jusqu’à ce que le figuier reçoive la nouvelle vie et que ses branches deviennent tendres,

De même, quand vous, quand vous verrez toutes ces choses, sachez que le Fils de l'homme est proche, à la porte.

Tous peuvent parler de ces choses, mais qui en a tiré une leçon de ce que le figuier est devenu tendre, et que c’est un signe auquel nous devons prêter attention, et que par cela, nous devons reconnaitre que nous vivons à la fin des temps ? Qui a compris par cela quels sont les promesses que Dieu a données à l’église ? Laissez-moi vous le dire dans l’amour : depuis le commencement déjà, Dieu avait, dans Son dessein du salut, inclut les nations. Nous n’avons pas besoin de remercier les Juifs. Nous devons seulement remercier Dieu qui a pensé depuis le commencement déjà à toutes les nations et les a inclues dans Son dessein. Nous n’avons besoin que d’aller dans Esaïe 42 pour savoir que depuis le commencement déjà, dans tout le dessein du salut, on voit que les nations y sont inclues. Dans Esaïe 42 verset 1 :

Voici mon serviteur, que je soutiendrai, Mon élu, en qui mon âme prend plaisir. J'ai mis mon esprit sur lui ; Il annoncera la justice aux nations. Il annoncera la justice aux nations.

Le commencement a été fait avec Israël ; et ensuite la continuité, avec tous les peuples les langues et les nations. Dans Matthieu 10, notre Seigneur dit : « n’allez qu’aux brebis perdues de la maison d’Israël » mais dans Matthieu 28, notre Seigneur dit : « Allez par tout le monde, et prêchez la bonne nouvelle à toute la création. » On doit lire tous les versets bibliques qui traitent un même sujet. 

Et ainsi, ici dans Esaïe 49, nous avons encore au verset 6… Esaïe 49 verset 6

Il dit : C'est peu que tu sois mon serviteur Pour relever les tribus de Jacob Et pour ramener les restes d’Israël : Je t'établis pour être la lumière des nations, Pour porter mon salut jusqu'aux extrémités de la terre.

Loué et exalté soit le Seigneur, le Dieu Tout-puissant ! 

Dans Matthieu chapitre 12, notre Seigneur a répété ces paroles. Matthieu chapitre 12. Ici, lisons à partir du verset 17. Matthieu chapitre 12 verset 17 :

…afin que s'accomplît ce qui avait été annoncé par Ésaïe, le prophète : Voici mon serviteur que j'ai choisi, Mon bien-aimé en qui mon âme a pris plaisir. Je mettrai mon Esprit sur lui, Et il annoncera la justice aux nations. Il ne contestera point, il ne criera point, Et personne n'entendra sa voix dans les rues. Il ne brisera point le roseau cassé, Et il n'éteindra point le lumignon qui fume, Jusqu'à ce qu'il ait fait triompher la justice.

Alléluia ! Faire triompher la justice !

Et les nations espéreront en son nom.

Comme nous pouvons être reconnaissants bien-aimés frères et sœurs, de ce que nous avons l’Ancien et le Nouveau Testament. Je voudrai utiliser cette expression « Deux testaments, une seule Bible ». Deux testaments, une Bible. Dieu a prédit ce qui allait arriver avec Israël et ce qui allait arriver avec les nations. Dieu a prédit, particulièrement ce qui allait arriver lors de la première venue de Christ, et Dieu a prédit ce qui allait particulièrement arriver avant le retour de Jésus-Christ. Et, c’est pour cette raison que c’est tellement important, bien-aimés frères et sœurs, que ce ne soit pas que nous soyons seulement en train de parler de ce qui s’accomplit maintenant dans les églises et ce qui s’y passe. 

Ce qui arrive en ce moment dans le monde n’est jamais arrivé auparavant. Tout est sans contrôle. Quelle signification par exemple a le mariage ? Quelle signification a la famille ? Quelle signification a la société ? Tout est devenu Sodome et Gomorrhe. Tout est incompréhensible, tout a été changé et renversé. Mais, au milieu de tout ce qui se passe parmi les incrédules sur cette terre, Dieu a un troupeau des rachetés qui prête l’oreille ! Ils sont attentifs et respectent ce que Dieu leur a promis et ce qu’Il a à leur dire. Et ça, nous devons à chaque fois le dire en insistant. 

Il y a un frère qui me disait que les frères de l’Afrique lui ont dit : « dis au frère Frank qu’il puisse apporter tout le conseil du salut à Krefeld comme il nous l’a apporté en Afrique ». Et, c’est ainsi que dans une assemblée, dans une réunion, on ne peut donner qu’une vue d’ensemble de tout le conseil du salut. On doit le faire parce qu’on n’a pas une autre possibilité. Quand on vient dans une ville dans laquelle on aura qu’une seule réunion, alors, on est obligé d’apporter dans la seule réunion tout le conseil du salut et de partir après dans une autre ville. Et c’est pour cette raison qu’on doit, comme on le dit, apporter tout le paquet. 

Et, nous qui vivons maintenant, quelle est en fait la promesse concrète pour notre temps ? Qu’est-ce que Dieu a dit dans Sa parole ? Il a dit deux choses : Dans Malachie chapitre 3 « Voici, j'enverrai mon messager devant ma face » et ensuite, notre Seigneur dans Matthieu 11 au verset 10 a confirmé en disant que ça c’est l’homme dont parlent les écritures. Et Jean-Baptiste savait qui il est dans Jean 1. Quand on lui a posé la question : Es-tu Élie ? Il a dit non, je ne le suis pas. Es-tu le prophète ? Il a dit non, je ne le suis pas. Qui es-tu alors ? Et la réponse a été au verset 23 : « Moi, dit-il, je suis la voix de celui qui crie dans le désert : Aplanissez le chemin du Seigneur ». Bien-aimés frères et sœurs, chaque homme de Dieu sait quel mandat il a à exécuter. Et, si cela est en relation avec l’histoire du salut, alors, il faut que cela soit trouvé dans la Bible, si cela est lié à l’histoire du salut. C’est ainsi que cela a été avec notre bien-aimé frère Branham, l’homme le plus simple des simples qui a vécu au Kentucky en Indiana, l’homme le plus simple qui n’est allé à l’école que huit ans, et sa grammaire était une catastrophe dont il en a eu même honte parfois ; mais vous voyez, Dieu prend ce qui n’est rien dans le monde afin que ceux qui veulent être quelque chose aient honte.

Et, bien-aimés frères et sœurs, ça, on peut vraiment le dire en insistant dans chaque réunion et le placer sur le chandelier : celui qui ne reconnait pas la promesse que Dieu a donnée pour ce temps et qui méprise cela, il méprise Dieu et ne reconnait pas Dieu ; et c’est ainsi que Dieu le méprisera et ne le reconnaitra pas non plus. Combien de fois avons-nous eu à le dire en cet endroit ? Les promesses de Dieu demeurent valables. Elles sont inébranlables. Combien de fois avons-nous eu à le dire ? La vraie foi est ancrée dans les promesses de Dieu. Combien de fois avons-nous lu Galates 4 verset 28 « Pour vous, frères, comme Isaac, vous êtes enfants de la promesse; » ? Combien de fois avons-nous déjà eu à le dire ? Les enfants de la promesse croient la parole de la promesse, et c’est ainsi qu’ils voient la parole de la promesse dans son accomplissement. Et, c’est ainsi que par l’Esprit de Dieu, ils seront conduits dans toute la vérité.

Et, c’est pour cela que frère Branham justement, avait reçu ce mandat direct de la nuée surnaturelle et il disait : la nuée est venue avec un certain bruit d’une manière que les gens ont dû regarder vers le ciel parce que quand elle est venue, elle a fait un bruit ; et il a été dit à frère Branham « Lève la tête ! Lève la tête ! » Et ensuite, de cette nuée surnaturelle il lui a été dit :

« Comme Jean-Baptiste a été envoyé comme précurseur de la première venue de Christ, c’est ainsi que tu seras envoyé avec un message qui sera précurseur du retour de Christ ». 

On doit parfois, de ses propres oreilles, entendre ces choses. Dix-huit fois, j’ai entendu comment est-ce-que le frère Branham a répété ce qui lui a été dit en insistant et en disant que l’Ange de l’Éternel, d’une manière puissante a exprimé ces mots  « tel que Jean-Baptiste… ». Jean-Baptiste était un prophète promis. Il a préparé un peuple  bien disposé au Seigneur. Jean-Baptiste était un homme, pas un scribe ou un pharisien, mais, c’était un homme envoyé de Dieu avec la parole de l’heure, l’accomplissement des promesses pour l’heure d’autrefois. Et c’est ainsi que dans Luc chapitre 1 verset 16 et 17, il fut là pour préparer au Seigneur un peuple bien disposé.

Qu’est-ce qui s’est passé maintenant bien-aimés frères et sœurs ? Il faut qu’au Seigneur soit préparé un peuple bien disposé. Le message est la parole de Dieu révélée et nous conduit dans la volonté de Dieu et nous donne d’avoir part à ce que Dieu fait maintenant. Et que nous ayons reçu cela révélé, c’est le meilleur signe que Dieu nous a fait grâce. Combien de fois nous avons en cet endroit eu à le dire ? Alors que Moïse avait parlé avec Dieu, il a dit : si j’ai vraiment trouvé grâce devant Toi, fais-moi connaitre Tes voies. Qu’est-ce-qui se passe avec nous ? Si nous avons vraiment trouvé grâce devant Dieu, alors Dieu nous laissera connaitre Ses voies, alors, Il nous conduira à l’accomplissement des promesses dans la parole de Dieu pour que notre foi y soit ancrée.

Et ça aussi, je vais l’écrire en insistant dans une Lettre Circulaire : ce n’est pas frère Branham qui était le précurseur, mais, c’est le message qui encore aujourd’hui va dans le monde entier avant le retour de Christ et atteint les extrémités de la terre.

Encore une pensée. Dans Actes des Apôtres chapitre 3, ici il nous est dit de quoi il s’agit dans notre temps. Actes des Apôtres chapitre 3. Ici, nous avons ce qui nous ai montré exactement en ce qui concerne ce qui allait arriver ; je crois que la chorale a même chanté le cantique du rafraichissement, et ici, dans Actes des Apôtres le chapitre 3, nous lisons à partir du verset 18 :

Mais Dieu a accompli de la sorte ce qu'il avait annoncé d'avance par la bouche de tous ses prophètes, que son Christ devait souffrir.

Amen ! Que Dieu soit loué et exalté !

Mais Dieu a accompli de la sorte ce qu'il avait annoncé d'avance par la bouche de tous ses prophètes, que son Christ (Son oint) devait souffrir. Repentez-vous donc et convertissez-vous, pour que vos péchés soient effacés, afin que des temps de rafraîchissement viennent de la part du Seigneur, et qu'il envoie celui qui vous a été destiné, Jésus-Christ,

Et maintenant suit le verset important, le verset 21 :

Que le ciel doit recevoir jusqu'aux temps du rétablissement de toutes choses, dont Dieu a parlé anciennement par la bouche de ses saints prophètes.

Est-ce-que vous remarquez ici comment est-ce-que le Nouveau Testament insiste en se référant aux prophètes de l’Ancien Testament ? Et ensuite l’harmonie entre l’Ancien et le Nouveau Testament ? Pour nous, bien-aimés frères et sœurs, ce verset est aussi très important, le verset 19 : 

Repentez-vous donc et convertissez-vous 

Bien-aimés frères et sœurs, ça ne sert à aucun homme de parler du dernier message ou de dire « je crois au message » non ! La conversion se passe avant ça. Repentance, foi, repentance, foi, conversion. Que notre vie soit consacrée au Seigneur, et que nous ayons personnellement expérimenté le pardon de nos péchés par une conversion comme c’est écrit, et que nous puissions savoir dans notre cœur : « j’étais sans espérance et sans foi, perdu dans ce monde, mais Dieu m’a fait grâce, m’a appelé, je suis venu à Lui et Il m’a pardonné tous mes péchés » comme dans le Psaumes 103 « …qui te pardonne tous tes péchés, toutes tes fautes et toutes tes iniquités », et qui sauve ta vie de la fosse et qui te couronne de grâce et de miséricorde. 

Qu’aujourd’hui, tous ceux qui viennent de croire, tous ceux qui n’ont pas encore personnellement expérimenté ces choses : une conversion par la repentance… Qu’est-ce-que c’est la repentance ? C’est de regretter sa vie menée sans Dieu, sans la volonté de Dieu. Alors, nous reconnaissons dans la présence de Dieu ce qui ne pourra pas se tenir devant Lui et ensuite, nous venons au Seigneur et nous lui apportons notre vie, et nous acceptons le pardon de Sa main par Sa grâce. Et ensuite, nous pouvons dire « aussi certain que le soleil brille au ciel, moi pêcheur j’ai été pardonné ». Que nous puissions avoir cette certitude de la foi ! Être convaincu à cent pour cent que c’est vraiment ainsi, que le Seigneur m’a agréé et que nous puissions savoir comme il est écrit : « celui qui invoque le nom du Seigneur sera sauvé ».

Qu’est-ce-que c’est le contraire ? Le contraire c’est dans toutes les religions… toutes les religions sauvent elles-mêmes leurs membres. Où est-ce qu’aujourd’hui il est encore prêché « Celui qui invoque le Nom du Seigneur sera sauvé ? » Où est-ce qu’aujourd’hui encore il est prêché ce qui est écrit dans Luc chapitre 24 au verset 47 que « en son nom, le pardon des péchés sera prêché à tous les peuples » ? Où est-ce qu’aujourd’hui encore, il y a des réunions où le plein évangile, le plein salut est prêché ? Partout, c’est seulement des sociétés religieuses, des milliers des programmes. Mais, Dieu n’est pas dans tous ces programmes, Dieu est dans sa parole. Et, c’est dans Sa parole qu’Il nous a donné les promesses. Et, c’est pour cette raison que nous croyons de tout notre cœur comme nous l’avons lu ici dans Actes des Apôtres le chapitre 3 « que le ciel doit recevoir jusqu'aux temps du rétablissement de toutes choses, dont Dieu a parlé anciennement par la bouche de ses saints prophètes. » Donc, anciennement, au commencement des temps. Dieu déjà, depuis le commencement pouvait dire ce qui allait arriver à la fin. Mais, pour nous qui aimons la parole de Dieu, je dois le dire ainsi, l’amour pour la parole, le respect envers la parole, ici, c’est Dieu qui parle avec nous par ce livre. Ce n’est pas Paul ni Pierre. Quand nous ouvrons la Bible, ce n’est pas Moïse qui nous parle. Ici, c’est Dieu Lui-même qui nous parle. Et, c’est pour cette raison qu’il nous est dit que « notre Seigneur doit être reçu au ciel jusqu'au temps du rétablissement de toutes choses, dont Dieu a parlé anciennement par la bouche de ses saints prophètes ».

Et, la première prédication que j’ai entendue de frère Branham était de Joël chapitre 3 : je restaurerai toutes les années et tout ce qui a été perdu, je le rétablirai. Et ici, dans Matthieu, nous avons directement la réponse que notre Seigneur a donnée après le ministère de Jean-Baptiste. Matthieu chapitre 17. Ici, ce verset est connu de tous. Matthieu chapitre 17 verset 11 :

Il répondit: Il est vrai qu'Élie doit venir, et rétablir toutes choses.

Notre Seigneur restera au ciel jusqu’au temps du rétablissement de tout ce qui existait dans l’église primitive, pour que le commencement et la fin soient semblables, car notre Seigneur est l’alpha et l’oméga. Ce qu’Il a fait dans l’église primitive, Il le fait maintenant à la fin de l’église.

Et ensuite, cette promesse merveilleuse de notre Seigneur donnée après le ministère de Jean-Baptiste. Moi je n’ai pas besoin de réponse venant d’une autre personne ; la réponse qui est sortie de la bouche du Seigneur me suffit. Et ici, il est écrit :

Il répondit: Il est vrai qu'Élie doit venir, et rétablir toutes choses.

De la même manière, dans l’évangile de Marc, encore une fois confirmée pour que tout soit fondé sur deux ou trois témoins. L’évangile de Marc, nous lisons le chapitre 9 au verset 12 :

Il leur répondit: Élie viendra…

Donc, Lui notre Seigneur, pas Pierre, pas Paul, pas Jean, pas Matthieu, pas Luc.

Il leur répondit: Oui Élie viendra premièrement, et rétablira toutes choses.

Dites « Amen ! » (L’assemblée dit « amen ! » NDLR)

Ça, c’est l’accomplissement de l’envoi de la parole révélée et de la volonté de Dieu. Dieu nous a réellement introduit dans Son dessein du salut, et tous nous savons qu’Il enverra le temps du rétablissement de toutes choses, le temps de rafraichissement ; et qu’Il restaurera, rétablira toutes choses, et que tout ce qu’Il a promis va s’accomplir. Il faut que cela s’accomplisse, parce que c’est Dieu qui l’a dit ainsi dans Sa parole.

Résumons cette partie. Nous vivons maintenant, et nous sommes reconnaissants de ce que le Seigneur a ouvert nos yeux, pour que nous puissions reconnaitre les prophéties bibliques dans leur entièreté. Mes bien-aimés frères et sœurs, le plus important est que nous puissions vraiment trouver grâce devant Dieu, pour reconnaitre ce qu’Il a promis pour notre temps. Le reconnaitre et Le croire. Et ensuite, avoir part à l’accomplissement de ces choses. Tout le reste peut être un culte tenu par un mouvement charismatique ou dans une réunion, mais, où est-ce-que Dieu Lui-même est présent ? Dieu est dans Sa parole. Et le vrai peuple de Dieu est composé des enfants de Dieu qui sont réellement nés de nouveau, pour une espérance vivante en vertu de la résurrection de Jésus-Christ d’entre les morts.

Bien-aimés frères et sœurs, dites-le simplement : est-ce-que la parole de Dieu a produit dans votre vie un effet ? Est-ce-que vous avez vraiment été touché par la parole de Dieu qu’Il nous a révélée ? Ou bien alors nous ne faisons qu’écouter un peu comme ça la parole ? Bien-aimés frères et sœurs, nous devons être enthousiasmés. Il faut que cela puisse être dit de nous comme dans Luc 24 : « Notre cœur ne brulait-il pas alors qu’Il parlait avec nous ? » Il faut que ça brûle et que ce soit réel ! Qu’il y ait une reconnaissance qui monte à Dieu et que nous puissions entendre « Amen ! » pendant la prédication. En Afrique, c’est tout à fait naturel ; on entend l’écho de ceux qui écoutent. Mais c’est important que nous puissions vraiment de tout notre cœur croire et suivre et expérimenter personnellement ce qui est prêché et ce que le Seigneur nous a promis dans Sa parole.

Aujourd’hui comme nous l’avons entendu, il y aura le souper du Seigneur. 

Je voudrai encore une fois le dire en insistant : la chose la plus importante en ce qui concerne le plan du salut de notre Dieu, et ce qui doit arriver et ce qui est arrivé ; c’est la rédemption par le sang de l’Agneau de Dieu qui, sur la croix à Golgotha, a coulé. C’est la chose la plus importante. C’est avec cela que ça commence. C’est ainsi que le vieil homme, la vieille vie connait une fin, et qu’une nouvelle vie commence avec Dieu. Bien-aimés frères et sœurs, ça, nous le croyons de tout notre cœur et de toute notre âme. Et celui qui veut lire en parallèle dans l’Ancien Testament peut aller dans Exode 3, Exode 4 et dans tout le déroulement jusqu’au chapitre 12. Dix fois l’un après l’autre, il est dit « Laisse sortir Mon peuple, laisse sortir mon peuple, mon premier-né, mon fils pour qu’il puisse me servir ». « Laisse sortir mon peuple » toujours de nouveau. Mais, quand est-ce-que cela a eu lieu ? Quand est-ce-que l’Exode a eu lieu ? Quand l’Agneau fut immolé et que le sang a été appliqué sur les linteaux des portes et que le Seigneur avait dit : « quand je verrai le sang, je passerai en vous épargnant ». Pas « laisse sortir mon peuple », mais, le point important était l’œuvre accomplie de la rédemption. Le sang de l’Agneau devait couler, et c’est par cela que l’alliance a été faite et que Moïse a pris le livre de l’alliance et a aspergé le peuple avec le sang de l’alliance ; et, c’est ainsi qu’en allemand, il est dit que « nous sommes sous l’aspersion du sang ». La rédemption n’est pas dans le message, la rédemption est dans le sang. Mais, tous ceux qui, par le sang de l’Agneau, ont accepté la rédemption, croient aussi le message et seront ainsi sanctifiés dans la parole de la vérité. L’un va avec l’autre. Et, c’est ainsi que, si nous sommes des véritables croyants alors, nous acceptons le don de Dieu de tout notre cœur.

Dans le Nouveau Testament aussi, nous avons les versets importants particulièrement dans l’évangile de Matthieu au chapitre 26, dans lequel notre Seigneur Lui-même a prononcé ces paroles. Matthieu chapitre 26. Ici, nous voulons lire le verset 26 où notre Seigneur Lui-même a parlé de la signification du sang. Matthieu 26 verset 28. Ici il est écrit :

Car ceci est mon sang, le sang de l'alliance, qui est répandu pour plusieurs, pour la rémission des péchés.

Le pardon n’est pas dans le message. Le message est l’introduction dans le dessein du salut de Dieu. Le pardon est dans le sang de l’Agneau de Dieu. Et, notre Seigneur, avec Son propre sang, est allé dans le sanctuaire céleste et l’a placé sur le trône de la grâce, et nous avons la grâce d’être libres, d’être délivrés et affranchis. 

Encore quelques versets bibliques dans le Nouveau Testament. Lisons encore ce verset dans l’épitre aux Hébreux, dans lequel l’apôtre Paul, très clairement a écrit et a témoigné que le sang de la nouvelle alliance est dans le lieu très saint, et que le Seigneur est avocat pour nous et le demeurera jusqu’à la fin. Hébreux chapitre 9. Hébreux chapitre 9 à partir du verset 12 :

Et il est entré une fois pour toutes dans le lieu très saint, non avec le sang des boucs et des veaux, mais avec son propre sang, ayant obtenu une rédemption éternelle (et a accompli une rédemption éternelle, en allemand. NDLR).

Que notre Seigneur soit loué et exalté ! Rien ne peut être ajouté à ça. Notre Seigneur, sur la croix à Golgotha a dit : « C’est accompli ! » S'il vous plait, acceptez cela. Aussi, ceux qui sont là pour la première fois, bien-aimés frères et sœurs, croyez-le seulement et simplement. Je le répète encore : le pardon n’est pas dans le message ; le pardon est dans le sang de l’Agneau. Le pardon et tout est dans le sang de l’Agneau. Dans le message, c’est d’être introduit dans le dessein du salut de Dieu, d’être introduits dans toutes les promesses de Dieu pour cette époque. Ça, c’est une chose ; mais avant d’être introduit dans ces choses, nous devons d’abord être présents. Et, notre Seigneur a dit dans Jean 3 : « Ce qui est né de la chair est chair » et « la chair et le sang ne peuvent hériter le royaume de Dieu ». Vous devez naitre de nouveau pour voir le royaume de Dieu. Bien-aimés frères et sœurs, nous devons le dire, et je vais vous dire pourquoi est-ce-que nous devons le dire : en tant qu’épouse de l’Agneau, nous devons avoir eu une rencontre avec l’Époux ; ce n’est pas possible autrement. En tant qu’épouse, on doit personnellement rencontrer l’époux. Nous devons nous-même rencontrer notre époux, notre Seigneur ; on doit écouter Sa parole, on doit, de Lui, recevoir Sa parole, l’invitation aux noces. Il a dit : « Venez à moi, vous tous qui êtes fatigués et chargés, et je vous donnerai du repos pour vos âmes », et ensuite dans Hébreux : « il y a encore un repos pour le peuple de Dieu ».

Et, bien-aimés frères et sœurs, si nous prenons tout cela ensemble : la parole, le sang, l’esprit, il y en a trois qui rendent témoignage : La parole, le sang et l’esprit. Les rachetés croient la parole et reçoivent le Saint-Esprit qui nous conduit dans toute la vérité. Et, c’est ainsi que nous ne sommes pas enseignés par des hommes et nous ne disons pas « le prophète a dit, le prophète a dit, le prophète a dit ».

Et, je m’excuse aussi pour cette remarque. S’il y en a qui interprètent ce que le prophète, notre bien-aimé frère a dit, et le placent au-dessus de ce que la Bible a dit, alors, pour moi les choses vont très mal, vraiment très très mal. La parole de Dieu, les saintes écritures, la Bible est l’absolue. Elle est la dernière autorité qui a existé dans tout le temps et qui existera dans toute l’éternité. Mais, quelques soient toutes ces interprétations et ces incompréhensions qui existent, les gens ne reviennent pas à la parole, ils ne vont pas lire ce qui est écrit dans la Bible, mais ils interprètent des citations.

Je le répète encore une fois bien-aimés frères et sœurs : « sans sanctification dans la parole de la vérité, personne ne verra le Seigneur ». Disons cela. Il est écrit : « Sanctifie-les par ta vérité : ta parole est la vérité ». 

Bien-aimés frères et sœurs, résumons encore cette parole merveilleuse et importante en ce qui concerne la rédemption dans Colossiens, le premier chapitre. C’est vraiment important de voir de quelle manière les apôtres ont témoigné, ont insisté sur l’œuvre de la rédemption par le sang. Et ici, c’est même désigné comme « conseil de Dieu ». Colossiens chapitre 1 à partir du verset 19 :

Car Dieu a voulu (car, c’était le conseil de Dieu, en allemand. NDLR) que toute plénitude habitât en lui;

Jésus-Christ était Dieu Lui-même manifesté dans la chair, justifié en esprit, pris dans la gloire comme c’est écrit dans le Psaumes 47.

Car Dieu a voulu (car, c’était le conseil de Dieu, en allemand. NDLR) que toute plénitude habitât en lui; il a voulu par lui réconcilier tout avec lui-même, tant ce qui est sur la terre que ce qui est dans les cieux, en faisant la paix par lui, par le sang de sa croix.

Une réconciliation entière, parfaite entre Dieu et l’humanité a eu lieu. Nous n’avons besoin que de l’accepter dans la foi, et vraiment, l’expérimenter personnellement aussi.

Encore rapidement, la parole de Philippiens que nous avons entendue dans l’introduction, Philippiens chapitre 4, c’est très important. Philippiens chapitre 4 verset 4 :

Réjouissez-vous toujours dans le Seigneur; je le répète, réjouissez-vous. Que votre douceur soit connue de tous les hommes. Le Seigneur est proche. Le Seigneur est proche. Ne vous inquiétez de rien…

Oui ! À qui peut-on dire ça ? Quand on passe par des épreuves et des soucis nuit et jour, soyez sincères : qu’est-ce-que tes soucis ont pu résoudre ? Ils n’ont fait que nous affaiblir. Les soucis nous ont affaiblis même corporellement, mais on n’a rien réglé par nos soucis. Mais, faire confiance au Seigneur et ne nous inquiéter de rien, comme il est écrit ici :

Ne vous inquiétez de rien; mais en toute chose faites connaître vos besoins à Dieu par des prières et des supplications, avec des actions de grâces.

Et si nous faisons cela, bien-aimés frères et sœurs, le verset 7 sera notre part et va s’accomplir, si vraiment nous faisons connaitre tous nos besoins à Dieu par des prières et des supplications, alors le verset 7 va s’accomplir :

Et la paix de Dieu elle-même, la paix de Dieu, qui surpasse toute intelligence, gardera vos cœurs et vos pensées en Jésus-Christ.

Amen ! Que Dieu puisse bénir Sa sainte et précieuse parole en nous qui sommes rassemblés ici.

Et, alors que je pensais à ce que nous allons avoir le souper du Seigneur, je pensais à tous nos frères et sœurs qui vivent dans la dispersion. J’ai retenu mes larmes. Combien ? Il y a des millions, plusieurs millions qui n’ont pas seulement entendu mais qui croient. Ils sont éparpillés, dispersés  dans le monde entier, ils croient de tout leur cœur. Ceux qui vraiment désirent être ici, avoir la possibilité de prendre part au souper, mais ils ne peuvent pas être ici ; mais, Dieu peut être là où ils sont, Dieu est présent partout ! Et, tous peuvent, dans tous les lieux, fêter le souper du Seigneur.

Dans les jours de la Bible, Paul a rompu le pain, et cela était fait dans les maisons, pas toujours dans un bâtiment officiel ; et, dans ce contexte, il n’est même pas parlé de « lavage des pieds ». En ce qui concerne le jour d’aujourd’hui, il a été même demandé que nous puissions avoir le souper du Seigneur. Avec frère Branham, les deux se faisaient, et ici, nous avons toujours, toujours eu les deux ; mais vous savez, nous sommes tellement nombreux qu’on ne sait pas comment nous devrions le faire. Nous croyons que cela va ensemble. Et, frère Branham a même une fois dit « si aujourd’hui vous ne pouvez pas faire le lavage des pieds, alors, vous pourrez le faire demain ». Mais, ça appartient au souper et nous remercions  Dieu le Seigneur de ce qu’en toutes choses, nous donnons raison à Dieu et nous croyons la parole de Dieu. Le Seigneur, n’est-ce pas a pris un tablier et Il a dit « Tel que je vous ai lavé les pieds, vous êtes aussi obligés de vous laver les pieds les uns les autres ». Aujourd’hui, ça ne sera pas possible mais, que le Seigneur soit remercié ! Nous croyons malgré tout ce que les saintes écritures ont dit. Et nous remercions notre Dieu de ce que nous avons la rédemption, et aussi pour le souper devant nos yeux.

Nous voulons aussi pour cela lire deux versets bibliques. 1 Corinthiens chapitre 10 et aussi 1 Corinthiens chapitre 11. Ici, l’apôtre Paul, dans les deux chapitres, a touché le noyau de la chose en ce qui concerne le souper du Seigneur. 1 Corinthien chapitre 10, nous lisons ici à partir du verset 16 :

La coupe de bénédiction que nous bénissons, n'est-elle pas la communion au sang de Christ? Le pain que nous rompons, n'est-il pas la communion au corps de Christ ? Puisqu'il y a un seul pain, nous qui sommes plusieurs…

Notre Seigneur a donné Son corps pour racheter l’église, et Son église forme Son corps : par un seul esprit, baptisé dans un seul corps. Les rachetés sont un en Christ notre Seigneur.

Le pain que nous rompons, n'est-il pas la communion au corps de Christ ?

Aussi certain que notre Seigneur dans Son corps fut meurtri, frappé ; tel que c’est écrit, de Gethsémané jusqu’à la croix, la couronne d’épines a été placée sur Sa tête, on s’est moqué de Lui, on a dit « il a secouru les autres mais il ne peut pas s’aider lui-même », oui ! Il nous a aidé, Il nous a secouru, Il a porté nos péchés, nos fautes, notre honte sur Lui ; et Il a versé Son saint sang pour nous, le sang de la nouvelle alliance. Acceptez-vous tous cette œuvre ? Croyez-vous tous de tout votre cœur ? (L’assemblée dit « amen ! » NDLR)

Et ensuite dans le Chapitre 11, 1 Corinthiens chapitre 11, ici, l’homme de Dieu dit au verset 23 :

Car j'ai reçu du Seigneur ce que je vous ai enseigné; 

Paul n’avait pas le privilège comme les autres apôtres d’avoir été avec le Seigneur, de l’avoir connu corporellement. À l’époque, pendant le temps du Seigneur sur terre, Paul était aux pieds de Gamaliel. Combien de fois l’ai-je dit ? Qu’est-ce-que cet homme a dû penser ? Pendant que d’autres étaient assis aux pieds de Jésus et écoutaient Ses paroles, lui était assis aux pieds de Gamaliel pour recevoir des leçons religieuses. Mais, quand le Seigneur S’est révélé à lui sur le  chemin de Damas, cela a eu lieu et il a pu dire « je suis crucifié avec Christ, ce n’est plus moi qui vis, c’est Christ qui vit en moi ».

Et ici encore au verset 21, lisons encore une fois le verset 23 :

Car j'ai reçu du Seigneur ce que je vous ai enseigné; c'est que le Seigneur Jésus, dans la nuit où il fut livré, prit du pain, et, après avoir rendu grâces, le rompit, et dit: Ceci est mon corps, qui est rompu pour vous; faites ceci en mémoire de moi. De même, après avoir soupé, il prit la coupe, et dit: Cette coupe est la nouvelle alliance en mon sang; faites ceci en mémoire de moi toutes les fois que vous en boirez. Car toutes les fois que vous mangez ce pain et que vous buvez cette coupe, vous annoncez la mort du Seigneur, jusqu'à ce qu'il vienne. Jusqu'à ce qu'il vienne.

Même si aujourd’hui, nous prenons part au souper, le souper reste valable jusqu’à ce que le Seigneur revienne et nous prenne au festin des noces de l’Agneau avec Lui.

Aussi, cette pensée vient encore alors que je pense à tous les frères qui vivent dans la dispersion, et qui n’ont pas d’assemblée locale : même si ici nous ne pouvons pas tous être au même endroit et en même temps, nous avons la promesse qu’au festin des noces de l’Agneau, nous serons tous ensemble, au festin des noces de l’Agneau là-bas dans la gloire, là, nous serons tous ensemble. Et, c’est ainsi que c’est écrit « et Son épouse s’est préparée, et il lui a été donné de se revêtir d’un fin lin, éclatant, pur ». 

Et encore ce verset d’exhortation, le verset 27 :

C'est pourquoi celui qui mangera le pain ou boira la coupe du Seigneur indignement, sera coupable envers le corps et le sang du Seigneur. Que chacun, Que chacun donc s'éprouve soi-même, et qu'ainsi il mange du pain et boive de la coupe; 

Bien-aimés frères et sœurs, ça, nous allons le faire maintenant dans la foi en l’œuvre accomplie de la rédemption ; dans la foi au plein pardon de nos péchés et de nos fautes selon la parole que j’ai mentionnée toute à l’heure « Lui qui te pardonne tous tes péchés et qui te guéris de toutes tes maladies ».

Nous allons tout de suite dans la prière, nous examiner devant la face de Dieu. Croyez que le sang de l’Agneau nous purifie de tout péché. Aussi certain que nous pouvons prendre le souper dans la foi en pensant à ce qui s’est passé pour nous sur la croix à Golgotha. Le souper n’est pas pour le pardon, mais, le souper nous rappelle le pardon de nos péchés, il nous rappelle que nos péchés ont été pardonnés sur la croix à Golgotha.

Ici, ce n’est pas un pain qui est transformé en corps naturel du Seigneur ; ici, il n’y a pas un vin qui est transformé. Ici, ce sont des hommes qui, par la puissance du sang versé et par l’esprit de Dieu, ont été transformés. Ce n’est pas le pain qui doit être transformé ni le vin qui doit être transformé, mais toi et moi, nous devons, dans le plus profond de notre âme expérimenter une transformation, naitre de nouveau selon la parole de l’écriture : « si quelqu’un est en Christ, il est une nouvelle créature ». Et, tous ceux qui pensent qu’en faisant des signes de croix et en prononçant des formules, ils sont entrain de transformer quelque chose ; il n’y a rien qui est transformé en faisant cela. Chaque prêtre lui-même sait bien qu’il ne transforme rien du tout. Quand il boit le vin, c’est le même vin, ce n’est pas du sang qu’il boit. Non ! Les gens sont entrain de se tromper eux-mêmes et de jouer au théâtre. Et toute la foule de l’humanité est égarée et loin de la vérité. Au lieu de leur parler de leur transformation, de leur nouveau cœur qu’ils doivent recevoir, de leur parler de la puissance du sang et de placer le sang de l’Agneau comme étant la chose la plus importante par laquelle nous avons été rachetés et transformés.

Et, nous prenons part au souper, justement, en mémoire de l’œuvre de la rédemption accomplie pour nous sur la croix à Golgotha. Et nous fêtons ce souper avec notre Seigneur.

Et, Paul qui a cru plus tard a dit : « ce que j’ai reçu du Seigneur, c’est ce que je vous ai aussi enseigné ».

À Notre Dieu soit l’honneur et la louange. Bien-aimés frères et sœurs, cela a eu lieu pour toi et pour moi ; en toi et en moi ; avec toi et avec moi ; par la grâce de Dieu.

Maintenant, nous allons nous lever pour la prière et encore, avant de prendre part au souper, nous examiner.


Cette brochure est la retranscription de la Réunion Mensuelle de Krefeld du samedi 01 Octobre 2016 tenue par le fr Ewald Frank.

Retrouvez plus des Brochures sur les sites web :

http://freie-volksmission.de

http://www.tabernacledekolwezi.org

Contact : contact@tabernacledekolwezi.org

Centre Missionnaire de Jésus-Christ au Congo CMJC

© 2016 Tabernacle de Kolwezi